Pages

dimanche 19 avril 2009

MARY WEBB : SARN


© Alice Théaudière


Traduit par Jacques de Lacretelle et Madeleine T. Guéritte

Un livre qui demande à se faire apprivoiser.
C'est un livre qui démarre lentement puis cela va en crescendo ! Un livre d'une grande finesse dans le monde paysan, dans le Shropshire. L'histoire de Sarn se situe durant la guerre Franco-Anglaise au début du XIXème siècle en 1811, en pleine guerre napoléoniennes.
Dans les campagnes superstitieuses, on dit que lorsqu’un enfant naît avec un bec-de-lièvre, c’est parce qu’un lièvre a croisé le chemin de la femme enceinte.
Prue , la narratrice, a un bec-de-lièvre, la pauvre, elle y peut rien, elle passe pour une sorcière, une fille du diable dans le regard des autres. C'est une jeune fille douce, attaché à son frère, son grand amour est le tisserand Kester Woodseave. Elle sait lire et écrire grâce à Beguildy , elle tiendra un journal intime. Elle retrouve refuge au grenier et l'écriture est un échapatoire pour elle. Prue est un personnage adorable. C'est la gentillesse même, serviable très attachante, elle est dévouée à son frère, elle écrit à sa place des lettres d'amour pour Jancis, son grand amour. Quant au frère, c'est tout le contraire, Gédéon, à la mort de son père, il devient le maître de la ferme de Sarn. Il est roublard, il ne pense qu'à l'argent, il exploite sa sœur. Son souhait est de devenir riche pour acheter une maison à Lullingford
Son grand amour est Jancis Beguildy dont le père est un sorcier. Le père ne veut pas que sa fille se marie avec Gédéon. Selon lui se mariage portera malheur ! Et, il arrivera avec fureur et dévastation.
" Jancis était une petite personne, bien moins grande que moi, mais vous l'aperceviez toujours avant les autres tant il semblait que la lumière se concentrât sur elle. Elle avait des cheveux dorés qui paraissaient teindre de leur pâle reflet les ombres de son visage." Portrait magnifique que Prue fait de Jancis. Elle portera toujours une grande affection pour elle jusqu'à la fin de ses jours.
Prue fait tout pour sauver l'homme qu'elle aime Kester de la morsure d'un chien féroce, geste d'amour ; C'est un passage clé important du roman, un passage très romantique et courageux.
" Quelque chose me poussait à le retrouver et à rester près de lui , comme si je devais être son bon ange ce jour-là. Un ange bien misérable sans doute ; mais Dieu n'attache peut-être pas grande importance à l'aspect de ses anges, pourvu qu'il accomplissent convenablement leur tâche."
J'aime le style de Mary Webb, il coule comme l'eau de la Sarn. Le monde qu'elle décrit est féerique encré dans la réalité. " Il avait l'air, non pas un vrai bébé, mais un d'un elfe né par une nuit d'été sur le pétale d'un nénuphar. Oh ! c'était le plus étrange petit être que j'aie jamais vu ! " C'est un hymne à la nature.

 C'est une écriture très fine et très agréablement poétique, remplit de subtilité. Un Grand merci à Holly qui a eut la bonne idée de m'offrir ce livre, c'est un merveilleux cadeau.
C'est un livre qui a beaucoup compté pour elle et je l'a comprends donc c'est magique ! Ce livre est vraiment un chef d'œuvre de la littérature (en tout cas pour moi oui ) accompagné de passage d'une finesse extraordinaire brulant à en avoir le souffle coupé, époustouflé. C'est un roman envoûtant, plein de bruit et de fureur.



Mary Webb (1881-1927)

Mary Gladys Meredith est né à Leighton, dans le comté du Shropshire, dans l'Ouest de l'Angleterre, région où elle demeurera presque toute sa vie. L'aînée de six enfants, elle est dès l'enfance fascinée par la nature qui l'entoure. En 1909, elle perd son père, ce qui l'affecte profondément. Son père était un érudit c'est lui qui lui fit connaître le folklore et les légendes du conté de Shropshire. Ses auteurs préférés était Shakespeare, Milton , les Brontë, Thomas Hardy, et cela se ressent comme référence pour son roman dont le titre original est "Precious Bane". Et avec ce roman, Mary Webb a rendu un magnifique hommage à ces auteurs, on sent habillement l'influence.
Étant de nature très fragile, c'est dans la nature qu'elle retrouvera refuge et compréhension. Elle était de tempérament secret. En 1910, elle rencontre son mari, 1926 est une année catastrophique tout va mal et en 1927 elle est décédé à l'âge de 46 ans.

10 commentaires:

Lilly a dit…

Je l'ai acheté il y a deux ans, et depuis je regarde les autres l'adorer... J'y viendrai :o) Ton billet fait très envie en tout cas !

Lou a dit…

J'ai failli l'acheter récemment et je suis persuadée qu'il finira par rejoindre ma PAL et mes livres favoris un de ces jours :)

Nanne a dit…

Ce roman a l'air empreint d'une grande douceur et d'une grande beauté littéraire. Et la façon dont tu en parles montre bien que ce livre t'a touchée, Alice ! Je le note pour ne pas l'oublier ...

Malice a dit…

@ Lilly : Cela ne m'étonne absolument pas que tu as ce livre dans ta PAL.
Tu vas adoré c'est sûr, j'en suis certaine (enfin j'espère) ;-) surtout que tu as lu Thomas Hardy !
@ Lou : je te redis la même chose que Lilly. C'est un livre vraiment magnifique et très classique quand on connait un peu la littérature anglaise, mais très fort.
@Nanne : Tu as tout compris :)C'est un livre avec une plume extraordinnaire :) Et je suis contente d'avoir trouvé une photo de moi qui se marie bien avec le livre !

Edelwe a dit…

Je me disais que le nom de l'auteur me rappeler qqch...elle a aussi écrit La Renarde, je crois...dont André Breton parle dans l'Amour fou. En tout cas je le note.

Malice a dit…

@Edelwe : Oui, elle a écrit la renarde. Le grand réalisateur Michael Powell a réaliser un film (pas vu).
Et la référence à André Breton intéressant à regarder de plus près;-)

chiffonnette a dit…

C'est un roman merveilleux, très fin, très tendre, et vraiment prenant. Un très beau moment de lecture pour moi!

Anjelica a dit…

j'ai lu ce livre, il y a bien bien longtemps et je me rappelle avoir aimé :)

Malice a dit…

@ Chiffonette et Angelica : Ah ! Oui c'est vraiment un livre merveilleux, une lecture qui reste surtout :)

Titine a dit…

C'est un livre que l'on m'a conseillé mais je ne l'ai pas encore acheté. Ton billet me donne envie de me jeter dessus!!