Pages

dimanche 9 novembre 2008

MICHEL TREMBLAY : La Traversée du continent

Au mois de juin 2007, j'étais au Centre Culturel Canadien était présent Michel Tremblay pour nous présenté en avant première mondial ce livre. Il en avait fait un lecture de ce qu'il avait déjà écrit de ce roman : La Traversé du continent et cela fut fort émouvant.

Voilà, quelques mois plus tard , j'ai enfin lu ce roman, ce voyage initiatique, c'est merveilleux de retrouvé Nana enfant. Nana est un des personnages centrales des Chroniques du Mont Royal. C'est aussi la mère de Michel Tremblay, il lui invente une enfance, on sent tout l'amour que Michel Tremblay porte à sa mère car Nana est une enfant de onze ans terriblement attachante. L'histoire se passe en 1913, Rhéauna dit Nana habite à Maria en Saskatchewan (l'ouest Canadien, petite enclave francophone catholique au milieu d'un monde anglophones protestants) chez ses grands-parents. Elle va rejoindre sa mère, qu'elle ne connaît pas à Montréal.
"La légende veut que le Grand Manitou a eu terminé de dessiner la Saskatchewan à l'aide d'un morceau de fusain - quelques coups de crayon en guise d'horizon plat, une élévation ou deux pour briser la monotonie, un groupe de nuages dans le ciel parce que c'est plus joli -, il se serait rendu compte que tout ça était bien vide et aurait décidé d'inventer les céréales."
Il lui faudra quitter cette famille d’adoption où, en compagnie de ses sœurs Béa et Alice, elle grandit entourée d’amour, au milieu d’infinis champs de maïs. Durant trois jour, elle va traverser le continent. Une fois arrivée à destination elle sera comme transformée. Car c'est un voyage initiatique, c'est un univers très féminin, lors de sa première étape elle s'arrêtera à Regina chez sa tante Regina. J'ai beaucoup aimé ce passage, cette tante qui vit seul, un peu aigri, un peu terne. Quand, elle se met au piano elle se transforme c'est une autre Regina et là par magie Nana est complètement transporté dans une autre dimension. J'ai trouvé que c'était touchant et remplit de subtilité, une réussite.
Pour aller jusqu'à Winnipeg, elle est en compagnie de Jacques, il lui explique vaguement son homosexualité à elle ne comprendra pas bien sûr, elle n'est encore qu'une enfant.
L'arrêt suivant est Saint-Bonniface, la tante Élisabeth Roy est marié à Rosaire un vrais ogre, il a été chef de chantier du chemin de fer qui traverse désormais le canada ! Bebette pour les intimes est une femme envahissante (oh! oui c'est exact) avec ses nombreux SAPERLIPOPETTE (un peu trop nombreux à mon goût).
" Elle avait déniché son saperlipopette dans un vieux roman français publié en feuilleton au milieu du dix-neuvième siècle et dont un exemplaire avait atterrit, allez savoir comment, à Saint-Bonniface."
Dernier arrêt à Ottawa, elle est accueillit par la cousine Ti-Lou . Elle incarne , la luxure, l’envie et la honte, bref la prostituée ou la guidoune dont la famille est loin d’être fière.

J'ai été comme happé par ce livre je l'ai lu en une journée en faisant quelques pauses. C'est un roman qui se lit tout seul avec plaisir, j'aime le côté conte ( référence la petite sirène, Peter Pan, Alice au pays des merveilles,les contes de fées, les romans de la comtesse de Ségur) qui se dégage à la lecture de ce dernier roman de Michel Tremblay. Ce livre est magnifique car c'est un hommage au Canada francophone, et comme ne pas faire autrement on pense à la magnifique Gabrielle Roy (originaire du Manitoba).
« On a beaucoup parlé des francophones qui se sont exilés en Nouvelle-Angleterre, poursuit Michel Tremblay. On a peu parlé de ceux qui sont allés vers l'Ouest pour construire les chemins de fer. »

La traversée du continent aura une suite. Dans le prochain roman, Nana arrivera à Montréal, un mois avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale, en 1914. J'attends avec impatience !!!!
Livre lu par Catherine du Biblioblog, je suis assez d'accord avec elle il y a certaines maladresses mais dans l'ensemble c'est un livre très plaisant, lecture très agréable , Papillon,

PS : j'aime beaucoup cette illustration de John Tenniel car elle convient bien au livre de Michel Tremblay !


4 commentaires:

Anonyme a dit…

J'ai failli l'acheter samedi chez Coiffard, the librairie nantaise!!! Ce sera pour une prochaine fois ;-) Par contre j'ai enfin trouvé "La traduction est une histoire d'amour" de Jacques Poulin!!!
Katell

papillon a dit…

Je suis contente que tu l'aies aimé. Je trouve qu'il y a dans ce roman de très beaux portraits de femmes.

Joelle a dit…

Lire ce livre en complément des Chroniques, ce doit être pratiquement une obligation ;) Et comme j'ai les Chroniques dans ma PAL ...

Malice a dit…

@ Katell : Ah ! Jacques Poulin et "la traduction ..." un régal !
@Papillon : Oui c'est sympathique d'être plusieurs à aimer un livre.
Oui ce livre est un hommage aux femmes !
@ Joelle : Oui ce livre est si l'on veut en complément des Chroniques et surtout du premier opus la femme d'à côté est enceinte.