Pages

samedi 1 novembre 2008

PAUL AUSTER : BROOKLYN FOLIES

Traduit par Christine Le Bœuf

Une première pour moi j'ai lu il y a très longtemps un Paul Auster, mais je ne sais pas ou je ne sais plus exactement lequel. Mais cela n'a peu d'importance !Disons que celui là est vraiment le premier !
C'est l'histoire de Nathan Glass, soixante ans, il va s'installer à Brooklyn, dans un quartier new-yorkais. Il est à la retraite, il est atteint d'un cancer. Un matin de printemps de l'an 2000, Il retrouve avec un grand bonheur, son neveu Tom Wood, dans une bouquinerie. Tous les deux sont très proches. Aurora la sœur de Tom a mal tourné, ex-actrice de porno, drogué, son mariage avec David Minor est désastreux c'est le moins que l'on puisse dire avec un fanatique religieux qui fait froid dans le dos et bon dieu ! (c'est le cas de le dire!). J'ai eu un peu de mal au début, il m'a semblé que Paul Auster cherchait son sujet. J'ai accroché au récit qu'en rentre en scène la petite Lucy (fille d'Aurora) si attachante. A ce moment là , j'ai trouvé le récit plus fluide. Je trouve que Paul Auster montre, décrit très bien cette société américaine qui se cherche, le manque de repères fait que les américains se raccrochent aux sectes ! Cela est assez affligeant et cela fait peur !
"J'ai dit à David que Lucy et moi, nous quittions l'Église. Il pouvait continuer d'y aller autant qu'il voudrait , mais nous n'y remettrions plus les pieds."
En tout cas j'aime bien le message de Paul Auster, c'est la famille qui peut donner un sens à nos vies. Il montre bien à travers ce livre la fragilité des hommes . Puis la fin donne une force un autre regard sur le livre.
J'ai bien aimé le passage de JMS (jeune mère sublime). Ce passage de séduction de Nathan qui m'a fait sourire car il est tout simple mais écrit par Paul Auster avec légèreté et simplicité.
Le style d'Auster, il est agréable j'ai aimé la référence à un grand classique de la littérature américaine entre autre : la lettre écarlate d'Hawthorne car il en est question.

12 commentaires:

Florinette a dit…

Même si celui-ci est bien différent des autres romans de l'auteur, j'ai beaucoup aimé cette lecture fluide et chaleureuse qui fait que l'on suit avec beaucoup d'intérêts tous ces personnages. Bon week-end Alice !

papillon a dit…

Le plus grand talent d'Auster c'est justement sa plume qui m'enchante à chaque fois et quel conteur ! Même si ce roman là est un peu plus léger que les autres

Jules a dit…

Quel sera notre prochain Auster?! :)

Julien a dit…

Auster est un vrai fan de Nathaniel Hawtorne !
C'est une excellente initiative que ce Blogoclub...

sylire a dit…

Tu n'es pas la seule à faire ressortir qu'Auster semble chercher son sujet. C'est peut-être voulu, de sembler tatonner ainsi.

Anjelica a dit…

Oui en effet, ce livre montre également la fragilité des hommes et le besoin d'une famille même si elle est bancale !

Praline a dit…

Un bon souvenir !

Katell a dit…

Tous ces commentaires me donnent envie de relire ce beau roman!!!

Karine :) a dit…

Comme Julien, j'ai lu quelque part qu'Auster est fan de Nathaniel Hawthorne... je n'ai donc pas été surprise de voir cette référence dans le roman. Si je ne m'abuse, il fait souvent des références à ses oeuvres préférées (bon, je dis ça de façon interposée parce que ça vient d'une copine et pas de moi, qui n'ai lu que 2 livres de l'auteur!!)

Joelle a dit…

De mon côté, j'ai réussi à y rentrer dès les premières pages et c'est avec regret que j'en suis arrivée à la fin ! On finit par s'attacher à tous ces personnages très humains :)

Arlette a dit…

Des personnages attachants , des thèmes qui font réfléchir et le tout m'a plu pour ce 1er Auster

Lau(renceV) a dit…

J'ai aussi beaucoup aimé ce livre. J'aime quand il y a des librairies...