Pages

dimanche 20 juillet 2008

FAMILLE DESPLECHIN

"L'aimée"
Au cinéma du Panthéon, j'ai vu ce magnifique documentaire sur la famille Desplechin un fabuleux éclairage sur l'œuvre du cinéaste Arnaud Desplechin. Il film son père dans la grande maison familiale à Roubaix (servira de décor à Un Conte de Noël). Le père et le fils ouvrent les tiroirs, regardent les vieilles photos. C'est l'occasion de parler de Thérèse la mère biologique de Robert. Cette femme morte quand Robert avait dix huit mois.



Elle est décédé de la tuberculose à l'âge de trente cinq ans. Avant de se marier, elle fut infirmière, et Robert et Arnaud sont en plein admiration pour la trace de ce rapport de stage, un témoignage fabuleux sur cette femme. Et dans le documentaire, Lilian Gish
(extrait de la Nuit du Chasseur ) lit des passages de ce rapport de stage. Lors de ce stage elle soignait des malades de la tuberculose. C'est étrange puisqu'elle est décédée de cette maladie.
Thérése avait deux sœurs Reine (Refèrence
à Reine dans le film Roi et Reine) et Roseaimé. Reine aimait beaucoup Robert et ses enfants, d'ailleurs Arnaud se souvient bien d'elle, elle est décédé en 2004.
Marie Louise est la seconde femme d'Alphonse. Après la mort de Thérése, il s'est remarié et Marie Louise est le double de Thérése, infirmière , passionnée de musique beaucoup de point commun entre les deux femmes, mais elles ne se sont jamais rencontrées. Et Marie-Louise est l'auteur des manuels de puériculture publié en France : les "Nappée" en 1959. Le fait que ces deux femmes soient infirmières aura une influence sur les films d'Arnaud car l'hôpital et la maladie sont présent dans ses films.




























Conte de Noël


Il est question aussi de la famille et de filiation dans le très beau film de d'Arnaud Desplechin .
Je ne vais pas présenter le film, une présentation de qualité qui évoque l'histoire a été faite par
Holly.
Arnaud Desplechin est un réalisateur qui construit une œuvre, d'ailleurs je m'étonne qui n'est rien eu comme prix à Canne, car c'est un film d'une grande qualité réalisé par un grand réalisateur ! en particulier dans celui ci . Tous ses films depuis
"la vie des morts" jusqu'au dernier "Conte de Noël" il l'y a un lien entre les films. La famille était déjà au centre de "La vie des morts" ( moyen métrage), l'univers de l'hôpital était présent dans "la Sentinelle" et "Roi et Reine". Le conte de Noël est comme Roi et Reine un film très romanesque, avec des références littéraires, à Shakespeare entre autre, Mathieu Amalric (mon acteur préféré, il est génial !!!! ) s'explique sur ses relations avec le réalisateur Arnaud Desplechin,"Il y a certainement un peu d’Arnaud dans les trois personnages que j’ai incarnés, mais ce n’est pas sa vie qu’il raconte : c’est une zone que l’on nourrit tous les deux. Lui est plutôt du côté de Shakespeare, de Hugo. On revient vers Arnaud après l’avoir trompé avec d’autres réalisateurs. D’un film à l’autre, mes rapports avec lui changent, la complicité est devenue très affective. Cette fois-ci, j’ai osé être son prolongement dans le champ de la caméra. Près de quinze ans ont passé entre nos débuts, et voilà quelqu’un qui m’a filmé à différents âges. C’est merveilleux. Le neveu d'Henri s'appelle Paul Dédalus et dans Comment je me suis disputé… (ma vie sexuelle) Mathieu Almaric s'appelait aussi Paul, Paul Dédalus (hommage à Joyce " Ullyse" et la musique irlandaise est présente dans ce film ).
Arnaud Desplechin dit " C'est un film sur les origines et non pas sur l'origine d'un film. À cause de la maladie, chacun des personnages s'interroge sur sa généalogie. Du coup, j'imagine que le film se demande lui-même quelle est son origine. Au fur et à mesure que j'écrivais le rôle très sombre d'Émile Berling, il est devenu progressivement Paul Dédalus."
Lien entre les films d'Arnaud Desplechin. Lien entre Henri et Paul dans Conte de Noël, puisque tous les deux sont compatibles et aider Junon atteinte d'une leucémie a besoin d'un donneur pour une greffe de moelle osseuse. Henri comme Paul Dédalus a de mauvais rapports avec sa mère, disons des rapports complexes. Conte de Noël est d'un film sur la filiation les rapports mère/fils : référence au passage entre Junon et Henri le soir sur la balançoire. Les rapports père/fils, passage émouvant sur la tombe de Joseph (enfant décédé à l'âge de sept ans ) entre Abel et Ivan. Abel confie à Ivan qu'il n'a pas connu son père qu'il a été élevé par deux femmes (sa mère et Roseaimé). Rapport entre oncle et neveu, Paul s'est Ivan au même âge, et Henri a de l'affection pour son neveu adolescent fragile.
Filiation entre frère/sœur, Joseph le fils aîné de la famille est atteint d'une maladie génétique rare, sa sœur Elisabeth n'est pas compatible pour une greffe de moelle osseuse ainsi qu' Henri, oui.
L'image tient une place importante dans Conte de Noël , tout d'abord la peinture avec le cousin Simon. Il doit être un admirateur d' Alenschensky (peintre américain ) car au début du film on voit le très beau petit livre de chez Gallimard. Puis tient sa place dans la maison de famille le très beau portrait de la grand -mère, cette famille s'appelle Vuillard (Réf au peintre Edouard Vuillard (1868-1940) contemporain de Bonnard), est spécialisé dans les intérieurs et pratiquement tout le film se passe dans cet intérieur chaleureux et houleux . Un détail qui est loin d'être anodin comme le choix des prénoms des personnages du film rien est laissé au hasard.



La photo tient sa place dans le film, les acteurs aiment regarder des photos anciennes, elles ont leur place dans le film. Quand Faunia (Emmanuelle Devos) regarde la photo de Madeleine (la femme aimée par Henri), gros plan sur cette photo, j'ai ressenti un sentiment lointain, le temps passé. Cette très belle photo de Madeleine fait pensée à la photo magnifique de Thérèse (l'aimée doc 2007) sur son lit de mort portant sa robe de mariée.
Cela m'arrive quand je regarde une photo ancienne, j'ai le sentiment de plonger, d'imaginer. une histoire, une situation. Référence à la féerie dans le film du "Songe de nuit d'été" de Shakespeare, dut surement pour Arnaud à la très belle photo ancienne où l'on voit Thérèse déguisée en fée pour un spectacle d'école (vu dans
l'aimée doc 2007). La référence évidente au film de Bergman" Fanny et Alexandre" surtout pour la séquence magnifique, du très jolie spectacle de Noël mis en scène par les petits-enfants secondés par les parents et par le grand-père (voir la photo en couleur) .


Tous les acteurs sont géniales j'adore la folie de Mathieu Almaric, la gouaille tendre du grand Jean Baptiste Roussillon, Deneuve divine, très jolie (mon actrice préféré depuis ma tendre enfance) , Chiara Maestroanni, Melvil Poupaud (nouveau venu dans la famille cinématographique de Desplechin) Anne Consigny (Elisabeth la sœur un magnifique personnage). Françoise Bertin joue le rôle de Roseaimé (un personnage irrésistible).

Et nous sommes dans un vrais conte où les règlements de compte on lieu au moment des fêtes de fin d'année. Cela ne se passe jamais comme cela dans la vrais vie. Dans ce film Arnaud mélange le vrais et le faux.
Marie la sœur d'Arnaud, elle écrit des livres (les meilleurs ) pour la jeunesse et les grands aussi. Elle a une grande admiration pour Peter Pan de James Mathew Barrie. Le metteur en scène a d’ailleurs déjà fait jouer son frère Fabrice jumeau de Raphaëlle dans Comment je me suis disputé…, et on le voit aussi dans L'aimé. Roseaimé a inspiré Marie pour son livre "J'envie ceux qui sont dans ton cœur" elle est surnommée Tante Zique parce qu'elle joue du violon, du banjo et du jazzoflûte toujours accompagnée de son chien Monsieur Poupougne. Jean Neveux le cousin de Robert Desplechin est le héros de "Tu seras un homme, mon neveu."

Conclusion : J'ai ressenti une grande émotion à voir ces films (le documentaire et la fiction) . Un choc, concernant Conte de Noël c'est un film qui reste . Rien n'est laissé au hasard le moindre détail a une signification, la musique joue un rôle souligne la narration du film avec merveille et justesse. Oui c'est certainement le film le plus fort de l'année 2008 !

Ps : Voilà, mon analyse très modeste concernant la famille Desplechin et son univers.

7 commentaires:

gilda a dit…

Se complètent fort bien "L'aimée", le film documentaire d'Arnaud et "L'album vert" un livre de Marie publié discrètement il y a deux ou trois ans.
Dans les deux cas il s'agit de témoignages tendres et respectueux.

Pour le reste, est-ce que je me trompe ou est-ce que vous n'en dites pas davantage précisément par discrétion, comme quelqu'un devant une porte fermée, qui détiendrait les clefs et refuserait de les utiliser tant qu'on ne l'en a pas autorisé(e) ? En tout cas merci.

Clarabel a dit…

Très intéressante analyse !

(Je ne savais pas que Marie était la soeur d'Arnaud...)

erzébeth a dit…

Quel billet !
Je connais peu le réalisateur, et ignore l'œuvre de la romancière... tu parles de cette famille avec une délicatesse remarquable. J'ai vu "Un conte de Noël", mais j'ai été incapable d'en parler (surtout après avoir lu le splendide billet d'Holly...). Quelque chose est resté coincé dans ma gorge; je ne sais pas quoi, pourtant je reconnais que c'est un très grand film, rare dans le bon sens du terme : il en devient précieux.
Merci d'avoir écrit sur cette famille, ça me donne envie de faire plus ample connaissance avec elle...

Arlette a dit…

J'ai le plaisir de te t'annoncer que je t'ai attribué le prix Brillance weblog que tu peux venir chercher sur mon bog.

Malice a dit…

@ Gilda : je note l'album vert, intéressant, merci. Je suis discrète parce que ce n'est pas une famille que je connais personnellement.
@ Clarabel : Un grand merci !
@ Erzébeth : Merci, je trouve que c'est amusant, voir étrange de suivre un auteur et là un réalisateur. De ce souvenir de ses débuts et de voir comment un réalisateur évolue.
Je te suis oui ce film est précieux il me trotte dans la tête.... d'une grande force, une grande richesse.
@ Arlette : Un Grand Merci !!!! Un grand honneur ! Chouette !

sarah a dit…

Merci pour ce billet!
J'ai adooooré un conte de noel! comme toi , il me restera longtemps en mémoire ( mais apparement il ne fait pas l'unanimité: mon mec s'est endormi pendant le film...).

Nathalie a dit…

Je regrette encore plus de n'avoir pas vu "Conte de Noël" après avoir lu ton billet ! Je suis une grande fan d'Arnaud Desplechin et ai vu tous ses films depuis le premier moyen-métrage "La vie des morts"... des films "romanesques" à la Truffaut qui me touchent profondément et m'interpellent... J'ai vraiment hâte de voir ce dernier film où la distribution réunie est plus qu'alléchante !