Pages

vendredi 25 avril 2014

JEAN COCTEAU : Thomas l'imposteur

" Guillaume Thomas, malgré son nom d'incrédule, était un imposteur. Il n'était ni le neveu du général de Fontenoy, ni son parent d'aucune sorte." Il a seize ans, il est orphelin, et il vit chez sa tante qui l'élève. 
En août 1914, la princesse de Bormes se transforme en infirmière de luxe pour secourir les blessés durant cette abominable guerre.  Elle engage le jeune Guillaume Thomas se disant neveu du général de Fontenoy et sous-officier. Sa fille Henriette tombe amoureuse du beau jeune homme, mais voilà qu'il est affecté en Belgique. Il se trouve séparé de la belle Henriette ...
Ce roman est  fondé sur les souvenirs personnels de Jean Cocteau. Il  fut ambulancier durant la Grande Guerre. Il a pensé à Misia Sert  pour le personnage de la princesse de Bormes.  Thomas l'imposteur est un court roman de Cocteau agréable à lire mais qui ne m'a pas enthousiasmé plus que cela ! J'ai trouvé le ton très théâtral dut au fait que Thomas est un imposteur comme l'est un acteur jouer un rôle, endosser le costume de quelqu'un d'autre.



Cet autobiographie a été adapté au cinéma
par Georges Franju de 1965
Jean Cocteau participe au scénario du film. 
La voix off est de Jean Marais
Fabrice Rouleau : Thomas
Emmanuelle Riva : la princesse de Bormes
Jean Servais : Pesquel-Duport
Sophie Darès : Henriette
Michel Vitold : le docteur Vernes
Rosy Varte : Mme Valiche
Hélène Dieudonné : la tante de Thomas
Édith Scob : l'infirmière
Gabrielle Dorziat : la cartomancienne
Bernard Lavalette : le docteur Gentil
Jean-Roger Caussimon : l'évêque
Édouard Dermit : le capitaine Roy

Je ne connais pas le cinéma de Georges Franju, c'est le premier film que je vois de ce grand réalisateur. Emmanuelle Riva en princesse devenue infirmière. La guerre apparaissait à cette princesse comme le théâtre de la guerre! Théâtre réservé aux hommes! J'ai trouvé que le film était comme le roman de Cocteau, plutôt fade et ennuyeux avec un soupçon de poésie tout de même. Malgré tout il y a un passage qui m'a interpellé, durant cette guerre atroce, un spectacle est monté pour distraire les soldats. Une femme infirmière récite un très beau poème d'Edmond Rostand, moment poignant selon moi !

2 commentaires:

maggie a dit…

On me l'a offert il y a longtemps, j'essayerai de le lire mais j'avoue que la prose de Cocteau ne m'attire pas trop.

Malice a dit…

Moi j'aime beaucoup Cocteau ! Mais ce roman n'est pas son meilleur cela dit ;-)