Pages

mercredi 11 décembre 2013

Guiseppe TOMASI DI LAMPEDUSA : Le Guépard


Traduit par : Jean Paul Manganaro

" Les Piémontais ont débarqué. Nous sommes tous perdus." J'ai lu ce roman il y a très longtemps et depuis quelque temps une nouvelle traduction est sortie. Une bonne raison pour relire ce célèbre roman qui fut adapté au cinéma par Luchino Visconti. Le roman de Lampedusa commence comme une pièce de théâtre. En effet, on peut considérer la première partie comme une longue scène d'exposition. Le roman commence en 1860, au moment où Garibaldi et ses "Chemises rouges", débarque en Sicile pour y renverser la monarchie des Bourbons de Naples et l'ancien régime. Le prince  Salina observe la dérive de sa propre famille et des bouleversements politiques qui s'opèrent lors de la création de l'unité de l'Italie. Fabrizio autorise Tancrède à se marier avec la belle Anjelica, beaucoup de complicité entre l'oncle et son neveu. "Le Prince se taisait : la fille, oui, cette Angelica qui viendrait ce soir pour le dîne ; il était curieux de voir cette petite bergère pomponnée ; il n'était pas vrai que rien n'avait changé ; don Calogero aussi riche que lui ! Mais ces choses, au fond, étaient prévues, c'était le prix à payer."Nous assistons à la chute des grandes familles de Sicile telle la maison Salina, la défaite du Guépard (le blason des Salina) et à l'ascension d'opportunistes, tel Don Calojero, un parvenu. La fameuse scène du bal des Ponteleone. L'occasion de présenter Angelica à la "société" de Palerme. Ce bal  splendide souligne l'avenir, une ouverture sur un monde nouveau mais aussi sur un monde finissant.
" - Vous savez, don Pietrino, les "nobles", comme vous dites, ne sont pas facile à comprendre. Ils vivent dans un univers particulier qui n'a pas été créé directement par Dieu mais par eux-mêmes durant des siècles d'expériences très particulières, de soucis et de joies bien à eux ; "



"Le Guépard" est un livre magnifique à l'écriture élégante, délicate. Il fait revivre au lecteur les grandes heures de l'Italie et son passage d'une société féodale et religieuse à une société moderne et démocratique avec tout ce que cela implique de renoncements. Le Guépard est une fresque historique et romanesque. " Je vous le dis tout de suite, en deux mots : il dit qu'il n'y a eu aucune révolution et que tout continuera comme avant." L'auteur Guiseppe Tomasi di Lampedusa est décédé juste après avoir écrit son unique roman. Ce roman tout comme le film de Visconti évoque la fin d'un monde d'une société aristocratique en pleine décadence, qui se meurt.
Le Prince regarde  : la Mort du Juste de Greuze
" Tout cela " pensait- il" ne devrait pas pouvoir durer ; cependant cela durera toujours ; le toujours humai, bien entendu, un siècle, deux siècles ... ; et après cela sera différent, mais pire. Nous fûmes les Guépards, les lions, ceux qui nous remplaceront seront les petits chacals, les hyènes ; et tous ensemble, Guépards, chacals et moutons, nous continuerons à nous considérer comme le sel de la terre."




Le Guépard 


Palme d'or à Cannes en 1963
de Visconti est magnifique grandiose
Une splendide adaptation du roman de Guisseppe Tomasi di Lampedusa très fidèle.
Interprétation : Burt Lancaster - Alain Delon- Claudia Cardinale
Le film de Visconti ne se résume pas qu'à la scène du bal qui est il faut le reconnaître de toute beauté et fastueuses ! Luchino Visconti est originaire d'une famille aristocratique. Il s'est tout de suite reconnu dans le roman de Tomasi di Lampedusa
Le complément concernant le film et le livre voir chez Claudia.




6 commentaires:

Kathel a dit…

Un très beau livre et quel film !

Mrs Figg a dit…

J'ai également beaucoup aimé les 2 (livre et film). Tu parles d'une nouvelle traduction, as-tu l'impression qu'il y une grande différence par rapport à l'ancienne ? ... du coup, je vais peut-être également le relire !

Malice a dit…

@ Kathel : Oui et comment une petite préférence pour le film tout de même ;-)
@ Mrs Figg : J'ai lu ce roman une première fois, il y a une vingtaine d'année et je l'avais emprunté à la médiathèque. J'ai relu ce roman en poche, et j'en déduis qu'il a été retraduit il y a quelques temps, c'est tout. Bien souvent des grands classiques ont besoin d'être à nouveau traduit, la raison et je pense tout simplement pour être au plus près du texte originale.

Lou a dit…

Un projet de lecture de longue date en ce qui me concerne...

maggie a dit…

Tu as aimé le film ? J'ai les deux !!!!! depuis, longtemps et il faut que je les lise !!!!

Malice a dit…

@ Lou et Maggie : Le roman est un grand classique à la Stendal de mon point de vue. Mais le film est tout simplement grandiose ! Et comment c'est tout de même un film de Visconti un de mes réalisateurs préférés ;-)