Pages

dimanche 29 juillet 2012

DAVID LODGE : Un homme de tempérament


Traduit par Martine Aubert

C'est un roman autobiographique comme l'était " Auteur ! Auteur !" sur Henry James. Là, il s'intéresse à son compatriote Herbert George Wells(1866-1946), lui aussi très prolifique, non seulement réputé pour ses romans de science-fiction - La machine à explorer le temps, L'île du docteur Moreau, L'homme invisible, La guerre des mondes, etc. -, mais il a  écrit des romans à connotation sociale et politique ainsi que nombre d'ouvrages de vulgarisation..."

Il voulait laisser le monde dans un meilleur état que celui dans lequel il était né". Il a été un grand  séducteur ; un défenseur de l'Amour Libre. David Lodge ouvre son roman  à Londre au 13 Hanover Terrace, barricadée pendant le blitz de 1944, il est revient sur son existence peuplée d'incidents, de livres et de femmes sous la forme d'un dialogue avec lui même. Il est issu d'un milieu très modeste,  de santé fragile, il se tourna très vite vers le journalisme et la littérature. Son premier roman « La machine à remonter le temps » rencontra immédiatement un immense succès, ce qui, très vite, lui assura aisance et admiration auprès des femmes.  
" Le sexe pour (Wells) était idéalement une forme de récréation, comme le tennis et le badminton, quelque chose que l'on faisait quand on était avec satisfaction venu à bout d'une tâche, pour se défouler et exercer un moment son corps plutôt que son esprit. Il avait un rapport complexe avec les femmes, la plupart du temps insatisfait sexuellement, plusieurs femmes ont compté dans sa vie entre autre Isabel (sa cousine), Jane (étudiante quand il l'a connu, il a eut un fils avec elle nommé Gip), Moura et Rebecca West avec qui il a eut un fils Anthony. Jane accepte les relations hors mariage de son mari, elle refuse le divorce. Elle restera mariée  à lui jusqu'à sa mort en 1927. 
Bernard Shaw 
Wells se servait de ses femmes en tant que secrétaires et copistes.  Il prône l'amour libre, il a beaucoup de succès auprès des très jeunes femmes vierges .Un passage amusant, une complicité ce lie entre Rosamund la fille de Hubert Bland et H.G Wells. " -On entend tant de choses sur le sexe, on en parle dans les livres, et on ne sait pas quoi ou qui croire, et de toute façon, les mots ne vous diront jamais comment c'est vraiment. Est-ce merveilleux et ordinaire ?"Une histoire d'amour qui ne prend pas une tournure simple, et elle est loin d'être aussi idyllique qu'elle aurait dû ! 
Comme de nombreux intellectuels de son époque entre autre Edith Nesbit et Bernard Shaw , il fait partie de la Société des Fabiens (tendance socialiste, et à l'origine du parti travailliste).
" Je veux changer le monde s'enhardit-il, pas seulement le décrire. Il faut commencer quelque part j'ai décidé de commencer par la société fabienne."Il sera rejeté en 1908 car il a des idées trop en avance sur son temps.  Il est ami de G.B. Shaw, Henry James et Conrad, proche de George Orwell. Si H.G. Wells connaît un grand succès littéraire de son vivant, James se vend mal. Par contre, James sera une référence littéraire après sa mort alors que l'on ne retiendra de Wells que quelques romans visionnaires sur la nombreuse production. "Orwell avait certainement tort de dire que vous aviez cessé d'influencer les jeunes après 1920 ? - Je suis resté célèbre pendant quelque temps encore, en ce sens que l'homme de la rue, presque partout, connaissait mon nom."" En tant que romancier j'étais complètement dépassé. C'étaient les écrivains expérimentaux d'avant -garde qui menaient la course dans les années vingt- James Joyce, D.H. Lawrence et Virginia Woolf."
Edith Nesbit
 Edith Nesbit est une grande amie de Wells, elle tient une place importante dans le roman de David Lodge.  
 En 1880, elle épouse un homme d'affaire Hubert Bland. Il devient un journaliste politique de renom. Ils sont  comme de nombreux intellectuels de leur génération membres de la Société Fabienne. " Hubert Bland était tout autant qu'elle un personnage singulier et plus grand que nature, mais il était plus difficile de rassembler les diverses composantes de sa personnalité pour faire un tout cohérent et interprétable. Il était au nombre de ceux qui s'étaient séparés de "La Nouvelle Vie", société idéaliste utopienne, pour fonder la Socité fabienne en 1884, dont il était depuis le trésorier honoraire, sans en être pour autant un membre représentatif." Avec le succès de ses livres, Edith Nesbit et sa famille font s'installer dans le Kent à Well  Hall. La famille Bland reçoit beaucoup chez elle une faune de gens aux idées extravagante : écrivains, hommes politiques, des excentriques, des enfants abandonnés etc ... H. G Wells est un grand habitiué de Weld Hall." Lui et Jane avaient été présentés aux Bland par Grahm Wallas quelques mois plus tôt, à Dymchurch , village situé non loin de Sandgate le long de la côte, où ils avaient une maison de vacances." L'ambiance est très bohème, liberté des mœurs. Ils avait quatre enfants : Paul, Iris, Rosamund et John. E. Nesbit publia "Les enfants du rail", considéré comme étant son chef-d'œuvre.
Henry James

" Gip avait surnommé James "Monsieur Œuf" car il consommait trois œufs cuits au bain-marie au petit-déjeuner, et peut-être parce qu'avec sa bedaine aux courbes symétriques, son visage ovale rasé de près, et son grand front dégarni, sa silhouette en était venue peu à peu à ressembler à un œuf."Henry James ami de H.G Wells a passé un week-end à Spade House.
Moura : Baronne Budberg
sécrétaire de Gorki

Il entame une relation avec Elizabeth von Arnim. Il connaissait ses talents d'écrivain et son roman "Elizabeth et son jardin allemand "avait été une sensation littéraire en 1898. Il eut une longue relation avec Moura pour qui il avait un immense respect. "- La famille d Moura a été détruite par la Révolution. Elle n'a jamais adhéré pleinement au communisme, même si elle a dû faire semblant pendant qu'elle vivait en Russe, et elle a quitté le pays dès qu'elle a pu le faire en toute sécurité."

"Un homme de tempérament" est  un roman extrêmement documenté écrit comme souvent chez David Lodge avec une touche d'humour. C'est un roman intéressant mais trop long !!!!  J'ai apprécié tout de même de lire ce gros pavé après avoir lu" le livre des enfants" d'A. S Byatt car il traite de la même époque. " L'enthousiaste Wells publia un étrange roman, Au temps de la comète, où, dans un futur très proche, le champ magnétique d'une comète frôlant la Terre transforme la sexualité de la race humaine, qui devient simultanément libertine, sans éprouver aucune culpabilité, rationnelle, et prête à confier ses enfants à des nurseries communales financées par l'État."


3 commentaires:

Richard a dit…

Bonjour,

J'ai ce roman sur ma table de chevet depuis quelques mois. Je pense que tu m'as convaincu.
Il fera partie de mes prochaines lectures.
Merci !

Malice a dit…

Et bien je suis ravie ;-)

dasola a dit…

Bonjour Malice, j'ai dit le bien que je pensais de cette biographie romancée le 05/02/12. http://dasola.canalblog.com/archives/2012/02/05/23438058.html . Je ne m'attendais pas du tout à ce que j'ai lu. Bonne après-midi.