Pages

mercredi 17 août 2016

Alain-Fournier : Lettres à Jeanne

édition établie, préfacée et annotée par Ariane Charton
 

Ariane Charton a eu la très bonne et belle idée de faire connaître ces lettres écrites par Alain-Fournier
Le Grand Meaulnes, unique roman d’Alain-Fournier, est illuminé par Yvonne de Galais. Mais un autre personnage féminin, plus sombre, n’est pas moins important dans l’histoire : Valentine, la fiancée de Frantz de Galais. Comme Yvonne, Valentine est inspirée d’une femme que l’écrivain a connue : Jeanne Bruneau. "Jeanne Bruneau est modiste. Elle travaille pour un grossiste dans son modeste logement, 10 rue Chamoinesse, près de Notre-Dame. Née le 25 septembre 1885, elle est originaire de Bourges."
La liaison entre cette jeune modiste berrichonne et l’écrivain a duré de février 1910 et avril 1912, deux ans qui correspondent à l’écriture du Grand Meaulnes. Les huit lettres à Jeanne et les documents liés à cet amour torturé.
"Vous m'avez accusé dans votre lettre de prendre plaisir à vous faire souffrir. - mais si mon amour était inquiet, tourmenté cruel même, c'est , vous le savez bien, parce que je vous aimait trop, et je vous aurais voulue digne de mon amour." "L'amour comme un vertige, comme un sacrifice et comme le dernier mot surtout. La chose après quoi plus rien n'existe.""Seules, les femmes qui m'ont aimé, peuvent savoir à quel point je suis cruel. 
Les lettres  sont rassemblées dans ce merveilleux petit ouvrage. Elle permettent de découvrir un Alain-Fournier passionné, fiévreux, délicat et exigeant. Ce petit ouvrage est un beau complément à la magnifique biographie d'Ariane Charton. 



Rue du vieux Bourge

Un jeune écrivain assoiffé d’absolu qui rêvait de faire partager son rêve à Jeanne/Valentine et que la Grande Guerre devait faucher en septembre 1914, à l’aube de sa carrière.
Rue du vieux Bourge



La couverture des "Lettres à Jeanne" est du peintre André Lhote ami de Fournier : " Je remercie André d'avoir tant admiré la pauvre petite Jeanne  et d'avoir fait trois petits tableaux où elle est assise, au bord de la vallée, et penche la tête avec inquiétude." 


Aucun commentaire: