Pages

vendredi 5 février 2016

CLEMENCE BOULOUQUE : Un instant de grâce


"Cachée en chacun de nous, il existe une personne secrète, souvent inconnue même à nous -même. La force des circonstances peut nous mener à ce point précis où ce tempérament intérieur prend l'ascendant et change le cours de nos vies."En 1964, à Dublin. Mel Ferrer, le mari d'Audrey Hepburn, organise une rencontre entre la jeune femme et celui qu'elle n'a pas vu depuis près de trente ans, Joseph, son père, qui avait abandonné sa famille pour mieux embrasser ses idéologies fascistes et dont la trace s'est perdue dans le fracas de la seconde guerre mondiale. 

La jeune Audrey Hepburn;  rêvait d'être danseuse étoile, rêve qu'elle n'a pas pu réaliser car elle était trop grande. " C'était un film bluette, " Nous irons à Monte-Carlo, qui l'avait semé sur la route de Colette. En apercevant Audrey dans les couloirs de l'Hôtel de Paris, la romancière avait en elle vu Gigi, l'héroïne de sa nouvelle, adaptée au théâtre, et dont elle désespérait de trouver l'interprète pour Broadway. Une photo dédicacée portait le témoignage de cette rencontre : "Pour Audrey, trésor que j'ai trouvé sur une plage""
Elle a rattrapé le temps perdu en jouant dans de nombreux films qui reste dans la mémoire de nombreux cinéphiles comme Vacances Romaines, Sabrina, Diamants sur Canapé . Ces films ont fait d'Audrey Hepburn l'une des icônes d'Hollywood. Sa vie intime a été marqué par des doutes et  des fêlures, une gravité. Dans ce court roman de Clémence Boulouque un passage à retenu mon attention : le rapprochement entre Anne Frank et Audrey Hepburn

. "Anne Frank et moi sommes nés dans la même année, a vécu dans le même pays, ont connu la même guerre, sauf qu'elle a été enfermé et je suis à l'extérieur. Lire son journal était comme la lecture de mes propres expériences de son point de vue. Je suis tout à fait détruit par elle ... Il était dans un coin différent de la Hollande, mais tous les événements que je vécus étaient si incroyablement bien décrit par son, et pas seulement ce qui se passait à l'extérieur, mais ce qui se passait à l'intérieur d'un jeune fille commence à être une femme ... le tout dans une cage. Elle a exprimé la claustrophobie, mais la transcende par son amour de la nature, sa prise de conscience de l'humanité et son amour réel amour de la vie. »-
Audrey Hepburn parle Anne Frank.

Pourquoi une mélancolie plane dans le regard d'Audrey Hepburn, une comédienne pleine de grâce et d'espièglerie ? " Un instant de grâce" est un roman à la fois léger et grave, et l'écriture de Clémence Boulouque est  semblable à l'élégance d'Audrey Hepburn. 

Un très beau complément ici, où Audrey Hepburn parle merveilleusement en français. 




1 commentaire:

Wictoria W a dit…

très beau !merci