Pages

samedi 8 juin 2013

JEFFREY EUGENIDES : Le roman du mariage

Traduit Olivier Deparis

Dans les années 80, à l'Université de Brown, Madeleine Hanna fait une thèse sur « la question du mariage dans le roman anglais» et elle a une passion en particulier pour Jane Austen et le roman victorien. Une femme, deux hommes, nous (lecteur) retrouvons en plein trio amoureux.   Leonard est un homme séduisant, étudiant en biologie mais  maniaco-dépressifs. Mitchel, lui, est un étudiant, d'origine grecque  Mitchell est attiré par les études théologiques et va partir en Inde et en Europe avec un ami, Larry. Il ira même en Grèce pays de ses origine.  Madeleine tombe sous le charme de Leonard, Mitchell tombe sous le charme de Madeleine aussi. Madeleine est un personnage romantique,  une fille de bonne famille. Elle découvre  avec exaltation " Fragment d'un discours amoureux" de Roland Barthes. "Se baissant, il plongea la main dans le sac de Madeleine et, de la poche où il était toujours rangé, sortit Fragment d'un discours amoureux." La lecture de ce livre aura une influence sur sa vie
Madeleine va former un couple très soudé avec Leonard, même si le couple est un peu chaotique à cause de sa maladie, sa psychose. 

Le bonheur n'est pas présent dans ce roman, il n'existe pas en littérature. Le roman a besoin de tragédie, les beaux romans doivent être complexes et cruels. "Le roman du mariage" est un roman initiatique. Mon avis est mitigé j'ai été sous le charme du roman au début puis par la suite je me suis ennuyée. Ennui dû a des longueurs surtout la partie concernant la maladie mental de Leonard bien trop longue. Je dois dire que Leonard est un personnage qui n'a pas su me séduire, par contre j'ai bien aimé Mitchell, personnage attachant et profond. Madeleine pour ma part est une jeune fille qui m'a paru assez fade, c'est un personnage pour moi sans relief. Au final cela reste un livre sur la jeunesse américaine d'une époque celle des années 8O. C'est le premier roman de Jeffrey Eugenides que je lis. 




Enregistrer un commentaire