Pages

samedi 22 juin 2013

ANTOINETTE PESKE : La Boîte en os

Antoinette Peské, ancienne enfant prodige dont Apollinaire voulait faire publier les poèmes alors qu'elle n'avait que dix ans. C'est un point commun avec Mireille Havet. 

 Norbert est un jeune français, dans un lycée d'Edimbourgh,  il rencontre un de ses élèves, John Mac Corjeag. Il se lie d'amitié avec lui , son père est le Révérend Jérémie Mac Corjeag. John Mac Corjeag est  passionné et doué pour la peinture. Rentré en France, Norbert reste quelques années sans nouvelles puis il apprend que son ami a été interné, il est déclaré guéri. Il se retrouvent par hasard à Londres John lui raconte qu' il a toujours été fasciné par les yeux et en particulier ceux de sa compagne de jeux  Margaret O'Don." Mais les yeux, les yeux surtout m'ont toujours fortement intrigué et m'intrigueront toujours.""Enfant, j'étais particulièrement troublé par les yeux des autres enfants et je ne sais comment j'ai pu résister à l'envie de crever les prunelles de ceux que j'aimais. " Il est fasciné par son visage. Cette fascination le mène à la folie, une folie vertigineuse. "Parfois le visage clos de Margaret souriait, parfois les lèvres s'entrouvraient et balbutiaient des paroles qui me semblaient incohérentes, parce que, sans doute, je ne les comprenais pas."Le grand thème de ce roman s'est l'amour fou. " J'avais beau la tenir dans mes bras, la serrer sur ma poitrine à l'écraser, son corps, son cerveau, un cerveau à côté de mon cerveau, son cœur, un cœur à côté de mon cœur. Et cela ne laissait pas de m'étonner. Ne pas pouvoir être un avec ce qu'on aime !" En faite il n'est pas seulement question d'un amour dévastateur mais de plusieurs  qui se transmettent  de génération en génération. L'amour est plus fort que la mort. Dans ce roman la folie est traité comme si c'était un personnage à part entière. 

Antoinette Peské nous livre un message comme quoi l'amour est plus fort que la mort. 

© Louis Janmot : le Poème de l'âme. Cauchemar
Ce tableaux illustre bien l'ambiance gothique qui se dégage du roman d'Antoinette Peské.

Roman à l'ambiance gothique, l'atmosphère étrange, il est question de fantôme, de revenant. L'écriture est fiévreuse, ce roman est un petit bijou assez étonnant, un roman très anglo-saxon. 

2 commentaires:

Karine:) a dit…

Ah oui, ça semble tout à fait gothique et passionné... En plus, il y a le thème de la folie sous-jacent... pourquoi pas!

Malice a dit…

Oui c'est un livre pour toi j'en suis certaine ;-)