Pages

lundi 6 août 2012

JACQUES DEMY : LOLA


Depuis la fin juillet ressort avec une très belle copie le 1er film de Jacques Demy : LOLA. La première fois que j'ai vu ce film c'était au cinéma Georges de Beauregard en 1989. Je viens de le revoir dans sa belle version restaurée à l'Arlequin (anciennement appellé le cinéma Jacques Tati).
Lola, danseuse de cabaret, dans la vrais vie elle se nomme Cécile et elle élève un garçon dont le père, Michel, est parti depuis sept ans. Elle l’attend, elle chante, danse, et aime éventuellement les marins qui passent. Roland Cassard, un ami d’enfance retrouvé par hasard, devient très amoureux d’elle. Mais elle attend Michel…

Michel revient à Nantes, tout de blanc vêtu comme un ange il conduit une belle voiture décapotable blanche. Il m'a fait penser à un personnage tout droit sorti de l'univers de Cocteau. Lui, Michel est l'homme qui compte dans la vie de Lola mais comme il est à la recherche de la femme aimée son premier amour qui se nomme Cécile et non Lola, il traverse dans le film l'on le voit peu sauf à la fin. Puis Lola a une aventure avec Franckie un marin américain qu'elle a rencontré au cabaret. Il ne peut pas rester à Nantes il doit partir pour Cherbourg.
Lola est une femme touchante, attachante par sa beauté, son charme.
Parallèlement Roland est amené à rencontré une jeune Cécile qui va sur ses quatorze ans. Cette dernière rencontrera Frankie aussi mais elle n'a jamais rencontré Lola/Cécile. J'aime beaucoup la complicité entre la jeune Cécile et Franckie quand ils vont à la fête foraine, moment de féerie accentué par les effets effectués à la prise de vue. La sensation aérienne est due aux mouvements des acteurs. C'est un film sensuel avec beaucoup de grâce. Lola est un film lumineux, un film qui fait rêver, beaucoup d'émotion chez Annouck Aimé, dans son visage, dans ses gestes que j'en ai presque les larmes aux yeux . C'est un très beau film c'est une très bonne idée d'avoir redonné vie à ce film splendide, de toute beauté en tout cas pour moi ! Aussi, il faut reconnaître que Jacques Demy dont Lola était son premier film, était un véritable amoureux du cinéma. Son film est et reste authentique, il rend hommage à des ou à un cinéaste qu'il apprécié Max Ophuls (clin d'œil à Lola Montes) mais il reste simple, il n'essaye pas à tout pris à faire comme. En sortant du cinéma, la première impression qui m'est venu en tête c'est qu'aujourd'hui il y a plus de cinéaste qui soit capable de réaliser des films de cette qualité, il y a plus dans le cinéma contemporain d'élégance dans la façon de filmer.

Pendant mes vacances j'étais à Nantes et se fut un petit pèlerinage Jacques Demy en tout cas j'ai pensé très fort à lui. Tout d'abord en allant à la Cigale, une brasserie magnifique, dans le film c'est un cabaret où Lola va danser.
Puis le Passage Pomeray, un lieu magique et très cinégénique, c'est dans ce passage que Lola croisse souvent Roland. Elle emprunte ce passage pour emener son fils Yvon à l'école.
*****
Dans le cadre de la manifestation à Nantes : Le voyage à Nantes
Agnès Varda a reconstitué la boutique de télévision du film de Jacques Demy "Une chambre en ville" dans le Passage Pomeray.

5 commentaires:

Mon Carmadou a dit…

C'est un film magique, que l'on revoit toujours avec le même plaisir. Vous avez de la chance d'être passée par Nantes et de marcher dans les pas de Jacques Demy...
Nous avons fait Rochefort, où l’âme du cinéaste est aussi bien présente.

Mango a dit…

Il y a plusieurs années que j'ai vu ce film mais j'en garde un souvenir ébloui!

antigone a dit…

J'adore le passage Pomeraye, j'y ai même travaillé quand il y avait encore une librairie, moments dont je me souviens avec nostalgie... ;) Par contre, je ne suis jamais rentrée à La Cigale, c'est bête, j'ai toujours pensé que c'était trop chic pour moi.

maggie a dit…

Je ne connais pas Nantes mais tes photos montrent des lieux très esthétiques qui donnent envie de visiter la ville...

Titine a dit…

Un film élégant et aérien, c'est exactement ça ! Et Anouk Aimée est si belle dans ce film. Un bonheur !