Pages

vendredi 11 juin 2010

ADÈLE H & ADÈLE ET LA PACOTILLEUSE



C'est la fille de Victor Hugo : Adèle Hugo, était un enfant sensible et fragile. Elle a tenu un journal. Ce journal a servit à Truffaut et Confiant pour la réalisation du film et l'écriture du roman "Adèle et la pacotilleuse", puisque c'est grâce à lui que nous connaissons sa personnalité et sa défiance mentale.
Le film de François Truffaut est un film qui ma complètement fasciné quand je l'ai découvert la première fois à la télévision adolescentes Truffaut. Dans ce film, il se dégage une force pas croyable remplit de folie et de sauvagerie qui ne s'oublie pas. Isabelle Adjani est fantastique dans ce film, elle est très jeune tout juste vingt-ans me semble t-il ! Truffaut l'a enlevé de la Comédie Française




L'HISTOIRE D'ADÈLE H

En 1863, Adèle est à Halifax (en Nouvelle Écosse, elle décide de s'y installer dans le seul but de retrouver le lieutenant Albert Pinson, elle a fait sa connaissance à Guernesey. Il appartient à l'armée anglaise. Elle est terriblement amoureuse de lui et elle souhaite le revoir pour une demande en mariage. Elle se rend dans une pension ou elle prend un nom d'emprunt Melle Lewly. Elle désire caché sa véritable identité, dire tout simplement qu'elle est la fille cadette de Victor Hugo. Adèle évoque sa sœur Léopoldine tant aimé par son père. Elle fait de fréquent cauchemars fiévreux où elle a le sentiment de se noyer dans la passion amoureuse qui la dévore. Son amour le lieutenant Pinson la dévore, elle sombre rapidement dans la démence. Il vient la voir à sa pension , elle est sous le choc elle veut qu'il l'épouse mais son père s'y oppose formellement. il la repousse. Elle croit à cette amour qui brûle en elle, elle en souffre " Je suis ta femme "dit elle après l'avoir vu. Séance de spiritisme (Victor Hugo était lui même très féru de faire tourner les tables et appeler les esprits), Adèle fait appel à sa sœur Léopoldine. Elle surprend un soir le lieutenant avec une femme, elle en est jalouse cela est insupportable pour elle. En même temps l'on sent chez elle un certain plaisir à observer son éventuel futur mari avec une autre, séquence de voyeurisme. Elle tient un journal où elle évoque sa passion amoureuse . Mais elle écrit de nombreuses lettres pour rassurer sa famille. Pour elle l'amour est "la religion du cœur". La folie monte en crescendo. Les nuits sont fiévreuses, elle a des hallucinations .

La scène me semble t-il pivot dans le film qui fait qu'Adèle bascule dans la démence, dans un autre monde, une autre dimension. C'est quand elle dédie un autel à son amour (l'on pense au Quatre Cent coup : l'autel a Balzac) . Il est vivant le lieutenant Pinson mais son âme est morte, fantasme. Elle ment à ses parents en disant qu'elle est mariée avec Albert Pinson qu'elle se nomme maintenant Madame Pinson. Bref, elle fait tout pour le reconquérir allant dire qu'elle est enceinte de lui. Au fur et à mesure, elle devient sauvage, elle fait peur ! Le lieutenant Pinson sera envoyé aux Antilles, dans l'île de la Barbade, Adèle le suit bien sûr rien ne la retient dans son amour platonique pour le le lieutenant. Elle se trouve à Bridgetown en haillons, elle erre dans les rues tel une âme errante, un spectre, un mort ambulant.


C'est un film sur la folie des sentiments amoureux. Le grand thème du film est celui de l'identité Adèle s'est plusieurs personnes : Miss Lewly, Adèle, Madame Pinson, voir aussi elle s'approprie l'identité de sa sœur. Mais quand elle évoque le lieutenant elle lui approprie d'autres identités il est à la fois son beau-frère, son cousin, son fiancé. Souvent, elle se contredit et s'enfonce dans ses mensonges.
" Je ne t'ai pas crue une miette seconde lorsque, t'ayant recueillie, errante dans une ruelle du port de Bridgetown, en l'île de Barbade, tu m'as déclaré avoir pour père le plus grand poète de ce pays aux contours pour moi irréels qu'est la France . Haillonneuse, maigre jusqu'à l'os, tremblotante des lèvres et des mains, un feu inconnu brillait dans le grain de tes yeux qui m'a, irrésistiblement, attirée vers toi, spectre égaré en plein jour."

*************
Adèle et la pacotilleuse
de Raphaël Confiant

Le roman commence quasiment où finit le film de Truffaut.
" Mon Albert, mon ange, ton Adèle t'a enfin rejoint. L'océan ne nous sépare plus. Je suis là à t'attendre, prête à fixer la date de notre union. Celle qui ne vit que pour toi. " Elle est partie à sa rencontre à Halifax, officier de l'armée anglaise. Céline Bàà, la pacotilleuse a quarante-deux ans quand elle rencontre Adèle. Elle se prend d'affection pour la fille cadette du grand écrivain. Adèle apprécie Céline car elle ne la traite pas de folle. Elle s'occupe d'elle comme si elle était sa mère. C'est une femme généreuse, maternelle, sensuelle.
" Je suis contrainte de la faire manger à la cuiller comme un bébé et elle est devenu plus maigre qu'un balai. La nuit, elle ne trouve pas le sommeil et déparle-déparle-déparle d'une voix d'outre-tombe qui parfois m'effraie. À la Barbade, le monde des Blancs l'a rejetée."
Céline est l’unique interlocutrice d’Adèle contre tous: ceux qui doutent de son identité, certain on du mal à croire que cette femme folle qui se dit marier est la fille du grand poète. Elles échappent aux recherches du détective Henry de Montaigue qui est chargé par l'écrivain de retrouvé sa fille perdue.

Dans Adèle et la pacotilleuse, ce roman tourne autour de l'exil ! " Y a-t-il, dans tous les dictionnaire du monde, un mot plus chatoyant qu"exil"? La charge de grandeur mêlée de nostalgie qu'il charroie, l'aérienne prestance de ses si brèves syllabes ne peuvent être égalées. Pourtant, il ne recouvre pas exactement le même sens dans la bouche d'Adèle Hugo (pas plus que dans son Journal) et dans la mienne." Celui d'Adèle bien sur, mais celui de son père aussi un grand homme de combat politique qui sera obligé de quitter son pays dans un premier temps à Jersey, puis ensuite à Guernesey.
Raphaël Confiant rend hommage à Victor Hugo. Il tente à rapprocher Céline Alvarez Bàà avec Bug-Jargal (œuvre de jeunesse). C'est un portrait d'un Victor Hugo fatigué par la vie, ses épreuves et le chagrin de la mort de sa fille Léopoldine, la santé mentale d'Adèle (qu'il nomme affectueusement Dédé) le préoccupe beaucoup, le décès de sa femme Adéle. La pacotilleuse rencontre à Paris, le grand poète quand elle ramène Adèle chez "Qu'est ce que la folie ? J'ai beau lire et relire Érasme, j'avoue que je ne comprends pas. Sans doute la folie d'amour est-elle grandement différente de la foie ordinaire." Son frère Eugène aura été touché par la folie aussi. À Paris, la négresse noire participera aux séances de spiritisme, faire tourner la table, entrer en contact avec les morts. " La table tourne, elle se soulève, emportant nos mains posées pourtant bien à plat sur elle, elle se met à trembler, à rugir tel un fauve en cage, elle ricane."
L'écriture de ce roman est colorée, métissage, français bien sûr mais créole, espagnol et anglais. Avec ce roman nous naviguons dans les Antilles mais aussi en France.

J'ai apprécié la lecture de ce roman, mais c'est le premier roman de Raphaël Confiant que je lis et je pense que certain détail ou plutôt manque de connaissance ne m'ont pas permis d'apprécier ce roman à sa juste valeur.

11 commentaires:

cathulu a dit…

Un film que j'ai adoré à as sortie! Quant au livre, tu m'as donné envie d ele découvrir!

maggie a dit…

Je le lirai certainement dès que j'ai le temps (il faut que je le trouve sans le DVD que j'ai acheté il y a déjà longtemps !)

Mango a dit…

Quelle tragédie romanesque, cette vie!
J'ai bien envie de voir ce film!

Patricia George a dit…

J'adore ce film (un de mes préférés. J'ai même appelé une chienne que j'ai produite Xcess Adèle H. ( elle est championne de Suisse). Merci pour ce billet !
http://xcess-xcess.blogspot.com/2009/09/die-echte-adele.html

Bridget a dit…

J'adore ce film et aussi retrouver Bruce Robinson dans "Still crazy"en 98 http://www.imdb.com/title/tt0149151/comme un étrange echo à Adèle.
Je ne connaissais pas ce livre, tu me donnes très envie de lire!

claudialucia ma librairie a dit…

Une belle et double analyse sur le même personnage. J'ai aimé le Truffaut; c'était le film culte (avec d'autres heureusement!) de mes filles quand elles étaient jeunes; on le repassait en boucle; on a fini par le connaître par coeur!

Valérie a dit…

J'ai revu ce film à la télé il y a peu. Quelle belle histoire d'amour (non partagée)! Isabelle Adjani y est fabuleuse.

Malice a dit…

@ Cathulu & Bridget : oui le film est magnifique. Et tant mieux si tu as envie de découvrir le livre. Il est vraiment intéressant en tout cas !
@ Maggie : Je comprends !
@ Manqo : Tu ne connais pas le film mais c'est à tomber :)))
@ Patricia Amusant en effet d'avoir appelé une de tes chiennes Adèle en mémoire à Adèle H. De rien pour le billet c'est un plaisir de partager mon amour pour ce personnage très romantique !
@ Claudia : Cela ne m'étonne pas c'est un film tellement féminin.
@ Valérie : Oh ! Oui ;-)

Anjelica a dit…

j'ai vu ce film il y a longtemps et j'avais bcp aimé :)
La prestation d'Isabelle Adjani était superbe !

Holly Golightly a dit…

Je compte bien te parler de ce billet, également...

nady nelzy-odry a dit…

C'est un beau film , saisissant dans le travail de la comédienne quant elle joue le role de femme folle qu'est devenue Adèle
Le roman de Confiant est très beau aussi, il nous fait voyager dans la langue metisse le créole francisé ou le français créolisé , c'est ce que j'aime le plus
J'espère que nous ne serons pas déçu par l'adaptation au théâtre "la costumière " !.....