Pages

lundi 22 août 2016

Véronique Ovaldé : Déloger l'animal

C'est une autre Véronique qui m'a donné envie de lire ce roman !

"Je m'appelle Rose comme ma mère. Pas rose bis, pas Deuxième Rose, pas Bouton de Rose, pas Rosalie, Rosette, Rosa Niña, Seven Sisters Rose ou Rosa Gallica, non je m'appelle simplement Rose, comme elle"Rose a quinze ans, mais elle a le sentiment d'en avoir sept . Fille spéciale, un peu attardée, elle vit dans un monde de songes et de représentations fantasmagoriques à Camerone. Ses seuls amis sont les lapins qu'elle élève sur la terrasse.   
"Il est redescendu et je me suis assise sur mon banc pour réfléchir tout à loisir à l'absence de maman. "Donc la mère de Rose a disparût et elle va partir à la  découverte de l'histoire de ses parents et de leur rencontre. Et elle est aidée par Madame Isis,  une voisine. Elle tente d'en savoir plus sur  les mystères de la calvitie de sa mère Elle souhaite connaître d l'identité de son vrai père . 

Une écriture particulière, Dérogé l'animal est un roman étrange et déroutant. C'est un roman particulier, il secoue le lecteur, il le rend mal à l'aise parfois. Mon avis sur ce roman est tout de même assez mitigé, je n'ai pas été tellement convaincu, l'écriture est trop imagée à mon goût. J'ai trouvé l'histoire sans queue ni tête.  Cette lecture a été pour moi une simple curiosité ! 

Aucun commentaire: