Pages

lundi 26 octobre 2015

GUY DE MAUPASSANT : LE HORLA

Léon Spilliaert : Autoportrait au miroir

"Alors j'étais somnambule, je vivais, sans le savoir, de cette double vie mystérieuse qui fait douter s'il y a deux êtres en nous, ou si un être étranger, inconnaissable et invisible, anime par moments quand notre âme est engourdie, notre corps captif qui obéit à cet autre, comme à nous -même, plus qu'à nous-même. Ah ! qui comprendra mon angoisse abominable ?"
Le Horla est une nouvelle fantastique très connue  de Guy de Maupassant. 
Cette nouvelle est axée  sur  la folie et  la paranoïa. Cette nouvelle a connu plusieurs version. La plus célèbre est celle écrite sous forme d'un journal intime durant un été.  " Je le tuerai. Je l'ai vu ! Je me suis assis hier soir, à ma table ; et je fis semblant d'écrire avec une grande attention. Je savais bien qu'il viendrait rôder autour de moi, tout près , si près que je pourrais peut-être le toucher, le saisir ? "

Cette nouvelle est l'histoire d' un homme de quarante deux ans qui vit dans sa propriété en bord de Seine, près de Rouen.  Un soir il découvre que l'on a bu de l'eau et du vin, est ce lui ? Est il somnambule ? Y a t-il une autre personne qui rode chez lui ? Une angoisse tenace est présente, elle le dévore. " Ah! Ah! je me rappelle, je me rappelle le beau trois-mâts brésilien qui passe sous mes fenêtre en remontant la Seine, le 8 mai dernier ! Je le trouve si joli, si blanc, si gai ! L'être était dessus, venant de là-bas, où sa race est née ! Et il m'a vu ! Il a vu ma demeure blanche aussi ; et il a sauté du navire sur la rive. "
J'ai trouvé cette nouvelle fascinante par sa construction, son climat très réussit. C'est hallucinante l'ambiance de cette nouvelle !


La bande dessinée adapte de plus en plus des classiques de la littérature française. Je vous présente aujourd'hui l'adaptation du Horla, par Guillaume Sorel,Le Horla est un des romans les plus connus De Maupassant.

Cette adaptation est une réussite car elle est très fidèle à la nouvelle De Maupassant. Il a seulement rajouté un  chat noir qui ajoute une note fantastique dans la BD.  Les illustration de Guillaume Sorel sont  remarquables, à l'esthétique fait très fin de siècle, référence au symboliste, j'ai pensé à  Gustave Moreau. 

2 commentaires:

maggie a dit…

Ce n'est pas ma nouvelle fantastique préférée de Maupassant mais si ça peut faire ce récit à un certain public qui préfère les images que les textes, c'est pas mal... Mais tu ne parles que des dessins... Qu'en est-il du texte dans la BD?

Wictoria Wentworth a dit…

et bien moi j'ai adoré ce récit dont le souvenir de ma jeunesse me poursuit encore aujourd'hui