Pages

dimanche 27 septembre 2015

Juan José Millàs : Une vie qui n'était pas la sienne

Traduit par André Gabastou

"La vie des êtres humains repose sur un mythe, une légende, un mensonge. "
De nos jours, Julio et Laura sympathise avec leur voisin Manuel. Un jour, le couple apprend que Manuel a eu un accident, il est dans le coma.
Julio va se réfugier secrètement dans l'appartement de son voisin. A partir de là, il modifie jour après jour sa manière d'être, son regard sur Laura, sa femme, et sur le monde.
Un soir de réveillon, Laura annonce à Julio par un simple texto sa décision de se séparer de lui. Julio, qui a gardé à l’insu de Laura les clés de l’appartement de Manuel, s’installe secrètement dans les meubles de son voisin et il entre dans un autre univers. Après l'appartement, il se glisse dans le lit, il s'approprie les vêtements du voisin, se glisse dans ses chaussures, met son parfum et finit par entrer dans son ordinateur. 
" Puis, toujours comme un spectre, il prit ses vêtements et les transporta dans l'appartement d'à côté. Ainsi que l'ordinateur et les livres qu'il consultait le plus. Il se rendit compte qu'il avait, au fil du temps accumulé très peu de choses qui puisent être considérées à soi. Et la moitié d'entre elles ne l'intéressaient pas." C'est un roman sur le vrais et le faux.  Le jeu de miroirs, on a envie de savoir qui dit vrai, qui aime qui, qui est qui. Une lecture a la fois étrange et troublante. 

Aucun commentaire: