Pages

samedi 29 août 2015

Emmanuel Carrère : ROYAUME

J'ai profité de mes vacances d'été pour lire ce gros pavé !
Et parallèlement à ma lecture, j'ai écouté les différents entretiens avec Emmanuelle Carrère à propos de cet ouvrage (mi-roman, mi-essai) et à lire les différents articles sur ce livre. 

Je ne suis pas une inconditionnelle d'Emmanuel Carrère. J'ai lu " D'autre vie que la mienne", "Limonov", j'avais trouvé ces romans intéressants mais sans plus. Parcontre je n'avais pas du tout adhéré à un Roman Russe. 
Mais je reconnais que c'est un écrivain intéressant. Il s' qest embarqué avec "Le Royaume" dans un ouvrage audacieux. 
Il nous transporte dans un univers foisonnant. 
Emmanuel Carrère  lui a été un chrétien fervent, catholique pratiquant. Il a décidé d'enquêter sur les débuts du christianisme.

"A un moment de ma vie, j'ai été chrétien. Cela a duré trois ans, c'est passé. Affaire classée alors? Il faut qu'elle ne le soit pas tout à fait pour que, vingt ans plus tard, j'aie éprouvé le besoin d'y revenir.
Ces chemins du Nouveau Testament que j'ai autrefois parcourus en croyant, je les parcours aujourd'hui - en romancier? en historien?
Disons en enquêteur. "

Paul de Tarse


Mon avis est mitigé , ce livre est dense tellement que j'ai parfois l'impression de mettre noyée dans ce flot d'informations, des idées .... Les comparaisons avec le monde d'aujourd'hui n'est pas toujours très habile. En particulier quand il évoque la pornographie, c'est d'un certain mauvais goût.  Par contre, j'ai beaucoup aimé la première partie, elle se lit très facilement, on retrouve le ton de ses romans précédent.  Le passage de la baby-sitter américaine est incroyable et assez gratiné. La démarche d'Emmanuelle Carrère qui a reçu une simple éducation catholique dans son enfance, suite à une dépression il ressent le besoin à l'âge adulte de se tourner vers le Christianisme et plus particulièrement la religion Catholique pour donner un sens à sa vie pendant trois ans. 
Et donc ce roman questionne le lecteur sur la croyance, la foi pourquoi nous croyons à un moment de notre vie et pourquoi cette croyance s'en va. 
Rogier van der Weyden et St Luc


Personnellement, j'ai enfant et adolescente reçu une éducation religieuse,  j'aimais allé à la messe, j'étais croyante enfin il me semble t-il  Mais, j'ai aucun souvenir ou c'est très flou.  Aujourd'hui, je ne le suis plus du tout, mais tout de même,  mais il me reste un intérêt pour la Bible et l'art religieux. La religion, judéo-chrétienne fait partie de notre patrimoine culturelle en France et en Europe. C'est un  livre qui ne laisse pas son lecteur indifférent. Par contre, je n'aime pas du tout l'écriture d'Emmanuel Carrère. 


J'ai apprécié les références à des livres que j'ai lu comme  Franny et Zooey de Salinger et Léon Morin prêtre de Beatrix Beck. Et j'ai même pris plaisir à me replonger dans ce roman de Beatrix Beck, c'est pour dire ! 


2 commentaires:

Dominique a dit…

un livre que j'ai apprécié malgré les contorsions de Carrère, un livre qui permet d'envisager autrement la lecture des textes sacrés j'ai beaucoup aimé

Karine:) a dit…

Quand j'étais petite, les écoles n'avaient de laïque que le nom, ici, au Québec. Du moins, mon école. Du coup, quand j'avais fini (souvent), on me faisait lire la Bible. L'ancien testament, à 7 ans... mieux qu'un roman d'aventures! Devenue grande, je ne suis pas croyante. Mais je garde comme toi un intérêt, ne serait-ce que culturel, pour les religions. Ce roman m'intéresse pou rça,mais j'ai quand même peur de m'y perdre un peu.