Pages

samedi 3 janvier 2015

Yôko OGAWA : Le petit joueur d'échecs

Traduit par Martin Vergne

" Les échecs sont un miroir qui donne une idée de qu'est l'homme. " Un petit garçon né avec les lèvres scellées vit aujourd’hui avec un léger duvet sur la bouche, une hypersensibilité à tout déplacement d’air. " Lors de sa naissance ses lèvres étaient soudées. Si bien qu'il avait été incapable de pousser son premier cris." Après la disparition de sa mère, il passe de longs moments sur la terrasse d’un grand magasin, là où serait morte l'éléphante Indira. On dit que ce bel animal, mascotte d’un lancement promotionnel, devint un jour trop gros pour quitter les lieux. Un matin, cet enfant solitaire découvre le corps d’un homme noyé dans le bleu d’une piscine. Et c’est en cherchant à savoir qui était ce malheureux que le gamin rencontre un gardien d’usine, un être obèse installé dans un autobus immobile et magique. Dès lors se dessinent entre eux une confiance quasi filiale, une relation toute familiale, un désir de legs, une envie d’héritage. Le petit joueur d'échec nommé "Little Alekine" apprend à jouer sous la table, caché, "pour mieux voir son jeu" et quand le maître disparaît, le petit joueur d'échecs prend place dans le ventre d'un automate…  "Le visage de la poupée fut fabriqué de manière à ressembler à celui d'Alexander Alekine."
Alexander Alekine

Roman d’apprentissage, "le petit joueur d’échecs" est un roman émouvant et touchant. J'ai beaucoup apprécié l'amitié entre le Petit Joueur d'échec et et Mira, et le personnage de la grand-mère est un beau portrait de femme bienveillante. Le style de ce roman est lent, un peu trop parfois ronronnant, mais tout de même le sujet est original et sensible. Une belle découverte tout de même en ce début d'année.

En complément lire le billet d'une inconditionnelle de Yôko Ogawa : ici

5 commentaires:

Anis a dit…

Oui il y a une lenteur chez Ogawa qui peut être parfois exaspérante.

Malice a dit…

Oui, c'est très vrais !!!!

Lou a dit…

Je ne l'avais pas encore repéré, je me le procure très prochainement ! J'aime toujours autant Ogawa ! La couverture est superbe d'ailleurs. Voyons si ce livre me séduira... :)

maggie a dit…

Je n'ai aimé aucun récit de Ogawa et je ne crois pas avoir envie de tenter un nouvel essai...

Malice a dit…

@Maggie : Oui, je te comprends l'univers d'Ogawa est assez particulier ;-)