Pages

samedi 15 novembre 2014

JOHN BANVILLE : La lumière des étoiles mortes


Rentrée littéraire 2014

Traduit par Michèle Albaret-Maatsch

"J'ai bien vu qu'il repoussait le moment de rendre visite à son étoile déchue et lui ai raconté qu'elle m'avait souri en se réveillant."

Alex, auteur de théâtre à la retraite se remémore son passé. C'était il y a cinquante ans. Il vient de recevoir une proposition cinématographique ; le rôle principal dans un film, ayant pour titre L’invention du passé, retraçant la vie d’un certain Axel Vander, sa partenaire est e Dawn Davenport, elle est réputée pour sa sensibilité à fleur de peau.
Alex se remémore  son passé quand il avait quinze ans, elle, trente-cinq Mrs Gray. Elle était la mère de son meilleur ami.
Alex a été très marqué par le décès de sa fille Cass, tout comme sa femme Lydia.
J'ai choisis ce roman en parti grâce à sa jolie couverture ! C'est un roman très sensuel, troublant qui tourne autour de la mémoire. C'est la première fois que je lis cet auteur irlandais. La construction du roman ma laissé perplexe, le mélange entre le présent et le passé d'Alex que j'ai trouvé pour ma part confus, flou. Ce roman n'a pas su me toucher, je n'ai reçu aucune émotion à sa lecture. Le plaisir de lecture ne fut pas vraiment au rendez-vous, hélas ! Par contre j'ai trouvé amusant ici et là dans ce roman, par petites touches les références à d'autres romans comme Alice au pays des merveille, la recherche du temps perdu et Tribly de Georges du Maurier (me semble-t-il !); 
Une grosse déception pour moi ce roman que je pensais aimé, en plus je trouve que l'histoire tourne en rond à partir de la deuxième partie et le roman à partir de là le roman met tombé des mains. 


Aucun commentaire: