Pages

jeudi 21 août 2014

ELIZABETH McGREGOR : La jeune fille au miroir vert

Traduit par Françoise Smith

 Catherine, passionnée d'art,  voit sa vie basculer quand son mari si discret la quitte brutalement, sans explication. Elle rencontre avec John, un architecte . Il a perdu sa femme. Il  souhaite se débarrasser d'une partie de ses tableaux. Cette rencontre va bouleverser son existence. Tous deux partagent la même fascination pour l'insolite peintre victorien Richard Dadd. Il  passa sa vie dans un asile où il peignit ses plus belles toiles. 

"John hocha la tête. "C'était le tableau The Fairy Feller's Master Stroke. Tous les personnages s'animaient, ils venaient vers moi."
La jeune fille au miroir vert  est une magnifique histoire sur la transmission des sentiments. Un roman  sur l'emprise que l'art peut exercer sur nos vies.
 Catherine a une fascination pour Richard Dadd, auquel elle a consacré un livre. John et Catherine se découvrent la même passion pour l'oeuvre de Dadd.

Un livre étrange, je dois cette belle découverte à Isil (lors d'un swap peinture).


Ce roman me permet de découvrir un peintre que je ne connaissais pas du tout !!!!!




est un peintre anglais préraphaélite né le 1er août 1817 à Chatham est mort le 7 janvier 1886 à Crowthorne. Sa peinture est d'inspiration fantastique et onirique, mettant en scène des personnages merveilleux comme des fées.

"Après plusieurs semaines de souffrance, il avait fini par accepter qu'on immortalise son image ; on le voyait au chevalet où il travaillait à Oberon and Titania, l'homme imposant, large d'épaules, massif fixant non pas l'objectif mais le photographe. Sa chevelure était encore noire, à cette époque, parsemée de rares mèches grises."

The fairy feller's master stroke


Il peint  cette toile  à l'asile entre 1855 et 1864 est considéré comme son son chef d'œuvre. Conservée à la Tate Gallery, cette toile de modeste dimension contient cependant tout un monde de minuscules personnages féeriques dont les visages et les détails vestimentaires sont fignolés avec la patience d'un miniaturiste.

"Les deux femmes étaient connues pour l'érotisme qu'elles dégageaient, en particulier celle qui ne tenait pas le miroir, tout de blanc vêtue, un papillon de nuit posé sur une main, un balai dans l'autre -la bonne tout droit sortie du fantasme d'un gentleman victorien, le genre de femme de chambre que tous les écoliers inhibés rêvaient sans doute de voir venir travailler chez eux. Elle avait des mollets proéminents, des pieds minuscules, une taille de guêpe, des seins serrés dans un corsage trop petit. La fille au miroir la regardait, mais indirectement, en baissant les yeux. Elle ressemblait à un nymphe, à une ballerine avec des ailes translucides déployées."
The child's problem,
"- Il l'est vrai. Je crois qu'il s'agit du tableau le plus étrange et effrayant que j'aie jamais vu "

- Mais voyez comme il contorsionne le poignet ... Il ne regarde pas la tour. En fait, il ne regarde même pas l'échiquier, mais quelque chose à l'extérieur de la toile. Il a un mouvement de recul à cause de quelque chose d'horrible de terrifiant"



Cupidon et Psyché

"Cupidon s'était épris de la fille du roi, mais l'avait abandonnée lorsqu'elle lui avait jeté un regard à la dérobée."
Robert Dadd  a réalisé ce tableau à l'hôpital de Bedlam où il était interné. 

Mother and Child

 En regardant ce tableau de Richard Dadd "Mother and Child", je fait un rapprochement évident (selon moi) avec les illustration de l'album de Maurice Sendak "Quand Papa était loin". 


Les tableaux de Richard Dadd sont troublants, étranges, voir fascinants ! Sa personnalité, son travail artistique sont proche de l'univers de William Blake. 


5 commentaires:

Cristie a dit…

Je ne connaissais pas ce peintre non plus. Merci pour cette découverte !

maggie a dit…

Je ne connaissais pas ce préraphaélite. c'est vraiment tentant...

Malice a dit…

@Cristie et Maggie : Ah ! moi non plus !!!! C'est une bien belle découverte. Je contente de mettre plongée dans ce roman qui dormait dans ma bibliothèque ,-)

Lamousmé a dit…

hiiiiiiiiiiiii je suis contente contente contente tu imagines!!!!
Le hasard veut que justement je viens de relire le Arcadia de Fabrice Colin ou Dadd y tiens un rôle (totalement fumeux forcément)ce qui m 'a donné une furieuse envie d'écrire sur lui ^^

claudialucia a dit…

Je viens de lire ce livre sur lequel je suis tombée par hasard à la bibliothèque; je dois faire mon billet pour la semaine prochaine. C'est vrai que ce peintre est fascinant.