Pages

dimanche 8 juin 2014

SHEILA KOHLER : Quand j'étais Jane Eyre

Traduit par Michèle Hechter

Le nom lui vient comme ça. Elle ne croit pas l'avoir jamais entendu. A-t-elle connu quelqu'un qui le portait ? Est-il inspiré de la rivière et de la belle vallée de l'Ayre qu'elle connaît si bien? Vient-il de l'air, ou du feu, peut-être? Il y aura du feu et de la colère dans son livre, il sera en guerre contre le monde tel qu'il est. Injuste ! Injuste ! Colère visionnaire : elle est celle qui voit maintenant pour son père. Le voyeur, l'observateur, c'est elle. Jane si ordinaire, Emily Jane, le deuxième prénom de sa sœur chérie, Jane si proche de Jeanne, la courageuse Jeanne d'Arc, Jane si proche de Janet, Jeannette, la petite Jane. Un nom qui évoque le devoir et la tristesse, l'enfance et l'obéissance mais aussi le courage et la liberté, un nom d'elfe, un nom de fée, mi-esprit, mi-chair. Lumière dans la nuit, vérité au milieu de l'hypocrisie. Le nom de quelqu'un qui voit : Jane Eyre. 

En 1846 à Manchester, Charlotte Brontë est au chevet de son père qui vient de se faire opérer des yeux. Ses sœur, Anne et Emily ainsi que son frère son resté à Haworth. Elle se remémore sa vie. Elle devient Jane Eyre. En même temps, Charlotte se rappelle des souvenirs avec son frère Branwell, du romanesque royaume d’Angria. Chacune des trois sœurs écrivent un roman Emily Les Haut de Hurlevent, Anne Agnès Grey et Charlotte Jane Eyre (qui se trouve être son deuxième roman), le premier étant Le Professeur publié après sa mort. Avant d'écrire des romans, Les trois sœurs ont déjà publié, à leurs frais et sans grand succès, un recueil de poèmes sous des pseudonymes masculins reprenant l'initiale de chacun de leurs prénoms et une partie du nom du vicaire de leur père : Curreer, Ellis et Acton Bell. Elle a été dans son enfance marquée par la mort de sa mère . Elle a rencontré à Bruxelles une passion malheureuse pour un professeur de français. Son frère est rongé par l'alcool et la drogue.
 C'est un livre qui tourne autour de la création littéraire. Charlotte Brontë c'est inspiré de sa vie personnelle pour écrire son grand roman  Jane Eyre.   


Sheila Kohler se glisse dans la tête de Charlotte Brontë et de son entourage afin de décrire les méandres de la création. Elle  signe ici une biographie romancée sur la vie des soeurs Brontë. J'ai trouvé ce roman intéressant mais je n'ai pas été touché. Au final, cet ouvrage est tout de même une déception. J'ai trouvé l'écriture de Sheila Kholer un tantinet soporifique, c'est à dire à l'opposé de celle de Charlotte Brontë.  Bien sur le destin littéraire des trois sœurs est étonnant pour l'époque !


En complément lire le billet de Mrs Figg.

6 commentaires:

Lou a dit…

J'avais été moyennement convaincue et avais abandonné ma lecture en cours de route. J'aimerais bien lire ce roman jusqu'au bout ceci dit.
Je n'avais jamais vu cette photo de Charlotte !

Mrs Figg a dit…

Merci pour le lien ! J'en garde un assez bon souvenir. En tout cas, cette couverture est beaucoup plus jolie que celle de mon exemplaire ...

Titine a dit…

Je n'ai quasiment gardé aucun souvenir de l'intrigue de ce roman, ce qui doit vouloir dire qu'il n'est pas de grande qualité. Et pourtant, il y aurait eu tant à faire avec le destin de Charlotte et de ses sœurs,

Malice a dit…

@ Lou cette photo de Charlotte est récente me semble t-il !
@ Mrs Figg : Oui je trouve aussi cette couverture agréable et ce n'est pas celle de mon exemplaire je l'ai trouvé sur le net !
@ Titine : Entièrement d'accord avec toi !

FondantOchocolat a dit…

Un très bon souvenir de lecture !

maggie a dit…

Dommage car il n'y a pas beaucoup de bio des soeurs Bronte à part celle de Gaskell...