Pages

mercredi 30 avril 2014

SUSAN FLETCHER : La fille de l'irlandais

Traduit par Marie Claire Pasquier


Ce roman est une plongé dans le présent et le passé d'Eve.

" Plus personne ne m'appelle Evie. Ce nom a été rangé dans une boîte et mis de côté avec les autres jouets et souvenirs d'enfance. Quand on avance en âge, le prénom change pour des raisons pratiques. Evangeline, dès le début, c'était trop long. Quant à Evie, il a eu son utilité mais, quand j'ai eu treize ans, je l'ai écourté. Je trouvais qu'il faisait trop petite fille, ce n'était plus moi, il évoquait des rubans roses et des jeux de marelle. Comme un serpent qui mue, je suis devenue Eve : plus forte, plus franche, plus compétente"
Elle a vingt neuf ans, enceinte. Elle  se souvient de son enfance, de ses huit ans.  C'est à cet âge là qu'elle a perdu 
 sa mère subitement décédé. Elle est alors élevée par s ses grands-parents dans un petit village du beau et sauvage pays de Galles. Un univers dur règne dans ce un roman d'atmosphère, hanté par la mort de Rosie et d' un homme mystérieux nommé  Billy. J'ai moyennement apprécié ce roman, il se lit bien au début, puis cela tourne en rond. Mais, il se dégage tout de même une ambiance tourmentée séduisante. Un roman qui se lit bien tout de même, cela n'est pas négligeable. 
C'est grâce à Liliba que je dois cette lecture, puisque "La fille de l'irlandais" est un livre voyageur. 

3 commentaires:

liliba a dit…

Oh ben zut alors... mais cela dit, ça n'est pas son meilleur...

Philisine Cave a dit…

On est d'accord : ce n'est pas on meilleur roman, confirmé avec Les reflets d'argent. Bisous (le meilleur restant Avis de tempête)

Malice a dit…

@ Liliba : Oui me semble t-il !!!
@ Philisine Cave : Merci pour ton avis ! Avis de tempête, je note !!