Pages

dimanche 27 avril 2014

CHRISTINE JORDIS : William Blake ou l'infini

J'ai découvert William Blake avec le très beau roman de Tracy Chevalier : L'innocence
Elohim créant Adam

" Il existe tout un peuple de Blake : Blake révolté, rebelle et libertaire, Blake irréductible et créateur d'un monde nouveau, Blake prophète, chargé d'une mission, Blake annonciateur de la modernité ..."

Chritisne Jordis ouvre son essai en analysant plusieurs gravures de William Blake.
Nabuchodonosor (créature mi-homme, mi-bête)
Il dessine, peint, grave, écrit de longs poèmes prophétiques. C'est à l'intensité de sa vision qu'on doit ses gravures hallucinées, ses teintes d'un autre monde, ses apocalypses décrivant la détresse et la terreur de son temps. Il était pris pour un fou. D'ailleurs, c'est par les gravures qu'elle a découvert William Blake. 

Il est né au-dessus d’une échoppe de bonnetier, à Londres. Après avoir vu Dieu à huit ans, puis un arbre « rempli d’anges », il dessina, peignit, grava, écrivit de longs poèmes prophétiques. Blake était un révolutionnaire , un visionnaire, un anticlérical, un pacifiste,  il a voulut changer l’homme et le mondeCes parents conscients de la personnalité atypique et hypersensible de leur fils, ils l'envoient à dix ans dans une école de dessin, où il composera ses premiers poèmes. Il va devenir élève du graveur James Basire à quatorze ans. Dans l'abbaye de Westminster qu'il apprend son métier de graveur. 

William Blake


En 1782, il épousa Catherine Boucher, une fille de maraîcher. Avec elle, il apprit à lire et à écrire et elle devint sa proche assistante et son soutient. Mais sa vision s'étend bien au-delà d'un horizon politique borné par des politiciens qu'il méprise. William Blake a illustré les œuvres de Shakespeare et Milton, puis Dante. Swedenborg , un suédois mystique. Son interprétation radicale des mystères chrétiens, Blake la doit en partie à Swedenborg "le prophète du Nord" le célèbre théologien et voyant suédois de la fin du XVIII ième." Blake est l'ami de Fuseli (connu pour son tableau le Cauchemar). 
Hécate





À l’argent-roi, il opposa l’esprit, c’est-à-dire la poésie et l’art. Il a été rejeté par son époque, condamné à la solitude et à la pauvreté, il n’en continua pas moins de poursuivre son chemin jusqu’à sa mort. William Blake est mort pauvre mais en chantant.  Christine Jordis nous présente avec passion ce grand poète William Blake et elle veut à tout pris que le lecteur  l'apprécie à sa juste valeur. William Blake était un homme complexe concernant la pensée. Il faut selon lui, voir avec les yeux, au travers derrière l'objet.
Pour Christine Jordis William Blake est notre contemporain. 
L' essai  sur  ce visionnaire , de Christine Jordis est passionnant.

Enregistrer un commentaire