Pages

vendredi 22 novembre 2013

CHANTAL THOMAS : L'échange des princesses

Rentrée littéraire 2013

" Oui, une idée brillante-et d'une symétrie sans défaut" ce double mariage organisé, orchestré par le Philippe d'Orléans. En 1721, Philippe d’Orléans est Régent, dans l’attente que Louis XV atteigne la maturité légale. " Il a trouvé la solution à deux problèmes qui le tourmentaient : le besoin politique de neutralise l'Espagne et d'empêcher une nouvelle guerre; l'envie secrète, sournoise, de retarder au maximum l'époque où le petit roi Louis XV pourrait donner naissance à un dauphin de France.". Le régent propose à Philippe V d’Espagne un mariage entre Louis XV, âgé de onze ans, et la très jeune infante, Maria Anna Victoria, âgée de quatre ans – qui ne pourra donc enfanter qu’une décennie plus tard. Et il ne s’arrête pas là : il propose aussi de donner sa fille, Mlle de Montpensier, comme épouse au jeune prince des Asturies, héritier du trône d’Espagne, pour conforter ses positions.
Maria Anna Victoria
 " Des jeux d'enfants ... Les Parisiens ont le mot juste. Ces mariages sont des jeux d'enfants, mais organisés par les adultes. "
La réaction à Madrid est plus que positive, et les choses se mettent vite en place. L’échange des princesses a lieu début 1722, en grande pompe, sur une petite île des faisants au milieu de la Bidassoa, la rivière qui fait office de frontière entre les deux royaumes. 
Quand, la petite Maria Anna Victoria arrive enfin à Paris le roi Louis lui dit " Madame, je suis charmé que vous soyez arrivée en bonne santé." Du côté de la France entre Maria Anna Victoria (infante-reine) et Louis XV (l'enfant roi) " Il joue à la guerre. Elle joue à la poupée. Quel équilibre plus parfait ? Tout semble dans l'ordre. Dans leur ordre. Les adultes ne seraient-ils que des fantoches à leur disposition, des figurants pour bals et batailles d'enfants ?"
J'ai beaucoup aimé comment Chantal Thomas évoque les poupées de Maria Anna Victoria. Elles jouent un rôle d'apaisement. Un passage m'a rappelé un conte d'Oscar Wilde : l'anniversaire de l'infante 
" On lui offre Bébé IV, un nain venu de la cour de Pologne. Il porte une perruque rouge, a de gros yeux bleus tout ronds exorbités, il produit grimaces et singeries à volonté. Quand il enlève sa perruque, il découvre un crâne à peu près chauve avec des touffes de cheveux blond pâle très clairsemées. Ce crâne, ces cheveux rares, intriguent l'infante qui n'a jamais vu que des têtes à perruque."Ce nain est pour l'enfant semblable à une poupée vivante, il est présent pour divertir la jeune reine enfant. J'ai été plus sensible au portrait de Maria Anna Victoria, car il sort de l'ordinaire.
Maria Anna Victoria Louis XV

Pour moi ce roman est une belle réflexion sur l’enfance sous l’Ancien Régime. Ces jeunes rois et reines sont des victimes et des pions de pouvoir.
J'ai eu un peu de mal à rentrer dans le roman. Mais une fois rentrée dans ce merveilleux roman, ma lecture fut un pur délice (tout le contraire de Lady Hunt). Complément voir chez Dominique

3 commentaires:

Dominique a dit…

oui oui on est un peu surpris au départ et puis on s'installe et bientôt on accompagne ces princesses dans leur périple
merci pour le lien

maggie a dit…

J'aime bien els romans historiques mais je n'ai jamais le temps d'en lire. J'ai acheté un roman de cette romancière mais je ne l'ai toujours pas ouvert ! enfin, je note quand même!

Malice a dit…

@ Dominique : De rien concernant le lien. C'est vraiment un beau roman, original et agréable à lire.
@ Maggie : C'est vraiment une romancière intéressante et très agréable à lire.