Pages

dimanche 27 octobre 2013

SAMUEL ARCHIBALD : ARVIDA

Rentrée littéraire 2013
Prix des libraires du Québec 2012

A l'autre bout du monde il y a Arvida, ville modèle érigée au début du vingtième siècle par l'industriel américain Arthur Vining Davis. Le narrateur de ce livre est né là, dans la capitale de l'aluminium, construite en cent trente-cinq jours." Périodiquement, on évoque l'intronisation éventuelle de la ville au patrimoine mondial de l'Unesco. Je pense qu'ils en parlaient en la construisant. C'est le même running gag entre mon père et moi. Quand on passe devant une maison arvidienne envers laquelle les années n'ont pas été tendres, un duplex dont les propriétaires ont peint leur moitié de couleurs différentes ou un gazon entretenu avec laxisme, l'un de nous deux dit : - Celle-là, y seraient mieux de pas la montrer aux gars de l'Unesco." Petite utopie nordique peuplée de braves gens, de menteurs compulsifs et de pures crapules. Dans les quatre paroisses d'Arvida, le long du Saguenay et par-delà l'horizon bleuté des monts Valin, on se raconte des histoires de nuits en forêt et de matins difficiles. Des histoires de jeunes filles innocentes et de bêtes sauvages, de meurtre raté et de mutilation rituelle, de road trip vers nulle part et de maison hantée. 
Dans Arvida sont réunis des histoires qui tournent autour de la mémoire , Samuel Archibald a voulu faire un anti Proust. " Dans l'expérience des choses n'habite aucune mémoire. Les pâtisseries anciennes évoque notre enfance pour nous seuls, et encore, si on prend le temps de les mastiquer comme il faut, on doit bien avouer qu'elles ne goûtent plus la même chose."

J'ai lu ce premier roman de Samuel Archibald dans le cadre de l'opération Masse Critique de la rentrée littéraire. J'ai choisi ce livre pour différentes raison, la première j'avais vu l'auteur au Festival America de Vincenne en septembre 2012, son livre m'avait alors retenu mon attention. Puis, il se trouve qu'adolescente lors d'un voyage au Québec, je suis allée du côté du lac St Jean, est ce que je suis  peut-être passée à Arvida je ne crois pas dans mon lointain souvenir. 
Une fois que j'ai eux en main l'ouvrage d'Archibald, j'ai commencé à lire ses histoires de sa ville Arvida, de ses souvenirs et je dois reconnaître que je n'ai pas trop accroché au  style et à l'univers de l'écrivain.  Au final je ne suis pas arrivée à entrer dans les histoires de Samuel Archibald qui est pourtant il ne faut pas le nier un véritable conteur.

Arvida


Aucun commentaire: