Pages

jeudi 7 février 2013

OSCAR WILDE : L' Anniversaire de l'infante

Vélasquez : l'infante Maria Teressa
fille de Philippe IV
Traduit par Francis Viélé-Griffin

Pour les douze ans de l'Infante d'Espagne, un somptueux divertissement a été organisé avant le goûter d'anniversaire, corrida, marionnettes, prestidigitateur, tous les numéros sont réussis...mais celui qui remporte le plus grand succès est celui du nain difforme et grotesque qui fait beaucoup rire les enfants. La pauvre créature ne connaît pas sa laideur, et croit à la sincérité de la princesse qui lui offre une rose blanche. 

« Ce que le nain avait peut-être de plus amusant était la totale inconscience de son aspect grotesque. En vérité, il semblait parfaitement heureux et plein d’entrain. Quand les enfants riraient, il riait aussi franchement, aussi gaiement qu’eux et, à la fin de chaque danse, il leur faisait la plus comique des révérences, souriant et leur adressant des signes de tête, tout comme s’il était vraiment l’un d’entre eux et non ce petit être contrefait que la nature, par quelques facétieux caprice, avait façonné pour servir à autrui d’objet de raillerie. »
 Oscar Wilde montre très bien l'opposition de deux monde qui se rencontre, l'Infante est issue d'un monde clos et luxueux au milieu de jardins fleuris alors que le Nain vient de la forêt, un monde sauvage et de misère.  Un conte cruelle  (l'Infante prend le Nain comme étant un jouet reçu pour son anniversaire) comme bien souvent chez Oscar Wilde tout comme chez Andersen avec qui l'on peut faire le rapprochement.  
Ce conte appartient au recueil : Une maison de grenades (1891). 
Dans ce recueil l'on retrouve aussi L'enfant de l'étoile.



© Les Ménines (1656) 

Oscar Wilde s'est inspiré de ce célèbre tableaux de Vélasquez pour écrire son conte. 



J'ai vu une adaptation de ce conte à l'opéra " Le Nain" mis en musique par Alexander von Zemlinsky (né le 14 octobre 1871 à Vienne, mort le 15 mars 1942 à Larchmont). Il l'adapte de telle manière qu'il réponde aux exigences autobiographiques de Zemlinsky. Ainsi peut-on reconnaître dans la description qui est faite de cette Infante capricieuse et cruelle les traits négatifs d'Alma Schindler et dans celle du Nain à qui on a révélé sa laideur ceux, bien sûr, du compositeur lui-même.

Aucun commentaire: