Pages

mardi 29 janvier 2013

H.C ANDERSEN : La petite Sirène

John William Waterhouse
Traduit par P. G La Chesnais
 (Folio Classique)

Son père un roi veuf père de six filles
" Cependant la plus jeune était la plus belle encore que les autres ; avait la peau douce et diaphane comme une feuille de rose, les yeux bleus comme un lac profond ; mais elle n'avait pas de pieds : ainsi que ses sœurs, son corps se terminait par une queue de poisson". 
Arthur Rackham
Enfant silencieuse et réfléchie. A quinze ans les jeunes filles ont la permission de monter à la surface. La petite sirène était impatiente. Elle vit avec son père et sa grand-mère dans un château. La tête de la jeune sirène apparaisse à la surface. Elle voit un prince de seize ans. Un accident arrive le prince sera sauvé par la jeune sirène. Elle tombe amoureuse de prince, elle aimerait le revoir. Mais elle n'a pas de jambe mais une queue de poisson. Elle va voir une sorcière pour avoir des jambes" Notre âme n'est pas immortelle ; avec la mort tout est fini". Les hommes possèdent une âme qui vit éternellement. La petite sirène a des jambes en échange de sa voix, ayant des jambes elle peut se rende au château du prince. Par contre elle ne peut absolument pas lui parler. Le prince lui est sous le charme  et il se demande qui est cette charmante jeune fille. Hélas, il va épouser la fille du roi voisin. La petite sirène sur l'ordre de ses sœurs doit tuer le prince avec son couteau. La Petite Sirène jette son couteau à la mer, se transforme en un ange.  Elle quitte la mer et la terre pour aller au ciel. Elle est en souffrance d'un manque d'amour.
Un conte magnifique et délicat comme le sont tous les contes d'Andersen, mais aussi d'une fascinante cruauté violente. L'écriture est magnifique, délicate comme de la porcelaine.
Beaucoup de romantisme dans l'amour entre le Prince et la petite Sirène.
Cette histoire nous touche profondément intiment, devoir perdre notre innocence, devoir grandir quitte  à en souffrir. Il est certain que les contes d'Andersen sont triste et mélancolique, ils savent me toucher en particulier l' intimité de mon âme. 



La petite Sirène un conte d'Andersen lu par Natalie Dessay.  sur la musique de Peer Gynt (Edvard Grieg, choix pour la petite Sirène 7 tableaux sur 23)
Illustrée magnifiquement par Nathalie Novi.
L'écoute de ce célèbre conte est un véritable enchantement magnifiquement lu par Natalie Dessay que j'ai découvert grâce au très beau film sur "la Traviata" de Verdi. Ce livre CD est une merveille, un enchantement.

2 commentaires:

Lou a dit…

Le fait que tu dises que cette histoire te touche et pourquoi me donne envie de relire ce conte... quelles belles illustrations, j'aime tellement l'oeuvre de Rackam !

Malice a dit…

Les contes d'H.C Andersen sont absolument très touchant et bouleversant !