Pages

mardi 3 janvier 2012

WILLIAM MORRIS : Le roi du design

 C'est grâce à lui a mon avis je pense à qui l'on doit les intérieurs  anglais chatoyant et cosy. En tout cas, il est certain que c'est lui qui a dépoussiéré l'Anglettere victorienne en ce qui concerne la décoration d'intérieur.
William Morris est né en 1834, il est issu d'un milieu aisé, une enfance protégée et heureuse à Londres. Il a étudié la théologie à Oxford avant de choisir l'architecture. Il a fait la rencontre  à Oxford  en 1853 d'Edward Burne-Jones (issu d'un milieu modeste), ils deviennent amis grâce à leur passion commune la culture médiévale.  En 1857, il fait la connaissance du peintre Dante Gabriel Rossetti. En 1859, il a vingt-cinq ans et il épouse Jane Burden le modèle de Rossetti, à la beauté ensorcelante et vénéneuse.
© Dante Rosseti
De cette union va naître deux filles Jenny et May. William Moris est aussi un écrivain avec la Défense de Guenièvre publié en 1858. Cet ouvrage la inspiré pour réaliser l'unique tableau qu'il a peint et son modèle n'est qu'autre son épouse Jane . Plus tard Jane deviendra la maîtresse Dante Gabriel Rosseti.

La maison rouge "Red House" où vécut William Morris, à l'est de Londres dans le kent. Elle est un mélange de style locale et de gothique selon les préceptes de John Ruskin pour qui l'architecture doit exprimer la vérité.  C'est pour sa femme Jane ou "Janey" qu'il construit cette maison dans le style médiévale. Cette maison  a été crée par William Morris lui même et Philip Webb (architecte) Elle fut achevé en 186o. À cette époque, rien ne lui plaît en ce qui concerne la décoration. Donc avec ses amis préraphaélites, ils vont s'occuper  de la décoration eux-mêmes Burne-Jones dessine des vitraux, Webb des meuble que peignent Morris et Rossetti.


"Dans le domaine des arts appliqués, l'œuvre de William Morris synthétise parfaitement l'évolution du travail dominé par la référence médiéviste et archaïsante vers une réflexion de plus en plus subtile et sophistiquée sur l'art ornemental et décoratif." (source Les Préraphaélites un modernisme à l'anglaise - Découverte Gallimard)
En 1861, il fonde The firm, sous le nom de "Morris, Marshall, Faulkner and Company", avec comme collaborateurs réguliers Burne-Jones, Ford Madox Brown, Philipp Webb et Rossetti .
Ils décoraient des intérieur et faisaient fabriquer du mobilier, des vitraux, des panneaux de céramique, des tapisseries, du papier peint, du tissu d'ameublement, des pièces de ferronnerie.
Lorsque l'Arts ans Crafts Exhibition Society fut fondée en 1887, Morris devint tout naturellement à la fois l'inspirateur et le chef de file de ce qu'on appela "les Arts and Crafts".
En 1878, William Morris et sa femme Jane emménage à Kelmscott Manor dans le Oxfordshire dans manoir du XVIIième siècle.
En 1880, il fond la "Kelmscott Press, dont la première publication date de 1891. L'on retrouve dans la typographie tout l'univers de William Morris son amour pour l'art médiéval. 

Il décède en 1896 à soixante-deux ans.

Voilà ce que dit Proust dans "Sur la lecture" à propos de William Morris. "Les théories de Willima Morris qui ont été constamment appliqués par Maple et les décorateurs anglais, édictent qu'une chambre n'est belle qu'à la condition de contenir seulement des choses qui nous soient utiles et que toute chose utile, fût-ce un simple clou, soit non pas dissimulée, mais apparente. Au dessus du lit à tringles de cuivre et entièrement découvert, aux murs nus de ces chambres hygiéniques, quelques reproductions de chefs-d'œuvre."


Une partie de l'univers  de William Morris s'est retrouvée dans l'exposition à Orsay : Beauté, volupté et morale dans l'Angleterre d'Oscar Wilde.  L’Aesthetic Movement et le groupe de Holland Park avec Frederic Leighton et George Frederic Watts. et la fameuse pièce aux paons pour l’armateur Frederick Leyland. Un très beau billet ici concernant l'Aesthetic Movement
Mon tableau préféré signé Frederic Leighton : la mère et l'enfant qui était exposé à Orsay !


Rajout du 10/01/2012

Anthony Browne rend hommage à William Morris dans son album Tunnel.
Je le pense mais cela ne serait pas étonnant dans la mesure où Anthony Browne est lui même très sensible à la peinture et à l'art graphique



5 commentaires:

Titine a dit…

Quelle bonne idée de parler de William Morris ! J'adore tout ce qu'il a fait, j'ai vraiment envie de visiter la Red House.

maggie a dit…

J'espère que je pourrais visiter cette maison ! J'adore son esthétique et celle des préraphaélites globalement.

maggie a dit…

PS : l'expo est magnifique ! (mais elle manque peut-être un d'info

Malice a dit…

@ Titine : J'ai voulu parler, plutôt évoquer Wiliam Morris, car il n'est pas très connu. Et son travail est très anglais et il est présent aussi dans le cadre de l'exposition à Orsay.
@ Maggie : J'ai pris du plaisir en rédigeant ce billet car je ne savais pas le lien avec les préraphaélites entre autre avec Jane (muse de Rosseti). Manque d'info au Musée d'Orsay peut-être bien mais il y a aussi tellement de chose à montrer que c'est difficile de donner plus d'information;-)

Joelle a dit…

J'adore l'oeuvre de Morris et des préraphaélites en général ! Il est peu connu en France ... c'est dommage ! Par contre, en Angleterre, tout le monde reconnait facilement son style :)