Pages

jeudi 17 mars 2011

MAURICE PIALAT : L'Enfance Nue



C'est le premier long métrage de Maurice Pialat, il est sorti en 1968, l'année de ma naissance.

L'enfance nue est un film déchirant à plus d'un titre il évoque l'adoption. François dix ans, est abandonné temporairement par sa mère. Il a été confié à l'assistance publique. Il vit dans le Nord de la France, sa première famille d'accueil c'est les Joigny. Ils ont une fille Josette.
François est insupportable il fait de nombreux bêtises. Il martyrise entre autre un chat noir, il est vicieux et sournois. Il se sent à part et malheureux. Alors ses parents adoptifs demandent à ce qu'il soit placé dans une autre famille. C'est le cas, le voilà dans une famille de retraité "Pépère" et "Mémère". Ils ont déjà un fils adoptif Raoul et une petite fille. Les enfants adoptés font pipi au lit, ils ne travaillent pas bien à l'école, c'est des enfants durs. Car, ils ne connaissent pas leur identité, leur racine, ils sont dans le doute, une blessure, une faille est en eux. C'est pas possible d'appeler sa mère adoptive" Maman". Leur vrais mère leur écrit parfois, elle peut reprendre son enfant si elle le souhaite. Mais c'est pas toujours le cas, pour François, il est dans le doute et c'est pour cela qu'il fait des bêtises. Même si il est dans une famille très chaleureuse, il a bon cœur aussi, Mémé et Pépé Thierry l'aime, ils font tout pour que François soit bien.
Une scène très touchante du film est la suivante :
M. et Mme Thierry acteurs (non-professionnels) qui interprètent leur propre rôle.. Ils jouent leur propre rôle dans la vie, ils s'occupent de nombreux enfants. M.Thierry est un ancien mineur. C'est un couple d'une très grande générosité, ils font tout de leur mieux pour que des enfants dont l'affection est rompue de leur donner une dignité et de leur montrer le bon chemin de la vie. Ils sont en un mot extraordinaire de bonté, cela gréve l'écran. « Pialat prenant le café avec les époux Thierry, les écoutant parler de ce qu'a été leur vie, du temps de l'Occupation, de la Résistance, de leurs enfants, les vrais et les autres, puis disant doucement « maintenant on va tourner, madame Thierry si vous voulez bien vous asseoir sur les genoux de votre mari et dire encore ce que vous venez de me raconter…». »Pascal Mérigeau, Pialat, Editions Grasset & Fasquelle, Collection Biographie, Paris, 20002.


J'aime beaucoup aussi la complicité entre François et Mémé la vieille, c'est très touchant. Et d'ailleurs, pour François sa mort est comme si il avait reçu un poignard dans le ventre. " Quand il parle de sa Mémère la vieille il a tout dit." Pialat est un metteur en scène qui sait admirablement filmé la mort dans ses films toujours avec une très grande pudeur et en suggestion.C'est un film dur sur une enfance blessée, l'adoption et au fond trouver son identité et sa place dans le monde. L'enfance Nue est qui fend le cœur par son sujet, c'est un film qui marque qui ne laisse pas le spectateur indifférent. Ce film est une belle photographie de la France et de ses habitants d'une époque qui n'existe plus. À sa sortie le film fut mal accueillit et ce fut un échec pour tant j'ai trouvé dans ce film un écho avec les 400 coups de Truffaut.

Le documentaire qui accompagne ce DVD " Choses vues autour de l'enfance nue" de Roger Stéphane.
Tout d'abord Maurice Pialat n'est pas un enfant de l'assistance public. C'est un sujet qui l'intéresse et le touche profondément c'est tout simplement cela, mais son enfance à lui fut malheureuse. Au départ ce film devait être un documentaire et non une œuvre de fiction. L'enfant abandonné souffre d'être différent de ne pas avoir de vrais parents.

Aucun commentaire: