Pages

samedi 5 mars 2011

ARTO PAASILINNA : Le Bestial Serviteur du pasteur Huuskonen

Traduit par Anne du Colin du Terrail

À l' approche de la cinquantaine, le pasteur Oskar Huuskonen traverse une mauvaise passe. Son mariage bat de l'aile, sa foie vacille, ses prêches peu conformes aux canons de l'Église lui attirent les foudres de ses supérieurs et ses paroissiens le désolent. " Ce dernier était marié et avait avec la pastoresse deux enfants adultes, des filles, qui avaient depuis longtemps quitté le foyer pour se marier à leur tour." Pour son anniversaire un cadeau empoisonné : un ourson qui vient de perdre sa mère, spectaculairement morte par électrocution au sommet d'un pylône à haute tension du village. Sa femme Saara, professeur de suédois, n'apprécie pas du tout ce cadeau.
" Personne n'ajouta tout haut qu'un ours vivant était un cadeau particulièrement bien choisi pour l'intransigeant ministre du culte : il aurait là de quoi méditer." Il le nomme Belzéb.Vivre avec un ours n'a rien de commun, c'est certain, surtout quand il grandit. " Il avait tant mangé qu'il était gros et gras et n'arrêtait pas de bâiller. Huuskonen ne savait plus que faire de son animal, il n'avait pas de tanière, et encore moins de mère ourse pour le bercer." Donc, il va être obliger d'investir dans un énorme ours en peluche de taille adulte, passage ultra cocasse. Une grande complicité se noue entre le pasteur et l'ours . Pour l'hiver, il lui construit une tanière, le rejoindre, une charmante biologiste Sonia Sammalisto. Elle est venue étudier les mœurs de la bête " Sonia n'était finalement qu'une oie sans cervelle : seule une idiote peut tomber en religion alors que le monde à mieux à offrir." La vie d'Oskar Huuskonen bascule, la pastoresse demande le divorce, la biologiste s'en va et pour couronné le tout l'évêque, lassé des bizarreries du pasteur, le met d'office en congé. Huuskonen décide de partir à l'aventure avec son ours. " Le pasteur Huuskonen demanda s'il ne pourrait pas par hasard lui aussi embarquer sur le navire comme artiste. "
Un long périple qui les mènera de la mer Blanche à Odessa, Haïfa, Malte ou Southampton, en quête d'un sens à leur existence.

J'ai aimé ce voyage en Finlande et cet humour loufoque complètement barge, un livre qui fait du bien selon moi. Un message à la fois humaniste et écologiste, il tourne en dérision les religions, et se moque de leurs représentants et de leurs rituels. J'ai lu de lui mais il y a longtemps petit meurtre entre amis. Mais il est certain qu'arrivée vers la troisième partie ce roman perd de son souffle et commence à être lassant. Malgré tout ce roman fut une bouffée d'air frais agréable, c'est déjà pas si mal !

Lu dans le cadre de la semaine Nordique qui se prolonge jusqu'au Salon du livre.

4 commentaires:

Maman Véronique a dit…

cet auteur me fait toujours un peu cet effet, un bon début, dépaysant, drôle et puis je me lasse en cours de route ... trop de choses à lire en ce moment pour y ajouter celui-ci.

Jules a dit…

ça doit être le côté "barge" du livre qui fait que je ne suis pas allée jusqu'au bout...??

Michel a dit…

Toujours un bon moment en vue avec ct auteur !

Malice a dit…

@ Maman Véronique : Oui je comprends j'impose rien cela dit ;-)
@ Jules : Peut-être ! Il y a de quoi.
@ Michel : Oui effectivement, pour moi c'est tout à fait cela j'ai passé un bon moment ce n'est pas une lecture mémorable ;-)