Pages

lundi 3 janvier 2011

L'OISEAU DE FEU & LES BALLETS RUSSES

En ce début d'année la Russie est à l'honneur,
Durant l'année 2010, j'ai consacré plusieurs billets concernant la Russie en littérature jeunesse dans les contes plus particulièrement.
,j'évoque une version de l'oiseau de feu et de Baba Yaga.
Ici encore des contes, voir encore deux très beaux livres CD.


L'oiseau de feu
Ballet de I. Stravinsky, illustrations de Elene Usdin
A partir des quelques lignes de l’argument du ballet, retrouvé à la bibliothèque de l’opéra Garnier, j’ai raconté l’histoire de l’Oiseau de feu, telle qu’elle se déroule sur la scène , une histoire différente de celle du conte publié chez plusieurs éditeurs, d’après les travaux du folkloriste Afanasiev. Nous dit Sophie Humann ici
Direction artistique du disque: Louis Dunoyer de Segonzac.
Ivan Tsarévitch chasse dans la forêt, il se trouve nez à nez dans un jardin, devant des arbres qui avaient des pommes en or.
Un oiseau superbe jaillit d'un des arbres, l'oiseau de feu. Il l'attrape grâce à son arbalète. L'oiseau veut garder sa liberté . Il a pu avoir une plume de l'oiseau. Au fond du jardin, douze filles vêtus avec élégance et simplicité ramassent les pommes d'or. Ivan se présente et il se propose pour les aider. Il est sur les terres de Katcheï l'Immortel. Ivan est fasciné par la belle Tsarévna. Tout à coup le climat merveilleux devient épouvantable voir cauchemardesque. Heureusement, il a la plume en talisman. Et tout ce termine bien grâce à l'oiseau de feu. Un conte sublime !


Igor Stravinski et
les Ballets Russes
Il est né en Russie en 1882. Serge Diaghilev organise à Paris des ballets venus de Russie. L'oiseau de feu est un ballet populaire. C'est Tamara Karsavina qui incarne L'Oiseau de feu avec Vaslav Nijinski . Ce ballet "l'oiseau de feu" est un triomphe
Plus tard par la suite Stravinski écrit en 1912 la musique d'un autre ballet : Petrouchka et le Sacre du printemps. Il est enterré à Venise à côté de Serge Diaghilev.





NIJINSKY
(Jean Cocteau dans la Difficulté d'être)
" Nijinsky était d'une taille au-dessous de la moyenne. D'âme et de corps il n'était que déformation professionnelle. Sa figure, du type mongol, était reliée au corps par un cou très haut et très large. Les muscles de ses cuisses et ceux de ses mollets tendaient l'étoffe du pantalon et lui donnaient l'air d'avoir des jambes arquées en arrière. Ses doigts étaient courts comme tranchés aux phalanges. Bref on n'aurait jamais pu croire que ce petit singe aux cheveux rare, vêtu d'un pardessus à jupe, coiffé d'un chapeau en équilibre au sommet du crâne, c'était l'idole du public ..."




Concernant de Diaghilev, Jean Cocteau dit ceci : "Sa figure était d'un dogue, son sourire d'un très jeune crocodile, une dent mise au bord. Mâcher cette denture était chez lui signe du plaisir, de la crainte, de la colère. Il mâchait sa bouche surmontée d'une petite moustache, dans le fond des loges où il surveillait ses artistes auxquels il ne passait rien. Et son œil humide incliné vers le bas avait la courbe de l'huître portugaise. Cet homme promenait à travers le monde une troupe de danse, aussi confuse, aussi bariolée que la foire Nijni-Novgorod. Son seul luxe était de découvrir une étoile."
L'on peut voir sa tombe ici (aller vers la fin du billet) à Venise

Enregistrer un commentaire