Pages

dimanche 26 décembre 2010

COMTESSE DE SÉGUR : L'auberge de l'ange gardien et Le général Dourakine

L'auberge de l'ange gardien

Je continue de relire avec bonheur la Comtesse de Ségur. L'auberge de l'ange gardien est un roman qui commence exactement comme un conte. Dans une forêt, deux enfants, Jacques et Paul, dorment au pied d'un arbre. Il sont recueillis par un brave militaire, Moutier. Ils s'arrêtent à l'auberge de l'Ange Gardien, tenue par l'excellente Mme Blidot et sa sœur Elfy. Elles les adoptent immédiatement sans problème. La guerre éclate et Moutier s'engage dans l'armée.
À son retour l'auberge de l'ange gardien, grâce à la générosité du général Dourakine auquel il a sauvé la vie. Ce dernier veut lui témoigner sa reconnaissance, il est en mesure de demander la main d'Elfy. " Et je suis bien fâché d'être général, d'être comte Dourakine, d'avoir soixante-quatre ans, d'être Russe, parce que , si j'avais trente ans, si j'étais Français, si j'étais sergent, je serai votre beau-frère ; j'aurais épousé Mme Bidot." Jacques et Paul retrouve leur père avec bonheur.
C'est aussi un roman plein trop de bon sentiment qui se termine comme tous les contes par un happy-end, heureux.
J'ai moyennement aimé ce roman de la Comtesse de Ségur, voir pas du tout trop vieillot plein de bon sentiments. Qu'est ce qui ma pu me plaire quand je l'ai lu enfant ? Je pense que c'est la personnalité du général Dourakine plutôt ! Mais je pense qu'au fond de moi, l'enfant que j'étais aimait les bon sentiments, je me sentais comme protégée.

Le Général Dourakine

Voilà, le général Dourakine emmène Jacques, Paul ainsi que leur parent en Russie sur ses terre. Mme Maria Pétrovna Papofski, la nièce du général Dourakine va passer quelques temps chez son oncle avec ses huit enfants. Elle n'est pas très aimable et ses enfants sont tout simplement odieux. Mme Papofski s'intéresse à son oncle uniquement pour son argent.
" L'héritage ! pensait-elle. Six cent mille roubles de revenu ! Une terre superbe ! Il ne me les laissera pas ! Il va tout tout donner à cette odieuse Natalie, qui fait la désolée et la pauvre pour l'apitoyer. "Elle est tout le contraire de sa sœur, Madame Darbrovine, douce aimante.
Comme nous sommes dans un conte et en Russie, un peu comme par hasard et dans la forêt se trouve une vieille connaissance du général Romane, un ancien prince polonais qui a été envoyé en Sibérie, il a va revêtir une autre identité celle de mater Jackson . Il se fait passer pour être le gouverneur anglais des enfants de sa gentille nièce. C'est un personnage très intéressant car il représente l'histoire de son pays la Pologne face à la Russie :
" Je te présente mon ami, mon ancien aide de camp en Circassie, mon sauveur dans un rude combat, le prince Romane Pajarski, échappé de Sibérie où il travaillait aux mines depuis deux ans, accusé d'avoir conspiré pour la Pologne contre la Russie. "
Cela se termine comme tous les contes de fée ...
Cet opus de la Comtesse de Ségur est très sympa, plus enlevé, que celui de l'auberge de l'ange gardien. Très intéressant concernant l'éducation et la transmission. Je me souvenais qu'enfant le Général Dourakine était un personnage très attachant, il faut dire qu'il me fait beaucoup penser à un grand oncle à moi qui n'avait pas d'enfant !


4 commentaires:

Joelle a dit…

Cela me rappelle mon enfance mais je préfère nettement les couvertures de la bibliothèque rose ;)

liliba a dit…

Pas mon préféré, mais que j'ai aimé cette série !

Violette a dit…

tu ne peux pas savoir à quel point ton résumé de L'Auberge de l'ange gardien me fait plaisir! C'était vraiment MON livre d'enfance. Merci ;-)

Malice a dit…

@ Joelle : Oui les couverture de la bibliothèque rose sont mieux je ne te le fais pas dire, plus particulièrement celle ne notre enfance (nous sommes me semble t-il de la même génération;-))
@ Ok liliba, c'est vrais que c'est deux livres de la Comtesse qui se détachent des autres.
@ Violette et bien j'en suis ravie tout plein !