Pages

jeudi 6 mai 2010

BACHIR KERROUMI : LE VOILE ROUGE

Le narrateur est originaire d'Oran," Oran ressemble à une femme méditerranéenne au tempérament excessif."Il ne voit pas d'issu là où il vit en Algérie. " En Algérie, tu dois être riche ou haut fonctionnaire sinon tu crèves." Donc il décide de partir très jeune à quinze ans en route pour l'Europe arrêt à Paris, puis il part pour la Hollande.
Il est sans papiers, mais il arrive à enchaîner les petits boulots. Il tient le coup grâce à ses passions le football, la musique, la littérature et plus particulièrement la poésie.
Puis, un beau jour un voile rouge s'abat sur ses yeux, il devient aveugle. Est ce qu'il pourra retrouver la vue comme avant ?
" Un matin, au réveil, en ouvrant les yeux, je constatai qu'un voile rouge, venu de je ne savais où , me bouillait la vue." Il va devoir surmonter l'angoisse de ne plus voir.

Une écriture superbe, fine je dirai élégante un très beau récit. Il est écrit avec authenticité et sincérité, j'ai beaucoup apprécié.
Aucun misérabilisme dans ce récit d'initiation, l'auteur croit en lui il a de l'espoir, il trouve les forces pour surmonter les obstacles. J'ai apprécié le regard doux que Bachir Kerroumi pose sur la littérature et sur son pouvoir pour le changement. Passage suivant, le narrateur vient de lire L'Étranger de Camus, il se pose des questions :
" - Madame le professeur, comment se fait-il qu'un livre puisse bousculer une société entière ? - C'est la force de l'écrit, jeune homme. Depuis des siécles, les livres transcendent les pensées, modifient les comportements, provoquent des révolutions, etc. C'est ainsi que de nombreux dictateurs ont perdu leur pouvoir. Pour moi qui suis amoureuse des livres, je dirais que, grâce à l'écrit, l'être devient humain."

Lu et apprécié aussi par Sous les couvertures,

1 commentaire:

maggie a dit…

Le thème et l'écriture ont l'ai intéressants... Je note le titre même si je ne sais pas si un jour j'arriverai à faire diminuer ma LAL ou ma PAL !!!