Pages

mercredi 13 janvier 2010

CÉCILE LADJALI : LES SOUFFLEURS


Deux jumeaux passionnés de théâtre, ils ont fondé une troupe leurs parents leurs ont passé le virus. " Nathan et Candice ont grandi dans une famille d'acteurs. Le théâtre a toujours occupé leur existence, plus que la présence de leurs parents d'ailleurs. Le père faisait de la mise en scène la mère était l'égérie de la compagnie ." Ils possèdent chacun une tête, un souffleur qu'ils emportent partout avec eux. "le souffleur est un personnage de théâtre à part entière , peut-être même l'acteur principal dans toutes les créations dans toutes les créations de Nathan."
À Venise les voilà face à face, la troupe de Candice travail Othello de Shakespeare et celle de Nathan travail Britanicus de Racine, le théâtre Élisabéthain contre l'académisme français. Un duel se joue entre les deux pièces. Entre le frère et la sœur les rapports sont incestueux, complices et ambigus parfois.
Un livre très baroque, avec une ambiance fantastique, voilà c'est comme cela que je définirai ce roman.
une grande maîtrise de la langue d'ailleurs j'ai bien aimé tous les jeux de mots expressions autour de la tête.
" perdre la tête", "n'en faire qu'à sa tête""ni queue, ni tête".

J'ai trouvé ce premier roman intéressant mais je trouve dommage que les personnages soient noyé dans cette ambiance sombre et des effets de styles. Ce court roman selon moi manque cruellement de clarté pour être vraiment intéressant et captivant. Voici le troisième livre d'elle que je lis. Mon opinion, la confirmation concernant cette auteure. Elle a une admiration sans borne pour la littérature. En tant qu'amoureuse des grands auteurs, elle se lance dans l'écriture.
Puisqu'elle est professeur de lettres , elle se dit pourquoi pas moi aussi je suis capable d'écrire mais cela ne suffit pas de savoir manier la plume. Il faut savoir maîtriser la structure pour plus de clarté Ordalie était selon moi un livre brouillon et là dans les souffleurs c'est un séduisant brouhaha ! C'est exactement comme cela que je l'ai ressenti.
Enregistrer un commentaire