Pages

dimanche 22 novembre 2009

PIERRE ASSOULINE : Le Portrait



C'est celui de la baronne Betty de Rothschild, "Ingre m'a peinte entre 1844 et 1848 ". C'est à dire qu'à travers ce Portrait, Pierre Assouline dresse le portrait d'un siècle de cette dynastie financière d'Europe les plus prestigieuse encore de nos jours. Ce portrait se trouve chez les Rothschild et il va traverser le temps et l'Histoire.

Le premier chapitre est la rue Laffite, la maison historique de la branche française des Rothschild, vie brillante sous la Monarchie de Juillet. Betty se marie avec son cousins James, les Rothschild se marie entre eux. Elle était très pratiquante, la religion juive tient une grande place dans sa vie. " On l'a appelée la plus grande juive des temps modernes..."
Rue Lafite mais aussi rue Saint-Florentin de grandes réceptions avaient lieu " Quatre dîners par semaine, d'une cinquantaine de couverts chacun , furent vite considérés comme la bonne cadence d'un train de cour. Habit noir, cravate blanche, gilet de piqué blanc pour eux, grand décolleté pour nous."Chaque maison où le portrait de Betty de Rothschild a été accroché est un chapitre du livre.
Son mari lui aussi avait droit à un portrait, moins éclatant que celui de son épouse certes, peint par Flandrin. Mais, il inspira Balzac pour le baron de Nucingen dans la Comédie humaine . Balzac a dédicacé " L'enfant maudit" à Betty de Rothschild. Il a été convié aux grandes réceptions que donnaient les Rothschild à Paris ainsi que Chopin, il a dédié la Valse en si mineur à la baronne. Grand collectionneur d'œuvre d'art les Rothschild de grands tableaux Rembrant, Vélasquez, Rubens, Van Dyck, entre autre sont en leur possession.

Ce livre très documenté, voir brillamment documenté ma déçu moi qui avait tellement aimé ses biographies , celle de Gaston Gallimard et celle d'Henri Cartier Bresson. J'ai trouvé que ce roman manquait cruellement d'émotion, froideur ressenti à la lecture c'est bien dommage. Cela n'empêche pas que j'ai appris plein de choses intéressante, voir très. Mais, je me suis même ennuyée par moment, je n'ai pas trop accroché à la voix que de Betty de Rothschild, cette voix ronronne j'ai trouvé.
L'idée de départ est très original pourtant faire parler un portrait, en faite avec ce roman biographie je retrouve les mêmes défauts que pour le livre de Gilbert Sinoué la Dame à la lampe il y a peu. C'est à dire, une bonne idée de départ , bien documentée mais la mayonnaise de prend pas, il manque un petit quelque chose pour que le tout fonctionne pour le rendre vivant . Ces deux livres ont je trouve, j'ai comme ressenti qu'ils sont inachevés, qu'il manque un petit quelque chose, un travail d'écriture pour être complet. Mais ce ressenti n'engage que moi ! Et au final une fois le livre refermer j'ai le sentiment que tout s'évapore, il ne me reste rien !

Livre lu par Wictoria (voir sa très belle page consacré à ce roman), clochemerle est comme moi : "je reste encore un peu perplexe sur ce roman-là, ne sachant trop quoi en penser: me joindre aux louanges? non, vraiment ; le descendre en flammes? non plus." Tania s'est aussi ennuyé, Liliba, Jules , Joelle

3 commentaires:

Stephie a dit…

Je l'ai lu l'année dernière et m'étais profondément ennuyée.

Malice a dit…

@ Stephie : Ouf je ne suis pas la seule :) Voilà, un petit moment que j'ai lu ce roman il m'en reste rien!

Titine a dit…

Je viens de terminer le roman d'Assouline et je suis assez d'accord avec toi. C'est plaisant mais les premières parties sont laborieuses, j'ai eu du mal en entrer dedans.