Pages

mardi 17 novembre 2009

BALTHUS & BONNARD


© Balthus - Alice dans le miroir - 1933
J'ai depuis des lustres une admiration pour Balthus, je ne partage pas son amour des chats mais sa malice. Ceci dit j'ai beaucoup aimé Mitsou, les dessins relatant l'histoire d'un chat perdu, présenté sous forme de bande dessinée et accompagné d'un texte de Rainer Maria Rilke. C'est un grand admirateur d'Alice au pays des merveilles alors !
"Balthus est le peintre des jeunes filles, offertes à tous les désirs mais dans un monde clos qui les renvoie à leur propre solitude. L’adolescente incarne la femme en devenir, l’être avant qu’il ne se transforme en beauté parfaite. La femme a trouvé sa place dans le monde, pas l’adolescente. Les corps ne sont pas parfaits chez Balthus : ventres trop ronds, seins trop hauts, jambes trop fines. Balthus incite à voir de l’autre coté du miroir. Ses jeunes filles attendent la métamorphose, le passage du virtuel à la réalité. En peinture classique, le nu est considéré comme la plus haute expression graphique. Bien sur, il était facile de reprocher à Balthus des intentions érotiques perverses. « Je n’ai jamais peins que des anges. D’ailleurs toute ma peinture est religieuse » se défendait le peintre. Même si ces anges sont quelques peu pervers et ambiguës, à l’instar de la jeune Alice de Lewis Carroll."Il fut durant sa carrière nommé par André Malraux directeur de la Villa Médicis en 1961, à Rome. Il a entrepris de nombreux travaux pour remettre en état cette Villa. Mais, comme c'est un homme très enfantin il aime s'amuser et donner des fêtes. Il est fasciné par le Japon depuis fort longtemps, c'est dans ce pays qu'il fera connaissance de sa seconde femme Setsuko qui doit le rejoindre Villa Médicis. Alice Bellony a eut la chance immense de faire sa connaissance car son mari John Rewald est un grand admirateur et collectionneur de Balthus. Elle sera son modèle le temps d'un tableaux. Elle évoque d'ailleurs sa méthode de travail, les temps de pose en tant que modèle dans ce petit ouvrage au édition l'échoppe : " Avec Balthus à la Villa Médicis."Petit ouvrage sympathique mais on reste un peu sur sa faim surtout si l'on ne connait pas Balthus

Puis il y a quelques temps j'avais adoré lire sa correspondance avec Antoinette de Watteville sa première femme document passionnant sur une époque.
Balthus aimait beaucoup Bonnard qui était un ami de sa mère puis c'est un amoureux de la peinture italienne, de Courbet aussi. Grand admirateur d'Alberto Giacometti dont il fut l'ami.

Pierre Bonnard par Marie Sellier

Initiatrice et directrice de la collection l’Enfance de l’Art, éditée par la Réunion des Musées Nationaux.

B comme Bonnard
Un très jolie livre, un portrait en vingt-six mot de A à Z. Un livre pour les enfants dont le peintre Pierre Bonnard était l'ami des enfants.

Il est né le 3 oct 1867, il a vingt ans en 1887 il est étudiant en droit destiné à être avocat, le dessin est sa passion il va s'inscrire à l'Académie Julian pour préparer les Beaux-Arts.
Une affiche celle de France - Champagne, est un événement qui fera date dans l'histoire de la publicité et une grande réussite.
Il s'entend très bien avec son beau frère Claude Terrasse un compositeur de musique. Il adore croqué la vie, il aime la famille de sa sœur, il aime jouer avec ses nombreux neveux. Il aime par dessus tout peindre les scènes de famille.
Comme Balthus il ait l'ami des chats. Il partage un atelier avec Edouard Vuillard.Vers 1890, il découvre la photographie, il va se passionner à cette grande nouveauté de l'époque.
Il va collaborer à la Revue blanche, la grande revue artistique de l'époque tout comme Toulouse-Lautrec, Edouard Vuillard, Félix Vallotton, Maurice Denis. À cette époque, le mouvement Nabi est très inspiré par le japon dont Bonnard. Passion pour les objets : paravents, des éventails.
Au début, du XXième siècle Bonnard découvre le midi de la France, il achètera une maison au Canet en 1925. Donc à cet époque ses tableaux sont de véritable feux d'artifices, la lumière est chaude, les couleurs vibrent. Pierre Bonnard rencontre Marthe en 1893, elle a vingt quatre ans. Elle devient l'unique modèle de Bonnard, ainsi que le centre de sa vie. Elle a une santé fragile, il n'y a que dans la salle de bain qu'elle se sent bien. Sa peinture est tranquille, le quotidien de la vie, le temps qu'il fait . Pierre Bonnard est le peintre de l'intime.

Puis j'ai lu il y a quelques temps avant la création de mon blog ce très joli livre/portrait " Elle, par bonheur et toujours nue" de Guy Goffette.
J'ai le souvenir d'un ouvrage fort délicat, d'une grande poésie, autour de l'amour entre Marthe et Bonnard. Magnifique et émouvant !

Voir ici


2 commentaires:

Mango a dit…

J'aime vraiment beaucoup ces deux peintres aussi ! Ils font partie de mes préférés!Tu m'as appris des choses sur eux!

rennette a dit…

J'ai eu le plaisir de voir cet été à Lodève une très belle exposition Bonnard... un homme qui me semble avoir été un "chic type" et un grand peintre... un très beau souvenir de visite dans un très charmant musée...