Pages

vendredi 30 octobre 2009

CENDRILLON


La version de Charles Perrault
Elle est différente bien sûr et je la trouve plus simpliste et beaucoup moins remplit de poésie, cette version qui a éclipsé celle des frères Grimm. Mais elle reste intéressante car il est bon de noté les différences c'est tout le charme du conte. On ne retrouve plus l'image symbolique du chiffre trois, de l'oiseau blanc etc ...
C 'est la marraine la fée comme dans Peau d'âne qui viendra à son secours.
Grâce à Charles Perrault la citrouille, qui devient un carrosse est associé à Cendrillon. Ce fameux carrosse conduira au bal Cendrillon et la voilà la dernière recommandation de sa marraine est la suivante : " Quand elle fut ainsi parée, elle monta en carrosse, mais sa marraine lui recommanda sur toutes choses de ne pas passer minuit l'avertissant que , si elle demeurait au bal un moment davantage, son carrosse redeviendrait citrouille, ses chevaux des souris, ses laquais des lézards et que ses vieux habits reprendraient leur première forme."



La version chez Grimm
C'est comme très souvent chez Grimm une histoire triste mais heureusement qui se termine bien ! Cendrillon orpheline très jeune elle perd sa mère, elle se retrouve seul. Mais elle lui souffle un conseil qui va permettre à Cendrillon d'avoir du courage
" Chère enfant reste pieuse et bonne. Alors le bon Dieu te viendra toujours en aide. Et moi du haut du ciel je te regarderai et je veillerai sur toi."
Son père se remarie et sa nouvelle femme est une horrible sorcière comme souvent dans les contes : Blanche Neige, Hansel et Gretel. Et cette femme a déjà deux filles odieuses et vaniteuse avec Cendrillon. Alors qu'elle est simple, modeste et économe.
Là aussi, elle rencontre l'oiseau blanc, oiseau de bon présage :
"Et trois fois par jour Cendrillon allait pleurer et prier sous son arbre, et chaque fois un petit oiseau blanc y venait et quand elle exprimait un souhait, l'oiseau faisait tomber entre ses mains ce qu'elle avait souhaité." Un jour, un grand évènement arriva, le roi donna une fête, bien les horribles belles sœurs se réjouissaient d'avance et Cendrillon devint leur esclave. Heureusement, elle rencontre à nouveau un oiseau blanc pour être exact "deux colombes blanches", mais la pauvre n'avait rien à se mettre même pas une robe convenable. À nouveau les deux colombes lui viendra en aide, ainsi qu'un oiseau qui lui apportera une robe d'or et d'argent par magie, c'est une joie pour Cendrillon de ce rendre à la fête belle comme une princesse ! Et d'être la femme choisit par le fils du roi pour danser, un rêve merveilleux. Mais le prince fut très intrigué il voulut savoir qui était cette jeune femme resplendissante. Le troisième soir, elle perdit sa pantoufle en or.
Et tout le monde connaît la suite et la fin, elle est si célèbre ! Et nos deux colombes sont toujours là et les horribles belles sœurs sont sévèrement puni ! Un conte magnifique tout en finesse.

Voir ici concernant la comparaison entre celle de Grimm et de Perrault 

James Matthew Barrie sera lui sensible à ce conte Cendrillon : "Un baiser pour Cendrillon" pour le théâtre à l'origine et ensuite une adaptation pour le cinéma existera dans les années 1900 voir
ici plus en détail. Il était très sensible aux contes de fée !
Un autre auteur est aussi un grand admirateur de conte c'est Robert Walser, il s'est aussi emparer de l'histoire de Cendrillon pour l'écriture d'une pièce dans un style d'une grande poésie à la même époque en 1901. Lien entre Barrie et Walser , aucun doute la dessus mais mon amie en dit plus
ici. " Prince : Tu es un ange tendresse, ignorante du sens des mots, balbutie que tu es mon ange (il s'adresse à Cendrillon), Qu'es-tu sinon ?"

4 commentaires:

Stephie a dit…

Comme toi, je trouve que la version de Grimm ( que je n'ai découverte que cette année) est beaucoup plus poétique.

Vanessa a dit…

Je ne connaissais pas du tout le conte de Grimm et cette référence à l'oiseau blanc est très belle. De quoi me redonner envie de lire "Le petit oiseau blanc" si bien préfacé de BARRIE.

J'adorais les contes, et puis avec l'arrivée du petit loup ils sont partis en désuétude, par méconnaissance et versions simplifiées mais tu me donnes envie de me repencher dans ces oeuvres presque orales maintenant qu'elles sont si connues.

Wictoria a dit…

un billet tout rempli de subtilités, et j'aime aussi Miss Clara depuis longtemps :), une conteuse elle aussi à sa manière...

Malice a dit…

@ Stemphie : La version Grimm, je l'ai découvert il y a peut et par hasard en plus ;-)
@ Vanessa : il n'y a pas d'âge pour découvrir les contes ;-) Moi je les découvre seulement maintenant ou presque et je suis plus âgée que toi !
@ Wictoria : oui :)))) tu as tout à fait raison !