Pages

dimanche 27 septembre 2009

AU REVOIR LES ENFANTS : Louis Malle

Un merveilleux film de Louis Malle vu pour la première fois à sa sortie en 1987.

Louis Malle est comme François Truffaut, un réalisateur littéraire et nombreux sont ses films qui tournent autour de l'enfance voir Zazie ici. J'ai revu avec un immense plaisir ce film édité par Arte TVvideo.

" C'est ma fidélité, ma référence. J'aurai du en faire le sujet de mon premier film, mais j'hésitais, j'attendais." Un récit autobiographique qui a sans doute décidé de sa vocation de cinéaste.

Durant la second guerre mondiale en , Julien est pensionnaire dans un établissement catholique.

Il est un grand lecteur, lire est sa passion. Il partage cette passion avec Jean. Dans ce pensionnat des juifs sont cachés. Les allemands rôdent ainsi que la Gestapo. L'ami de Julien, Jean Bonnet un garçon discret, fier de ses origines qu'il est obligé de caché se lie d'amitié avec Julien. "Qu'est ce que c'est un juif ?" " Il faut être très gentil avec eux " voilà la question que se pose Julien et les parents disent tout simplement qu'il faut être gentil à quoi cela rime, c'est abstrait et confus dans la tête d'un enfant.

Tout le point de vue de ce qui se passe est vu à travers les yeux de Julien, il se pose des questions (le spectateur lit dans ses yeux) sur le monde qui l'entoure. Cette guerre absurde pourquoi ? D'une façon générale les enfants du pensionnat ne comprennent pas trop ce qu'ils sont entrain de vivre. Julien est l'enfant chéri de sa mère. Sa mère une femme très bourgeoise, le style par devant elle dira beaucoup du bien des juifs,mais pas forcément par derrière.

Joseph est un personnage trouble mal aimé, le mouton noir, il a dénoncé les juifs cachés dans le pensionnat.Dans ce film les séquences pour lequel j'ai de l'affection sont celle qui permettent d'oublier la guerre. Comme la séance de cinéma avec Charlie Chaplin. Mais j'aime beaucoup la complicité entre les garçons quand ils font du piano à quatre mains. Dans le film de Louis Malle on peut apercevoir que la violence existe au sein de l'établissement, il faut dire que la vie était dure : la séquence des échasses, le jeu de scout dans la forêt ...

A la fin du film j'ai ressenti une émotion forte palpable, la force, la grande force du film se trouve dans les regards et les non dit.
Enregistrer un commentaire