Pages

lundi 27 juillet 2009

MIREILLE HAVET : L'ENFANT TERRIBLE



Emmanuelle Retaillaud-Bajac - BIOGRAPHIE
" Une fille comme toi devrait tenir la première place"
Jean Cocteau, été 1928

Mireille Havet est née en 1898, dans le pays de Zola à Médan, en pleine Affaire Dreyfus. Enfance bucolique, douce, solitaire très jeune, un grand amour pour la littérature.
Elle est issue d'un milieu bohème le père Henri est peintre, féru d'ésotérisme, sombra dans la folie et il fut interné à Ville-Evrard. Mireille toute jeune baigne dans ce climat ésotérico-mystique. Installation à Paris rue Raynouard pas loin de là maison Balzac. Elle a une passion pour la poésie : Francis Jammes. Elle sera au cœur du mouvement symboliste tout d'abord via son père elle rencontre Armand Point (peintre), Georges Izambard, Paul Fort (prince des poètes) puis très jeune elle rencontre le grand Apollinaire. Il l'appelle la « petite poyétesse ». Elle va publier ses premiers poèmes. À dix-neuf ans, elle publie un premier récit La Maison dans l'œil du chat préfacé par Colette.
Elle rencontre les grandes figures artistiques de son temps Nathalie Barney, Colette, Misia Sert, entre autre ..
Elle assume pleinement son homosexualité et l'ambiguïté sexuelle en s'habillant en homme. "" Je n'aime pas les hommes, j'en ai presque la répulsion physique", n'a-t-elle pas hésité à asséner devant Misia la femme fatale, qui en resta abasourdie.""" L'homme restera toujours pour moi le taureau, c'est pourquoi j'en trouve la race superflue.""Elle connaîtra un amour passionné avec la comtesse de Limur, Marcelle Garros la veuve de Roland l'aviateur, Renée, et d'autre ..C'est à partir des années folles, Mireille participe à la vie parisienne, elle fréquente la fameuse boîte à la mode "Le Bœuf sur le toit". C'est le rendez-vous du tout Paris de l'époque dans les années 20. Elle sombre littéralement dans l'enfer la drogue :l'opium, la morphine et la cocaïne. Elle fait la connaissance du musicien Georges Auric , grand amateur d'opium aussi tout comme son ami Cocteau, membre du Groupe des Six. Elle fut proche de Cocteau, et de Raymond Radiguet, elle a interprété le rôle de la mort dans l'Orphée de son ami Jean Cocteau.
1922 est la date de publication de son roman Carnaval (Gide a adoré ce roman) chez Albin Michel, mais l'année suivante il fera une carrière brillante pour se retrouver sur la liste du Femina et aussi celle du Goncourt. Mireille passe pour être la petite sœur de Cocteau en ce qui concerne la littérature. .Après avoir connu le mouvement symboliste, elle fréquente les surréalistes. Elle devient ami avec René Crevel, un jeune homme écorché vif et inverti. Elle est proche de Pierre de Massot un des premiers dadaïstes, il est le secrétaire de Picabia.
Pierre de Massot par Berenice Abbott ©

Pierre de Massot a écrit un poème-portrait de Mireille et de l'époque de débauche qui régnait à la fin des années 20 :


Rue Raynouard
on voyait des vignes
rougir
en obombrant la Seine
toi Robbie
tu étais la Reine
de ces jardins du Bénarès
Avec Marcelle Olga Mireille
Auric et Maleyssie
de sylphe
Nous coupions le ciel en morceaux Dans un carré de Tour Eiffel Volé à Robert Delauney


Mireille est liée d'une forte amitié avec Jacques Rigaut ,un écrivain dadaïste aussi , dandy, un homme qui se détruit aussi comme elle et aussi l'un et l'autre sont attirés par le suicide pour échapper à l'enfer.
HélèneBerthelot et Ludmila Savitzky sont deux femmes que Mireille a connut enfant. Et elles tiendront un grand rôle dans la vie de Mireille et cela juste au bout.
Elle est décédée de la tuberculose à Montana en Suisse en 1932, elle avait l'âge du christ 33 ans. Elle a fini ses jours dans une pauvreté noire, le dénuement le plus total comme de nombreux artistes maudits et la reconnaissance vient hélas longtemps après leur mort. Elle est en passe de devenir une icône !
La personnalité, ce portrait de femme m'a beaucoup touchée, sûrement à cause de cette sensibilité à fleur de peau.
Apollinaire et Cocteau deux personnes qui ont comptés dans la vie de Mireille Havet.

Je trouve qu'Emmanuelle Retaillaud- Bajac (maître de conférence à IUT de Tour), a signé une biographie assez classique mais au combien passionnante enrichissante à travers Mireille Havet. Pour quelqu'un qui comme moi se passionne pour la vie littéraire, et bien là je suis gâtée par tant de richesse c'est vraiment merveilleux, c'est tout simplement un émerveillement de lecture très enrichissante !

Une lecture passionnante. Car Mireille Havet est une grande figure de la vie parisienne de 1900 à 1932.

Donc, elle n'a publié de son vivant un roman Carnaval et grâce à Claire Paulhan nous pouvons lire son journal où elle raconte ses amours saphiques et son roman. Voir ici où Claire Paulhan raconte comment elle a découvert cette petite merveille qui est son journal (que j'ai très envie de découvrir enfin dans un premier temps celui de la première période.)

Merci à Amélia grâce à qui j'ai acheté et lu cette biographie !


©A.T : La maison de Zola à Médan

Maison Balzac
















La famille Havet est voisin avec Zola qui possède une maison à Médan. 
Mais en 1907, elle vit au 51 rue Raynouard avec ses parents Henri Havet et Léoncine Cornillier. Elle a vivre dans ce quartier jusqu'à la fin de sa vie. Ce quartier Auteuil/Passy est bucolique. Il fut aussi le quartier de Balzac. Son père est peintre.

" En 1907, lorsque la famille emménage au 51, la petite fille est évidement trop jeune pour mesurer toute la beauté du miracle qui l'a menée du voisinage de Zola à celui de Balzac."



6 commentaires:

cathulu a dit…

J'ignorais totalement l'existence de cette forte personnalité, je note!

amanda a dit…

j'ai très envie de la lire depuis que Amélia nous en a parlé... tu confirmes donc mon impression:)

Lou a dit…

Je vois que tu as donné suite aux conseils d'Ameleia, après cet échange dont tu m'avais parlé. C'est intéressant, moi non plus je ne connaissais absolument pas comme tu le sais.

ameleia a dit…

Oh ! quelle joie ! Je passe ce soir sur ton blog pour découvrir la merveille de Mireille. Que tu l'aies lu réhausse encore
sa valeur... Merci à toi et barvo pour la synthèse et les illustrations tout à fait trouvées ! A très bientôt je l'espère.
bises. ameleia

ameleia a dit…

Ah oui ! à toutes ! je ne saurais trop que conseiller la lecture du JOurnal plus que la bio (au demeurant excellente)
De même, commencez par le premier volume, le plus petit... il donne la passion dévorante de lire le reste !
bises

Malice a dit…

@ Cathulu : Oh ! oui tu peux noter en effet une personnalité hors du commun c'est le moins que l'on puisse dire.
@ Amanda : Bien sûr !
@ Lou : oui, j'en avais vaguement entendu parlé, mais Ameleia en a très bien parlé, avec une grande conviction donc.
@ Ameleia : Merci, j'en ai parlé du mieux que j'ai pu. Mais je fus vraiment enchanté par cette lecture fortement enrichissante !