Pages

lundi 2 mars 2009

EVA RICE : L'amour comme par Hasard


Traduction Martine Leroy-Battistelli

J'ai bien comme le roman démarre. Charlotte demande si quelqu'un est intéressé de partager un taxi avec elle. Pénélope est partante. Et voilà, le roman démarre en route ...
Nous sommes en 1954, à Londres, ces deux jeunes filles anglaises font connaissance et sympathise. Penelope Wallace, 18 ans, est fan du chanteur américain Johnnie Ray, elle rêve de le voir à Londres au Palladium. Harry, le cousin de son ami Charlotte, l'apprenti magicien, avec sa baguette magique, a pu avoir deux places pour voir son idole.
"Qu'est ce que ... qu'est ce que c'est ? " murmurai- je, mais j'avais deviné de quoi il s'agissait avant même d'avoir été au bout de ma question. "Deux places pour Johnnie Ray, au Palladium, en avril. "
En 1955, par hasard et de façon magique, elle rencontre dans le train un beau américain Rocky. Son cœur palpite, mais c'est au bras d'Harry, qu'elle se montre donc ! Mais, elle trouve tout de même qu'il irait mieux avec sa mère, une veuve éblouissante.
Le style très stéréotypé, caricature, rien d'original. Mais le livre se lit bien légèreté, fait aussi rêver pas désagréable. Mais ce roman est très à l'eau de rose tout de même. Voilà, un exemple de gros livre 530p qui se lit rapidement, et il ne reste pas grand chose une fois lu. Il est amusant de constater qu'en 2009 Johnnie Ray est un chanteur pratiquement, voir totalement méconnu.
Alors qu' Elvis Presley dans ces années là débute en Amérique et il deviendra lui une icône, une légende.

Livre lu dans le cadre de l'opération livre de poche : opération qui permet de découvrir d'autres horizons.
Clarabelle, le Grimoire, Joëlle, Cuné,Delphine ont lu aussi ce roman

Mais la bande annonce de " There's no business like show Business" avec une camarade de classe et, dès ce moment, Johnnie Ray avait pris possession de mon âme. Je peux dire sans mentir que ces deux heures passées dans les fauteuils de velours de l'Odéon, à Leicester Square, avaient bouleversé ma vie et je ne cherchais pas à m'en cacher."

7 commentaires:

Clarabel a dit…

Marilyn forever !!! :))

Praline a dit…

En cours de lecture... moi aussi j'aime cette première scène.

Lou a dit…

Tu as dû le voir sur mon billet (je n'arrive pas encore à lire les commentaires en raison d'un bug) mais je suis beaucoup plus enthousiaste que toi. Il y a bien sûr un petit côté cliché, comme dans des films à la "Quand Harry contre Sally", mais j'ai trouvé qu'il y avait beaucoup de sensibilité et de charme, qu'on ne s'enfonce pas dans le gnangnan et qu'au final c'est un livre léger mais tout de même plein de qualités :) Et puis il y a pas mal d'influences ou références, ce que j'aime beaucoup en général. Enfin tu as vu mon avis ^^ (je ne savais pas qu'il faisait 500 p en livre de poche, effectivement il est assez long sous ce format, sans doute à cause de la police énorme de l'édition - je préférais l'ancienne !)

Anjelica a dit…

Encore une auteure que je ne connais pas. J'aime bien la légèreté de temps en temps mais j'ai tellement de livres en attente sur ma PAL et ma LAL que sur ce coup je passe :)

Katell a dit…

Bienvenue au clun anjelica: moi non plus je ne connais pas cette auteure!
Bien tentant, en tout cas.

pom' a dit…

la couverture est sympa

Malice a dit…

@ Clarabel : Exact !!! :)))
@ Praline : Oui la première scène donne un coup de pouce un élan à l'histoire qui va venir.
@ Lou : Oui, un livre sympathique sans plus; Quand je évoque le nombre de page c'est que je viens de lire le livre de John fante (peu de page mais réflexion, un livre d'une autre dimension). Et je voulais signaler que souvent on qualifie un petit livre vite lu alors que c'est faut un livre épais comme celui là ce lit très vite :)
@ Anjelica : merci pour ta visite !
@ Katell : Je crois que c'est un premier roman !
@ pom' merci oui la couverture est enlevée !