Pages

jeudi 29 janvier 2009

MAYA ANGELOU : Tant que je serai noire


Rentrée littéraire 2008

Traduit par Lori Saint-Martin et Paul Gagné

Le thème tourne autour de l'identité noire.Un magnifique documentaire autobiographique et le portrait d'une femme noire, remarquable, son courage, son combat . Il fait écho avec la présidence d'Obama, d'ailleurs en 2008, comme de nombreux leaders afro-américains historiques elle a apporté son soutien à Hillary Clinton lors des primaires du Parti démocrate pour l'élection présidentielle américaine avant de se ranger du côté de Barack Obama. L'engagement politique sa voix de femme noire, est toujours d'actualité, même si il est vrais que la condition des noirs dans les années fin 50 et 60 n'est pas la même qu'aujourd'hui.
À partir de 1957 , Maya Angelou décide de quitter la Californie avec son fils Guy. J'ai trouvé très touchant sa complicité avec son fils, elle est remplit d'affection et d'amour, elle remplit son rôle de mère célibataire à merveille. " Comment aimer et se montrer affectueux sans faire naître des pensées lascives dans des esprits jeunes et innocents ? Par crainte de susciter des désirs incestueux chez leurs enfants, de nombreux parent s se mettent en quelque sorte en retrait et refusent tout contact physique, au risque de laisser leurs rejetons en proie au désir et convaincus d'être indignes d'amour."Ils s’installent à New York et elle devient écrivaine.
Concernant ses débuts littéraires :
"- Quel est le genre littéraire le plus difficile, John ?
- Ils ont chacun leurs difficultés. Le roman est impossible. Je suis payé pour le savoir. La poésie aussi. Parles-en à Langston ou à Countee. Et Baldwin affirmera que l'essai est impossible. Tour le monde s'entend cependant pour dire que c'est la nouvelle qui est le genre le plus difficile. Pas le moyen d'en écrire une bonne, ou presque."
J'aime bien cette phrase concernant l'écriture : "écrire, c'est décider de se jeter dans les eaux d'un lac glacé."
Maya travaille comme coordonnatrice de la section new-yorkaise de Martin Luther King. Elle rencontrera James Baldwin un grand auteur noire qui défend la cause des africains. Elle a joué le rôle d'une blanche dans une pièce de Jean Genet : les Nègres . Un passage que j'ai trouvé très intéressant et captivant dans la vie de Maya Angelou à New York."Genet avait raison au moins sur un plan. Les Noirs n'avaient aucun mal à jouer les Blancs. Pendant des siècles, nous avions étudié leurs visages, les angles de leurs corps, leurs intonations et même leurs odeurs. Souvent, notre survie dépendait de l'interprétation que nous faisions du rire d'un Blanc ou du geste dédaigneux de la main d'une Blanche." Jean Genet se sentait très proche des noires, de leurs identités
Elle a été un témoin des importants événements de l’histoire des Noirs au début des années soixante, alors qu’aux États-Unis, ils se soulevaient contre le racisme établi. L' Afrique, elle essayait de ce défaire du colonialisme. Elle va se marier avec Vuzumzi Make, une grande complicité naîtra entre lui et Guy le fils de Maya. Elle décide de suivre Vus combattant pour la liberté des droits des Noirs d’Afrique du Sud. Elle a travaillé comme journaliste, au Caire et au Ghana . Ce livre je l'ai trouvé intéressant, depuis très jeune j'ai été marqué par des figures comme Martin Luther King et Malcom X (je me souviens avoir vu le film de Spike Lee en1992).

Livre lu par Antigone , Anna Blume, celui d'Enna

8 commentaires:

Leiloona a dit…

Je l'ai déjà noté, mais je ne l'ai pas encore lu. Une amie m'en a fait un vibrant éloge.

gambadou a dit…

oui, je l'ai vu dans d'autres blog et il fait l'unanimité je crois

Béatrix a dit…

Moi aussi j'en avais entendu parler mais je ne l'ai pas encore lu et je le nte bien vite.

gonzodoctor a dit…

1957, dure periode pour la communaute noire nord americaine. Rien avoir avec aujourd'hui.
Hemingway et Faulkner, auteurs de la Lost generation sont des romanciers de premier plan sur l'identitee noire ... mais a la periode qui precedait (annee 20-30)
Interessant.
Bonne continuation.

In Cold Blog a dit…

Je l'avais remarqué parmi les livres de la rentrée et ce que tu en dis me fais encore plus envie.

enna a dit…

J'ai beaucoup aimé ce documentaire écrit presque comme un roman. Très instructif sur époque très riche de l'histoire américaine. Un coup de coeur pour moi!

rose a dit…

J'ai découvert ce document grâce à Babelio et je suis aussi sous le charme de la personnalité de Maya Angelou. Le chapitre sur la pièce de Genet m'a aussi beaucoup marquée ; ainsi que la difficulté qu'elle rencontre à accorder sa fierté à renouer avec l'Afrique et la vie de femme mariée que Vus lui impose...

Malice a dit…

@Leiloona : Et bien tu peux suivre les conseils de ton amie les yeux fermés ;-)
@ Gambadou je l'ai vu sur peu de blog l'unanimité cela ne m'étonne pas !
@ Béatrix merci une lecture qui devrait te plaire ;-)
@ gonzodoctor : Merci pour votre visite. Oui le combat des noirs d'hier et celui d'aujourd'hui n'a rien avoir je suis d'accord mais il est toujours d'actualité.
@ In cold Blog : Et bien je suis ravie si cette lecture t'intéresse elle est très enrichissante !
@ Enna : Un coup de cœur, non en ce qui me concerne mais un documentaire/bio/ roman instructif et passionnant de ce point de vue oui ;-)
@ Rose : Moi aussi j'ai été sous le charme, et comme toi j'ai aimé son attachement à l'Afrique, là où sont ses racines. Un livre très instructif !