Pages

mardi 14 octobre 2008

SIRI HUSTVEDT : TOUT CE QUE J'AIMAIS


traduit par Christine Le Boeuf

J'ai adhéré à la première partie, puis arrivant à la seconde partie, j'ai décroché très exactement à la page 266.
Dans les années 70, à New-York, les couples amis le narrateur Leo, critique d'art, et Erica , Bill peintre et Violette son modèle. Ils auront un fils chacun, Matt et Mark (sa mère est Lucille la première femme de Bill), qui ont le même âge, complice jusqu'à l'accident. Nous sommes en compagnie du petit milieu d'intellectuel et de l'art à Broadway.
Ce qui ma plut c'est l'évocation de la peinture, d' Hansel et Gretel de Grimm, et toute la réflexion sur la nourriture.
Voilà, ces trois thèmes sont intéressants. Mais j'ai stoppé ma lecture de ce livre car je l'ai trouvé trop sombre, et je n'y ai plus trouvé d'intérêt. Mais j'ai trouvé que c'était merveilleux de voir ce conte Hansël et Gretel insérer à ce roman. Car dans un premier temps je n'avais pas très envie de le lire ce roman puisque j'avais moyennement aimé Élégie pour un américain .

Si j'ai été touché par l'évocation de ce célèbre conte de Grimm. Car
je l'ai lu deux fois dans le cadre de mon job auprès d'un groupe d'enfant, en même temps que j'entamais la lecture de ce roman.
Je trouve cela judicieux d'insérer un conte un l'intérieur d'un roman.
"Pendant ma troisième visite, je me rendis compte tout à coup que le conte de fées choisi par Bill avait, lui aussi , la nourriture pour thème. Tout au long de l'histoire il était question de manger, de ne pas manger ou d'être mangé.... Hänsel et Gretel étaient des enfants sous-alimentés, des victimes de la famine dont les membres frêles et les yeux immenses rappelaient les centaines de photographies qui rendent compte de la misère au XXe siècle;"p108/109
À travers ce conte Bill, parle de lui, il a un sens dans ce roman et surtout en direction de Violette qui est la belle mère de Mark, elle correspond à la sorcière.
" L'histoire de Hänsel et Gretel c'est le truc de Mark. C'est son conte de fée à lui, celui qui lui parle personnellement. Bill a peint ça à cause de Mark. Parfois, Mark me dit : Tu es ma vraie maman, et puis deux minutes après, il se met en colère et là me dit : Tu n'es pas ma vraie maman, je te déteste." p120/121
Et donc , il question de nourriture dans ce conte puisque les enfants sont attirés par la maison en pain d'épice, par la gourmandise.
Siri Hustved évoque la nourriture à travers le livre de Violet " Corps verrouillés : Exploration des images contemporaines du corps et des désordres nutritionnels". Très intéressant les réflexions de Violette sur le corps maltraité : boulimie, anorexie, le rapport que l'homme entretient avec la nourriture aujourd'hui et à travers l'histoire.

Enregistrer un commentaire