Pages

mercredi 14 mai 2008

ARTHUR RIMBAUD : Charleville Mezière

Durant le week-end du 1er mai je suis allée à Charleville Mezière et j'ai rendu une visite à Rimbaud "L'homme aux semelles de vent"Le musée est très émouvant et c'est un très bel endroit un bel hommage fait à l'enfant du pays, à cet immense poète : du voyage, de la liberté.
Poète maudit, le mythe est né le 20 octobre 1854 à Charleville dans les Ardennes. Et, il est mort
le 10 novembre 1891 à Marseille.
Son père capitaine d'infanterie toujours absent. Sa mère Vitalie élève seule ses quatre enfants.
Rimbaud aura des rapports complexes, conflictuels avec sa mère, révolte. Il appelle sa mère
« maman fléau » ou « mère rimbe ». Vitalie est une femme d'une forte personnalité.
Un enfant précoce doué il passe de la 6ème à la 4ème.
Il découvre Rabelais, Victor Huo, Théodore de Banville.
Le 2 janvier 1870 la revu pour tous publia "
Les Étrennes des orphelins" . (C'est un poème qui ma beaucoup marqué quand je l'ai étudié en élémentaire).
Rimbaud débarque à Paris grâce à Verlaine il a dix-sept ans.
C'est à Théodore de Banville que l'adolescent envoie quelques poèmes le 24 mai 1970.
" Cher Maître, Nous sommes aux mois d'amour ; j'ai dix-sept ans, L'âge des espérances et des chimères, comme on dit - et voici que je me suis mis , enfant touché par les doigts de la Muse, - pardon si c'est banal, - à dire mes bonnes croyances, mes expériences, mes sensations, toutes ces choses des poètes - moi j'appelle cela du printemps"En 1870, il se lie d'amitié avec Georges Izambard, son jeune professeur de rhétorique , et surtout il lui prête ses livres.
Première fugue à Paris, il va se mêler aux parnassiens. Il prend fait et cause pour la Commune. De 1870/1871 il mène une vie de patachon . En 1871, il rencontre Paul Verlaine à Paris.
Verlaine et Rimbaud sont très proche. Verlaine va blesser Rimbaud et sera en prison pendant deux ans.
En 1876, il n'écrit plus, il se fait mercenaire, puis commerçant, s'évade toujours plus "ailleurs".
Il fut un grand voyageur, il a parcouru l'Europe et l'Afrique.L'Afrique l'attire ; il y va, s'ennuie, y revient. Atteint en 1891 d'une tumeur au genou droit, il meurt à Marseille le 10 novembre 1891.
Le Rimbaud
édition Mango Jeunesse - images (illustration de Chloé Poizat)
Un ouvrage au format d'un album, dix-huit poèmes magnifiquement illustrés par ChloéPoizat. Elle a une passion pour la gravure et une prédisposition au papier. Et aussi son autre grande passion est la littérature.
- Sensation (mars 1870)
-
Ophélie : l'héroïne d'Hamlet de Shakespeare, femme délaissée amoureuse d'un prince qui devient folle et se noie de désespoir. Le manuscrit daté du 15 mai 1870 est joint à la lettre que Rimbaud envoya quelques 10 jours plus tard au poète Parnassien Banville. Chloé Poizat dans l'illustration de ce poème s'inspire de la toile du peintre J.E Millais un "préraphaélite montrant le corps d'Ophélie.
-
Roman commence par " On n'est pas sérieux, quand on a dix-sept ans."
- Le Dormeur du Val (1870)
- Au Cabaret - Vert
-
Ma Bohème : Le poème de Rimbaud qui évoque la liberté c'est Ma Bohème. Il a écrit cette poésie à l'âge de 16 ans. Elle évoque une ou plusieurs de ses fugues, l'envie de fuir, de partir de quitter son milieu étouffant.
- Le cœur volé
-
Les Poètes de sept ans
-
Le bateau ivre (1871) : Il écrit ce poème sous l'influence de l'absinthe. Il épata le milieu littéraire parisien avec ce poème.
- Voyelle : Le poème le plus célèbre
A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes :
A, noir corset velu des mouches éclatantes
Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,
Golfes d'ombre ; E, candeur des vapeurs et des tentes,
Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d'ombelles ;
I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes ;
U, cycles, vibrements divins des mers virides,
Paix des pâtis semés d'animaux, paix des rides
Que l'alchimie imprime aux grands fronts studieux ;
O, suprême Clairon plein des strideurs étranges,
Silence traversés des Mondes et des Anges :

- O l'Oméga, rayon violet de Ses Yeux !

-Chanson de la plus haute tour
- L'éternité
- Fêtes de la faim
- Phrases:
J'ai tendu des cordes de clocher à clocher ; des guirlandes de fenêtre à fenêtre ; des chaînes d'or à étoile, et je danse.
- Veillées
- Aube : poème qui fait penser à demain dès l'aube de Victor Hugo
Je ne suis pas une spécialiste pour parler de la poésie et donc c'est juste un petit billet sur un poète qui a marqué le XIX siècle.

5 commentaires:

Gambadou a dit…

C'est un poète que je connais très peu. Tu me donnes envie de le découvrir

lily a dit…

Merci Alice pour ce billet !
C'est vrai que l'on "connaît" tous Rimbaud sans le connaître, j'ai plus d'une fois eu la tentation de m'immerger un peu plus dans sa vie et son oeuvre et pourquoi, je n'y ai jamais réussi...
Ton billet me donne envie de prendre le temps un jour prochain...

Marie a dit…

Sympa ton article :-)
Moi qui suis d'origine Carolomacérienne, je ne peux qu'aimer ce cher Rimbaud ! Un p'tit génie !

Malice a dit…

Merci pour vos commentaires tant mieux si mon modeste billet vous plait ! et vous donne envie de découvrir Rimbaud.
@ Marie : MERCI

À LIRE : Lettres du Harar (billet peut-être pour bientôt lu il y a un petit moment)

Wictoria a dit…

merci pour la visite, j'espère y aller à mon tour :)