Pages

mercredi 9 avril 2008

HELENE BERR : JOURNAL


coeur_022Préface de Patrick Modiano (magnifique il la compare à Katherine Mansfield). Héléne aime la vie, elle est amoureuse et elle est étudiante à la Sorbonne en littérature anglaise, elle prépare une thèse sur Keats. Elle est juive issue de la bourgeoisie. Elle a vingt ans lorsqu'elle commence à écrire son journal qui est son confident, c'est un merveilleux témoignage sur la vie d'une jeune fille sur ses doutes, ses craintes, ses sentiments tumultueux face à la vie, face à un moment difficile douloureux tragique qui est dû à l'époque.
1942 est une date phare dans l'histoire de la deuxième guerre mondiale, les lois anti-juives de Vichy doivent être appliquées.
Avec Hélène, nous déambulons dans le Paris occupé des années quarante, et plus particulièrement au quartier latin entre autre.
Hélène Berr aime les moments simples de la vie les petits bonheurs.
"Nous étions tous les quatre, très gais, peut-être avec le sentiment que nous étions tous ensemble pour une fois, tout ce qui reste ici de la famille."Elle aime passé des journées à Aubergenville simple de calme insouciante."Cette journée s'est déroulée dans sa perfection, depuis le lever du soleil plein de fraîcheur et de promesse, lumineux , jusqu'à cette soirée si douce et si calme, si tendre, qui m'a baigné tout à l'heure lorsque j'ai fermé les volets." Elle joue merveilleusement bien du violon. Elle est mélomane.
L'émotion est grande , immense, le fait d'être une jeune fille et être constamment pointée du doigt est très dur à vivre , de ce sentir différente des autres."Ce soir, j'ai une envie folle de tout flanquer en l'air. J'en ai assez de ne pas être normale ; j'en ai assez de ne plus me sentir libre comme l'air, comme l'année dernière ; j'en ai assez de sentir que j'ai pas le droit d'être comme avant." Hélène est très angoissée par le climat, par son père qui a été arrêté, envoyé à Drancy, il sortira quelques temps plus tard en échange d'une rançon. " La sensation de "fin du monde" voletait autour de moi. En même temps, il y avait dehors une carte de Gérard qui m'attendait, et que je n'arrivais pas à lire ; je suis descendue avec Gisèle pour aller chez Tifferreau, et en chemin j'ai pu la lire. Elle était très triste. Mais je n'avais pas le temps de réfléchir."Elle a une passion pour les enfants , elle s'en occupe beaucoup leurs destins la préoccupe aussi car leurs parents ont été déportés, elle possède un don d'une grande générosité. Une coupure de dix mois entre novembre 42 et août 43 , dans cette deuxième partie en quelques sorte l'angoisse, le doute, la peur se font de plus en plus grands. C'est une partie plus sombre, écho de ce qui se passe, lucidité, elle pense à son avenir mais en cette période d'incertitude des lendemains son avenir est complètement bouché. "Lorsque j'écris" disparaître", je ne pense pas à ma mort, car je veux vivre ; autant qu'il sera en mon pouvoir. Même déportée, je penserai sans cesse à revenir. Si Dieu ne m'ôte pas la vie, et si, ce qui serait si méchant, et la preuve d'une volonté non plus divine, mais de mal humain, les hommes ne me la prennent pas."
Et la troisième partie c'est 44.
Elle nous fait partager ses lectures son admiration pour Dostoïevski, mais aussi des Thibault (pour moi, ce livre les Thibault sont un souvenir de la fin de l'enfance, envie de relire ). Hélène s'interroge sur Dieu, l'existence, les souffrances de la vie et sur la mort. C'est un très bel ouvrage et c'est extrêmement bouleversant. Comme le dit Papillon quand on referme le livre on quitte une amie, quelqu'un de proche en tout cas de très attachant.
Beaucoup d'émotion à la lecture je l'avais commencé au mois de mars puis mis de côté et je m'y suis replongée avec une grande attention. Je me suis vraiment passionnée pour ce journal, j'ai relevé de nombreux passages. Hélène nous relate sa vie ses émotions mais l'Histoire qui se déroule sous ses yeux c'est en cela que ce livre est passionnant.

Un très beau complément sur ce livre et Hélène Berr.


11 commentaires:

amanda a dit…

je suis heureuse qu'il t'ai plus et oui, c'est un livre bouleversant

Karine a dit…

Il semble faire l'unanimité. Je l'ai noté chez Amanda et ce que tu en dis me tente encore davantage!

Joelle a dit…

Tous les avis sont unanimes ... je surligne plutôt deux fois qu'une !

Anne a dit…

Je reviendrai lire ton billet: je dois le lire d'ici peu de temps.

sylire a dit…

Je le lirai certainement. J'ai lu le billet de Papillon qui a comme toi adoré.

sylvie a dit…

je l'avais déjà plus ou moins en tête celui là, mais maintenant, je note!

papillon a dit…

Je suis contente que tu l'aies aimé ! C'est un livre magnifique et bouleversant : il m'habite encore...

Praline a dit…

Ma petite soeur, Alice, l'a reçu il y a peu. Je n'hésiterai pas à le lui emprunter :)

Malice a dit…

@ Amanda et Papillon : Oh !!! oui un très grand livre ! mais comment ne pas être touché, bouleversé par un tel livre.
@ Karine oui c'est vraiment un livre à lire. Je serai très curieuse de connaître la vision de ce livre par une québécoise.
@ Joelle, Anne, Sylire, Sylvie : À LIRE !!!!!! Un livre qui compte dans nos bibliothèques, un indispensable !
@ Praline : Tu as une petite sœur qui s'appelle Alice :-) À oui tu peux lui emprunter

Lecture & Cie a dit…

Rebonjour,

Je viens juste de laisser un message à propos de Yvan Pommaux et en parcourant votre site (que je découvre !), je tombe sur la citation en exergue sur le blog puis sur votre post sur "Le journal" d'Hélène Berr que je suis en train de lire... je n'en suis qu'à la moitié mais ce livre est vraiment bouleversant, l'écriture étonnement profonde et lucide... on a envie comme vous de souligner certains passages pour les relire, les revivre... enfin, voilà, c'était en passant comme ça... Je reviendrai c'est certain sur votre blog ! Nathalie.

Malice a dit…

Bonjour Nathalie, ce livre est pour moi un véritable choc littéraire. C'est un vraiment un gros coup de cœur ce livre aussi bien du point de vue historique que littéraire : j'aime énormément sa propre réflexion concernant l'écriture profonde et lucide oui cela est exact ;-)