Pages

lundi 27 août 2007

JACQUES POULIN: Les Yeux bleus de Mistassini



C'est le premier livre de Jacques Poulin que j'ai lu et actuellement j'ai eu envie de le relire. Et j'en garde les mêmes impressions qu'à ma première lecture.
C'est toujours un plaisir de retrouver ce cher vieux Jack Waterman dans sa librairie rue St Jean dans le vieux Québec. Cette librairie fait rêver tous les amoureux des livres c'est pourquoi Jimmy est sous le charme.
C'est par hasard, Jimmy entre dans une librairie et reconnaît le propriétaire. Il s’agit de Jack, un clin dœil à Jack Kerouac. Mais vieillissant, fatigué... . Atteint de la "maladie d’Eisenhower"...
Sa librairie fait rêver moi oui en tout cas ...
"- Vos livres sont classés d'après quel principe ? demandai-je. - Le principe du désordre absolu, dit-il." Et bien !!! Moi je dis génial exactement comment dans ma bibliothèque . Puis on sent que le libraire est un vrais amoureux des livres une certaine chaleur ce dégage on s'y sent bien. Jimmy va travaillé dans cette librairie (le veinard..). Les clients sont bien reçus.
Mitstassini est la sœur de Jimmy, elle va travaillé à la librairie.
Une complicité va s'installer entre Jimmy et le vieux Jack. Jimmy s'est Jacque Poulin jeune, il veut écrire.
Jack lui apprendre à ouvrir les yeux sur le monde et à travailler son style. Comme un entraîneur, lui expliquer comment faire pour trouver "la petite poussée"...

La femme de Jack s'appelle Gabrielle (clin d'œil, hommage à Gabrielle Roy). C'est aussi le personnage fantôme , le personnage de l'imaginaire de l'auteur qui revient souvent dans les livres de Jacques Poulin.
"Elle revient d'un voyage dans l'ouest dit-il. Elle avait reçu un télégramme du Manitoba : sa mère venait de mourir. Alors elle a pris le train." Avec l'éditeur, Jack parle de Volkswagen blues, et l'éditeur se trompe concernant le prénom du frère il fait un lapsus il dit Majoque (au lieu de Théo) le frère dans "De quoi t'ennuies-tu Éveline?"de Gabrielle Roy.


Jack envoie Jimmy à Paris. Il découvre Paris avec ses grands yeux comme dans le roman de Michel Tremblay : Les nouvelles d'Edouard, et dans le concierge du panthéon.
Le passage obligé de tous les québécois en séjour à Paris la Librairie du Québec.
Puis c'est à Paris que l'on retrouve ce bon volks, personnage incontournable dans l'œuvre de Poulin. Jimmy dans un premier temps à Paris loge chez des amis de Jack, mais pour être indépendant il va préférer investir dans un volks. Il prend plaisir à marcher 
sur les traces de Hemingway. Il va se promener 74, rue du Cardinal Lemoine, il va sur les traces de "Paris est en fête" le livre de Jack Waterman. Pour un québécois un séjour à Paris s'est un rêve à réaliser dans sa vie.

Il le rencontra à la Closerie des Lilas "Philippe Rollers" alias Philippe Sollers passage épique du roman. Description par Jacques Poulin est vraiment exact :
"Ses cheveux grisonnants, taillés en frange sur le front , lui auraient donné l'air d'un moine si ce n'eût été du fume-cigarette qu'il tenait entre ses dents."

Mais quand il revient au Québec, qu’il retrouve le vieux Jack et sa sœur là , je trouve cette partie moins réussie car elle manque de souffle. 

J'aime beaucoup la théorie concernant la première phrase d'un roman."Selon lui la première phrase devrait être comme une fenêtre ouverte, une lumière dans la nuit ou le sourire d'une inconnue c'est à dire une chose si attirante et séduisante qu'on ne puisse résister de lire la suite."

Dans ce livre j'adore : Les Dix Commandements de l'Écrivain ( je trouve cela génial !!!! n'est ce pas amusant non, et bien vu)
1. Tu mettras ton premier roman au panier.
2. Tu voleras les idées de tes collègues.
3. Tu ne répondras pas aux critiques.
4. Tu ne déjeuneras pas avec ton éditeur.
5. Tu refuseras les prix littéraires s'ils ne sont pas accompagnés d'une somme d'argent.
6. Tu ne vérifieras pas si ton nouveau livre se trouve en librairie.
7. Tu diras du mal de tes collègues mais seulement dans leur dos.
8. Tu n'écriras pas tes mémoires
9. Tu tâcheras de mourir jeune.
10. Tu ne passeras pas à la télé.


Enregistrer un commentaire