Pages

lundi 20 août 2007

YASMINE GHATA : La nuit des Calligraphes


Un livre swap que ma offert Angelica. C'est un livre qui est sortie inaperçu et c'est avec son édition en poche que ce livre a connu une deuxième vie, me semble t-il.

YASMINE GHATA nous transmet beaucoup d'émotion à la lecture de ce roman, un magnifique hommage à sa grand-mère et à la Turquie paternelle, et elle parle aussi du Liban le pays de sa mère la célèbre poétesse-romancière Vénus Ghata Goury. Le thème du livre est la transmission, l'amour des lettres, de la calligraphie. Selim le vieux maître transmet l'art de la calligraphie à Rikkat.
Son maître Selim, Rikkat lui doit tout son amour pour l'art de la calligraphie. Il ma fait pensé au vieux fou de dessin de François Place. " Je préparais le papier, l'encre, nettoyais et rangeais les outils, assurais le fonctionnement de l'atelier, et sa propreté parfois."La grand-mère de Yasmine, Rikkat, lui transmet l'amour des lettres, de l'écriture et de son pays la Turquie.
Nour, Jean, le deuxième fils de Rikkat, médecin fut le père de l'auteure.
Toute sa vie Rikkat la dédiée à l'art de la calligraphie à Dieu, cet art , demande du silence et du recueillement. C'est pourquoi, elle a eut une vie sentimentale difficile.
Rikkat Kunt , une grande calligraphe ottomane célèbre pour avoir moderniser cet art traditionnel et qui a non seulement succombé à une vocation typiquement masculine mais aussi à un métier menacé de disparition à l’époque. C'est une très belle écriture et le sujet est très original, c'est un livre très reposant qui nous fait découvrir toute la beauté et la culture orientale. Un livre qui nous fait rêvé de calligraphie la nuit, d'où le titre du roman qui je trouve ne correspond pas tout à fait, ne colle pas au livre.
Une belle découverte, oui, comme Allie un livre qui a très envie de relire. Je vous le conseille une très bonne lecture, qui me donne très envie de la suivre.


"Le sang des calligraphes est différent de celui des autres humains, il s'assombrit au contact de l'encre, leurs plaies sèchent plus vite. Les calligraphes écrivent à l'intérieur d'eux-mêmes puis offrent une vision partielle de leur chair noircie par l'alphabet."

8 commentaires:

beatrix a dit…

Ce livre me parrait très interessant. Je ne le connaissais pas donc je le note aussi..merci de me faire découvrir cet auteur..je reviendrai plus longuement approfondir et relire ton article.

Laurence a dit…

C'était mon premier billet sur Biblioblog, il y a plus de deux ans et demi maintenant. Et pourtant je me souviens encore très bien de ce roman et de l'élégance d'écriture de Yasmine Ghata. :)

Emeraude a dit…

Je l'ai lu récemment. Je l'avais trouvé très beau aussi mais je crois que ça ne m'a pas plus touché que ça parce que ce n'était pas le bon moment...
comme je dis dans mon billet, il est parti dans les livres à relire !

Malice a dit…

@Beatrix : Un livre plus qu'intéressant.
@ Laurence : un très bon choix de grande tenue pour ouvrir Biblioblog.
@ Emeraude : Oui,longue liste de livres à relire : Dalva, celui là à lire au calme, zen et plénitude .-))

sylire a dit…

Je pense que ce livre pourrait me plaire à moi aussi. Anjélica a bien choisi, car c'est le genre de livre qui ne peut que te plaire :-)

anjelica a dit…

Ah Malice, comme je suis contente que ce livre t'ait plu :)

JULES a dit…

Un peu moins coup de coeur pour moi... désolée!

Katell Bouali a dit…

Je le souligne plusieurs fois!!!