Pages

jeudi 29 mars 2007

DELPHINE COULIN : UNE SECONDE DE PLUS


Ce sont des nouvelles de 6 femmes d'âges différents et leurs façons d'envisager le temps, sur la vie, la douleur.
J'aime beaucoup les livres qui parlent de cette notion impalpable qui le TEMPS ( la durée de vie chez l'être humain).

La première "Belle lurette" me touche beaucoup j'ai l'impression de me reconnaître."-Je ne pourrais pas me revoir, ado ?" Ah !!! moi non plus, je n'aime pas cette période je n'en garde pas de très bon souvenir,mal dans sa peau surtout. Beaucoup d'impressions juste dans le miroir de cette femme face à la petite qu'elle a été."Les enfants ont ce pouvoir-là : voir dans les adultes les enfants qu'ils ont été."Puis elle évoque son 1er roman que j'ai lu et relu que j'ai trouvé très intéressant Des Traces.
"Le déclic a eu lieu un jour où je devais participer à un séminaire d'entreprise. Une grande banque, qui finançait une fondation destinée au personnes âgées, avait eu la brillante idée de commencer la journée par une présentation de mon livre"
Et son premier roman parle des personnes âgées, c'est un moment dans la vie d'un adulte qui fait peur, froid dans le dos.
La deuxième nouvelle, elle se lit d'un trait l'histoire d'une étudiante qui se lie le temps d'un stage à une jeune fille et à son père.
L'histoire d'une rivière qui va disparaître, car on construit un barrage. C'est ma nouvelle préférée.
À la lecture de ses nouvelles , on retrouve bien l'ambiance de son premier roman les Traces. Le temps consacré aux personnes âgées dans "un temps fou" une infirmière s'occupe de son père très malade. Dans celle "Vie et destin de Madeleine Bayard", l'histoire des chats clin d'œil à Cédric Klapish avec son film chacun cherche son chat.

"L'apesanteur"
nouvelle sur la mort de Ness, ces cendres vont être un tableaux. C'est une nouvelle étrange et puis pourquoi pas faire une œuvre d'art dédiée à la personne que l'on aime qui a su mettre de la couleur dans notre vie.

Enfin voilà un écrivain à découvrir,oui , comme le dit Clarabel elle a du talent. C'est des nouvelles avec un climat, où la douleur est présente.


Aucun commentaire: