Pages

samedi 10 mars 2007

ANNE WIAZEMSKY : Hymnes à l'amour

Mais, ce roman est aussi un hymne à la vie aussi.

Il se trouve que cette chanson de Piaf la jeune Anne l'écoutait en boucle et se fut la chanson préférée de sa mère et de son amant, et de son père et de sa maîtresse. Drôle de coïncidence ou pas, la vie est tellement étrange parfois. "Mais depuis mon retour de Malagar, j'écoutais sur tout Édith Piaf""Avec Piaf, j'étais au cœur de l'amour et du chagrin." Dans ce livre j'ai beaucoup aimé quand François Mauriac (le grand-père d'Anne et de Wiaz (le dessinateur du Nouvel Obs), il s'est occupé de l'éducation de ses petits-enfants à la mort de leur père) revient de Suède on lui a remis le Prix Nobel.
Les enfants n'ont rien à faire du Prix Nobel, il y a qu'une seule chose qui les intéresse c'est la magie du Nord : les traîneaux, les cerfs la féerie. Le contraste entre un grand homme et le monde de l'enfance. (P79,"ils revenaient de Stockholm où François Mauriac avait reçu le prix Nobel l'année précédente.""Ce qui nous intéressait n'avait rien avoir avec la littérature : Neigeait-il en Suède ? Avaient-ils vu des rennes ? Étaient-ils montés dans les traîneaux ? Et de leur raconter avec passion comment nous avions réussi à apprivoiser un hérisson grâce à une écuelle de lait déposée chaque matin devant la maison." p82). Un beau passage qui ma fortement marqué. Anne Wiasemsky est au sommet de son talent quand elle parle d'elle même dans ses livres. Et je me souviendrai toujours du sourire et du plaisir du libraire de la Hune quand j'ai acheté ce livre à sa sortie. Je n'ai pas lu encore une Jeune fille mais je le lirai sûrement car j'aime beaucoup surtout quand elle parle d'elle. En tant que cinéphile j'ai vu Au Hasard Balthazar de Bresson à la cinémathèque.
J'ai lu presque tous ses romans le premier le beau navire, canine, j'avais beaucoup aimé aussi Marimè (clin d'œil à Malagar). Concernant une poignée de gens j'avais bien aimé mais j'en garde aucun souvenir. Puis j'ai arrêté de la lire mais je la relirai avec un immense plaisir.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

merci pour votre beau analyse de le roman. il est un de mes favoris!