samedi 31 mai 2008

François PLACE : les derniers Géants


Après avoir lu Le vieux fou de dessin ici l'année dernière. Un magnifique voyage d'aventure de dépaysement en un mot une
MERVEILLE !!!! Entre conte philosophique et documentaire scientifique.
Une histoire touchante d'humanité !
Les illustrations l'aquarelle sont splendides, en pleine page à droite et le récit à gauche.
C'est l'histoire d'un voyage imaginaire au XIX ième siècle effectué par Archibald Léopold Ruthmore. Dans un port il a acheté une molaire de la taille d'un poing. C'est un anglais, un original chapeauté de son haut-de-forme, géographe de son métier. Il se prépare pour un long voyage qui se révèle périlleux puisqu'il se retrouve seul, errant dans une nature inhospitalière. Il va partir à la rencontre de cette peuplade de géant. Leurs corps sont entièrement recouverts de tatouages.
 Le format du livre évoque les carnets de voyage : format à l'italienne. Un conte philosophique, de belles aquarelles précises, minutieuses, comme un carnet de voyage, pour un texte riche qui nous pose le problème des découverte scientifiques. Paru en 1992, l'année de la commémoration de la découverte de l'Amérique.

vendredi 30 mai 2008

LAURENT GRAFF :LE CRI


Rapprochement entre ce tableaux de Munch le Cri et l'univers de l'autoroute. Personnellement comme beaucoup , je suis très sensible à ce tableaux. La figure de cet homme perdu, criant son désespoir, la solitude, la force qui se dégagent de ce tableaux sont extrêmement fort. Le ressenti que j'ai face à ce livre colle parfaitement avec celui du tableaux de Munch.
" Le chemin qu'emprunte le personnage du Cri ( à moins que ce ne soit le chemin qui emprunt le personnage) suit une perspective nettement montante et excentrée dont le point de fuite , situé en dehors du cadre viserai un coin précis du ciel au-dessus de l'horizon, véritable œil cyclonique du tableau. Toutes les lignes s'y dirigent , comme aspirées, pour être ensuite rejetées, dans un tourbillon délétère. Des traînées brunes créent un flux continu à la surface du chemin qui semble à la fois se déverser du ciel et l'alimenter dans une sorte d'irrisistible courant contradictoire. Quel est ce point de fuite invisible, source de vie et de mort ?"
On rentre tout de suite dans le vif du sujet de l'histoire.
Après cette lecture notre regard est différent concernant l'univers froid, sinistre des autoroutes.
C'est un livre prenant que l'on ne lâche pas.
Une réussite ! un très bon livre dont les thèmes sont assez dur et froid dans le dos

La mort, le désespoir sont au centre du roman et aussi ont leur place dans son livre Il ne vous reste qu'une photo à prendre.
Livre lu par Laurence (biblioblog) Cathulu, Florinette

lundi 26 mai 2008

CINÉMA , CINÉMA

Merci ! un grand merci à Jean Pierre Jeunet d'avoir eu cette idée de ressortir cette émission fantastique sur le cinéma qui a illuminée mon adolescence durant les années 80 ! Émission qui n'a pas vieillit, absolument pas.
voir ici 

Il faut dire que mon papa a signé l'image de certains reportages.

Le générique est déjà un chef d'œuvre ! signé Guy Peellaert et la musique splendide un régal !!!!
J'aime beaucoup l'ambiance qui se dégage dans cette émission très cinématographique remplit de poésie, sur la fabrication des films entre autre, aussi interviews, sur la mythologie hollywoodienne.
Cette ambiance est rendue par les extraits de films et de fragment musicaux, de lambeaux de voix et de bribes de dialogues. La plus part des sujets sont éclairés, montés comme de petites fictions.
Excellente idée de voir apparaître Eddie Constantine, extrait d' Alphaville de Godard d'un sujet à l'autre.
La force de "Cinéma, cinémas" ne résidait pas dans son budget, mais dans l'immense liberté de ses créateurs.

Emision mensuelle d’une heure
Diffusion janvier 1982 - novembre 1991 / Antenne 2
Produite par Anne Andreu, Michel Boujut, Claude Ventura
Réalisée par Claude Ventura
Un DVD sortira à l'automne

samedi 24 mai 2008

SANTIAGO GAMBOA : Le syndrome d'Ulysse


Traduction de Claude Bleton Amérique Latine : Colombie

Lors de la rencontre avec Antonio Ungar à la Maison de l'Amérique Latine Santiago Gamboa était là pour parler de son compatriote. Puis, il a été invité au Festival de l'étonnant voyageur de cette année il a parlé de son livre lors d'une rencontre intitulée terres promises pour que vous pouvez voir ici. Esteban un colombien étudiant vit à Paris pour ses études de littérature. Paris est un rêve pour lui, puis la France est un pays d'écrivains, d'ailleurs il veut devenir écrivain. Pour vivre Esteban fait des petits boulots comme la plonge dans un restaurant coréen "Les Goéland de Pyongyang" et donne des cours d'espagnol aussi. Mais cela reste maigre pour survivre dans ce Paris où la vie est très cher.
Il connait des moments de tristesse mais de joie aussi c'est la vie. Ce Paris d’exil où la survie est primordiale.
Durant son séjour il fait des rencontres, la connaissance d'autres émigrés coréens, des pays de l'est, des sénégalais, roumains, marocains, latino-américains . L'entraide, la solidarité, l'amitié sont des notions très importantes dans cette grande ville qui est Paris. Esteban est un personnage attachant , il essaye de survivre, grâce à "La communauté colombienne de Paris fonctionne comme un ghetto où tout se sait, et quand je dis communauté je pense aux exilés économiques ou politiques, à ceux qui sont arrivés avec deux cartons et une valise en toile, en passant la frontière espagnole dans le coffre d'une voiture ou dans le chargement d'un camion grelottant de froid, une liasse de billets dans le slip."Cette communauté est très soudée (les réunions à Gentilly) c'est grâce à elle qu'il a pu trouvé "une chambrita". La recherche de Nestor où est -il ? Pourquoi Gaston et Esteban sont sans nouvelles de lui depuis des mois, l'inquiétude. Ce passage je l'ai lu et ressenti comme un roman policier, puisqu'ils essayent d'avoir des indices de vie et en savoir un peu plus sur Nestor qui était-il réellement ?.
"Il était toujours au fond, silencieux observant et écoutant dans une solitude qui avait l'air de venir de loin, fuyant les regards, les yeux fixant la point de ses chaussures ou explorant les fentes du plafond, son allure et sa fragilité reflétaient une timidité déconcertante, le genre de timidité capable de décourager ceux qui l'entouraient de lui adresser la parole, tel était Nestor Suarez et voilà sans doute pourquoi personne ne l'approchait ou ne lui parlait."
Esteban fera tout pour le rechercher. J'ai beaucoup aimé cette femme
Paula colombienne, une femme bourgeoise qui est le soutient d'Esteban, sa fée protectrice.
" J'avais envie d'être avec Paula, et par-dessus le marché il pleuvait. Je l'ai serrée dans mes bras et j'ai vu qu'elle était en pyjama étonné je lui ai demandé mais tu ne sors avec personne ce soir ? Non, elle me dit, ça fait pllus d'une semaine que je ne baise pas. Et elle a ajouté : - Ma princesse folle est tranquille, apaisée..."
À travers ce livre nous faisons connaissance des émigrés (souvent sans papiers) dans une jungle urbaine où l'exploitation est présente.
C'est un livre sensuel, jouissif , où la sexualité est présente, l'alcool est très présent pour oublier la misère . Ce livre est jouissif, avec une note d'humour. Santiago Gamboa nous décrit une réalité dure, actuelle mais il y a beaucoup d'espoir au bout en tout cas pour Esteban.

Un très bon roman fort intéressant, drôle, passionnant et terriblement attachant ! Donne très envie de découvrir la littérature latino-américaine et les autres livres de Santiago Gamboa. Ce livre parle de l'immigration aujourd'hui, un livre d'actualité.

vendredi 23 mai 2008

MARIANNE RUBINSTEIN : Le journal de Yaël Koppman


C'est l'histoire de Yaël, trentenaire, célibataire , parisienne et professeur d' économie en faculté et de sa cousine Clara qui lui conseille d'écrire de la Chick-lit (littérature poulette).
Mais Yaël à une passion pour Virginial Woolf son écrivain préférée qui a écrit son journal aussi.
Dès la première phrase Marianne Rubinstein fait un clin d'œil d'entrée de jeux à Mrs Dalloway Virginia Woolf.
Elle décide d'aller voir du côté du Bloomsbury. Elle va explorer la vie d'Angelica Garnett, la fille de Vanessa Bell (sœur de Virginia Woolf et aussi peintre) et de Duncan Grant (peintre). L'amant de Duncan est David Garnett (écrivain). Ce dernier deviendra le mari d'Angelica. Elle avait pour parrain Maynard Keynes (économiste préféré de Yaël) et sa tante Virginia Woolf . Son père (Duncan Grant) avait des pulsions homosexuelles, relations avec Lytton Strachey et Adrian Stephen le frère de Vanessa et Virginia. Pour compliquer le tout on a fait longtemps croire qu'Angelica qu'elle était la fille de Clive Bell le mari de Vanessa. C'est seulement à ses dix-sept ans, qu'elle a connu la véritable identité de son père quel lourd secret de famille.
Angelica Garnett a grandit solitaire et elle a écrit deux livres autobiographiques ( trompeuse Gentillesse (Christian Bourgois 1986 et Les Deux Cœurs de Bloomsbury 2001 chez Gallimard), ces deux livres obsèdent Yaël et on la comprend qu'elle laisse de côté la chick litt, pour ma part je pense qu'elle a bien raison, même si Clara n'est pas d'accord. J'aime beaucoup quand il est question du Bloomsbury, le rapprochement entre les années 20 et celle des années 70 qu'a connu Yaël étant enfant (vie communautaire, l'amour libre). Yaël en 1977, vivait à Mane à côté de Forcalquier avec sa mère et l'ami du moment de sa mère. Et, bien sûr des année plus tard elle ira rendre visite à Angelica à Forcalquier. Mais, j'ai beaucoup moins aimé quand il est question de la vie amoureuse de Yaël et celle de la cousine Clara, et en plus tout le côté juif n'apporte pas grand chose à l'histoire.
Au final j'ai trouvé ce livre intéressant, mais léger, mais donne envie d'aller explorer vers Virginia Woolf et sa Mrs Dalloway, et bien sûr de lire les livre d'Angelica Garnett.

jeudi 22 mai 2008

ARNOLD LOBEL : Auteur/Illustrateur

Incontournables Auteurs/Illustrateurs
Arnold Lobel est né à Los Angeles en 1933. Il est devenu célèbre aux Etats-Unis avec Porculus et la série Ranelot et Bufolet . Il est l'auteur de livres très émouvants comme Oncle Eléphant et Hulul. Mort prématurément en 1987, il est considéré comme l'un des maîtres de la littérature jeunesse. Il fait partie des références pour toute une génération d'auteurs et d'illustrateur pour la jeunesse. Sa femme, Anita Lobel se consacre également à l'illustration de livres pour enfants.

Sept histoires de souris édition école des loisirs date de 1974 - Traduit de l'américain par Adolphe Chagot
Concernant l'illustration c'est tout en finesse, la palette et dans les roses, marron pâles. C'est tout simplement adorable douillet !
Le livre s'ouvre sur le Papa souris qui lit une histoire à sa famille souris, avant de se coucher. Comme tout bon parent ! Ce Papa ne raconte pas une histoire mais sept histoires ! car il a sept enfants une pour chacun :

- Le puits aux souhaits : une petite souris lance une pièce dans le puits.
- Nuages : poésie, dessins d'animaux dans les nuages. Une maman et sons souriceau.
- Grand -Pierre et Petit-Jean : amitié les petits rien de la vie
- La souris et les vents : Un vrai poème en dessin, le nuage dessiné est un personnage qui a du souffle, c'est trognon.
- Le voyage aussi un poème en dessin avec une petite souris qui fait du patins à roulettes.
- Le père La souris : un pantalon qui tient grâce au chewing-gum que d'imagination.
- Le bain : là c'est l'histoire d'une sourie coquette ...
Il existe une version audio (collection Chut ! École des Loisirs)

Oncle Éléphant

édition école des loisirs date de 1981- Traduit de l'américain par Adolphe Chagot

Album composé de neuf chapitres.
L'amitié, complicité entre un neveu et son oncle éléphant . Cette relation est lumineuse toute en douceur. Que de beaux moments passés avec Oncle attendant que Maman et Papa reviennent. La notion du temps qui passe est présente. Les illustrations simples de couleurs (verts, rose, brun et gris) pastels sont douces sont adorables de tendresse.

Cinq nouvelles histoires de Ranelot et Bufolet

Collection : Mouche date de 1971 - Traduit de l'américain par Adolphe Chagot
Illustration par Lobel lui-même dans des tonalités vert et marron au charme suranné.
Thème l'amitié, la fidélité, la complicité, l'entraide, le quotidien. Ceux sont des histoires toutes simples. - Demain , le cerf-volant, Frissons, le chapeau, seul-
Cinq courtes histoires autour d'une grenouille nommée Ranelot et de son fildèle ami : un crapaud du nom de Bufolet. L'auteur puise son inspiration dans le quotidiens et dépeint des personnages profondément attachants. Alors que Bufolet est un peu mollasson et maladroit, Ranelot, plus vif et audacieux, veille sur son ami et le rassure.
Très anglo-saxon dans les dessins et le style mais c'est craquant on fond ! En un mot c'est adorable ! C'est vraiment un petit livre a faire découvrir aux enfants. C'est une merveille.

Hulul ,

toute la poésie d'Arnold Lobel
traduit par Adolphe Chagot

Plusieurs petites histoires :
*L'invité
*Des Bosses étranges
*Le thé aux larmes
*Étage et rez-de-chaussée
* Hulul et la lune
C'est l'hiver, comme il fait bon chez Hulul c'est douillet, il fait chaud à l'intérieur de la maison. Hulul est un hibou solitaire, il a de drôles d'idées traverse sa tête, comme inviter l'hiver à venir se réchauffer dans sa maison : le bon fauteuil, le feu de cheminée, la théière ...
Ce sont des petites histoires toutes simples remplit de poésie de légèreté. C'est tendre , c'est remplit de douceur. L'invention magnifique des bienfaits d'un bon thé aux larmes, le réconfort du à un gros chagrin. Mais un peu salé ce thé mais pas mauvais tout de même !

La Soupe à la Souris

traduit par Adolphe Chagot
Les tons des illustrations sont dans les bleus/vert. "- Eh, doucement, dit la souris. Cette soupe n'aura pas bon goût, il y manque des histoires. Il faut des histoires pour que la soupe soit vraiment bonne."
Une belette attrape une souris pour en faire une soupe. Et voici les quatre histoires pour agrémenter la soupe 1) les abeilles et la boue, 2) les deux grandes pierres, 3) les grillons, 4) la buisson d'épines
Cette petite souris est rusée et malicieuse !
Le magicien des couleurs
Un grand classique signé Arnold Lobel dont la thématique est les couleurs,
"Il me semble qu'il manque quelque chose à ce monde"


C'est l'histoire d'un magicien qui veut mettre de la couleur à la vie. Car la vie est terne grise, en un mot moche. Un jour, il existe de peintre les maisons en bleu d'abord puis ensuite tous le monde sans exception fut en bleu ! Il y eut un peu de gaité mais cela devenait un tantinet

déprimant donc. Le magicien mis une touche de jaune dans la vie. La vie reprit, il y eut du jaune partout ce fut la fête. Mais le jaune tout le monde le sait de nos jours c'est une couleur éblouissante, lumineuse qui donne ma la tête au villageois. Le Magicien trouva du rouge et il peint des fleurs en rouge. Étonnement des uns et des autres, mais le rouge est une couleur tonique qui existe donc bagarre. Le magicien était rouge de colère. Il ne trouva plus de nouvelle couleur, puis par magie ! il avait trouvé l'idée de mélanger le rouge, le bleu, le jaune. Et à ce moment là il avait de nouvelles couleurs.
Rouge et le bleu : violet
bleu et le jaune : vert
Jaune et rouge : orange
Il se servit un peu de toutes les couleurs. Et un monde harmonieux existe ! Un livre magnifique autour des couleurs . Un vrais régal comme pour tous les bons albums, c'est très agréable ;-)
Aller faire un tour chez Vannessa

mardi 20 mai 2008

JILL BARKLEM : LES SOURIS DES QUATRE SAISONS

Édition Gautier -Languereau - Adaptation et traduction française de Marie France Floury

Un univers très anglais

Une petite merveille !!!!! Très Cute comme dit Karine , sweet ! Très british ! C'est VRAIMENT ADORABLE , CHARMANT !!!!! UN RÉGAL ! Un enchantement pour les yeux !

Les Aventures des souris du Buisson aux mûres des quatre saisons est un recueil extraordinaire. La famille Toadflax, de Dusty Dogwood et Poppy Eyebright...


vivent en harmonie des familles de souris attachantes et surprenantes.Le Printemps, c'est l'anniversaire de Wilfred. M. Apple organise un immense pique nique. Un moment merveilleux dans la vie de Wilfred !
L'été, elles célèbrent un mariage entre Dusty Dogwood (le meunier, toujours couvert de farine) et Poppy Eyebright (s'occupe d'une laiterie). C'est une grande fête splendide ce mariage, très romantique !
L'automne, le mauvais temps est là,les souris de Buisson- aux- Mûres s'activent pour la récolte de mûres de baies. Puis, Primrose la fille de Lord Woodmouse s'est perdu, impossible de la retrouver que de sueur froide pour ses parents.
L'hivers à lieu à Buisson-aux-Mûres un bal de neige.
Printemps, été, automne, hiver, elles ont toujours quelque chose à faire. Mais bien qu'elles travaillent dur, elles ont aussi le temps de s'amuser.

Courez à la rencontre de vous ne le regretterez pas. C'est assez voisin de l'univers douillet de Beatrix Potter (qui a enchanté mon enfance).

L'illustration est des petits dessins pastels gorgés de détails et de pleines pages , nous entrons dans un univers incroyable et absolument mignon, remplit de fleurs des petites maisons cosy dans les troncs d'arbres.


lundi 19 mai 2008

Les histoires de souris dans la littérature jeunesse





raconté et illustré par Domitille et Jean-Olivier Héron
Actes Sud Junior - lu par Emmyne
C'est une histoire de trou de souris découpée en chapitre comme dans les vrais romans pour les grands. Le livre quand on l'ouvre il y en a deux, le trou est bien réel , l'enfant peut passer son doigt dans ce fameux trou. C'est l'histoire d'une famille souris , et tout tourne autour de ce trou et du livre de sa création et de l'illustration. Jules l'intrépide veut voir ce qu'il y a derrière ce trou. Ensuite c'est toute la famille qui part pour aller se réfugier dans la maison de poupées. Ce trou symbolise se qui se passe derrière, s'échapper voir la vie. Mon dieu il y a un chat dans la chambre. Il réussit à mettre sa patte dans le trou. Rebondissement. Le chat l'animal domestique indésirable va disparaitre d'un coup de gomme non mais.... Notre famille sont bien armée, ils ne quittent pas leurs gommes, crayons, pinceaux. Un livre avec de l'humour et de poésie sur le fictif et le réel, beaucoup d'imagination. C'est un livre remplit de fraîcheur !!!!


Angelina à la fête foraine

de Katharine Holabird et illustration de Helen Graig.

Un petit album jeunesse adorable aussi bien du côté de l'illustration toute en finesse que de l'histoire très mignonne.
Chaque année au moi de mai, pour Angelina c'est la fête foraine dans son village. La joie des manèges ! Angelina adore cela mais ses parents lui collent Henri le petit cousin. Cela ne la ravie pas du tout Angelina !!!! Mais bon elle ne se prive pas de son plaisir tant pis si Henri n'aime pas les manèges, puis tout d'un coup il disparait. Une petite frayeur, un peu d'aventure et tout ce finit bien.

Le train des souris
de Haruo Yamashita et illustrée par Kazuo Iwamura
édition école des loisir et traduit par Missy Debs, Masako Irie et Isabelle Reinharez

Kazuo Iwamura est l'auteur de livres à l'école des loisirs avec aussi d'adorable souris c'est ici.
Ces souris nous viennent du Japon. Une maman souris conduit ses sept souriceaux à l'école pour leur première rentrée. Elle confectionne tout elle-même, des chapeaux aux cartables et des souliers aux vêtements. Les enfants ne sont pas très obéissant et ils n'ont aucune envie d'aller à l'école, les raisons sont multiples. La nuit la maman souris a une idée : avec deux pelotes de laine à tricoter qu'elle déroule le long du chemin menant vers l'école, elle trace des rails.
"En voiture, le train pour l'école s'en va" ! Tous eurent immédiatement envie de se mettre sur les rails et c'est ainsi que les sept souriceaux, puis d'autres ramassés au passage, se rendirent à l'école. Mais en chemin ils se trouvent nez à nez avec un horrible serpent ! C'est affreux mais cela se termine bien !
 Adorable histoire de souris.























La souris qui cherchait un mari

Dans la collection à Petits Petons de Didier Jeunesse- Francine Vidal - Illustrée par Martine Bourre Une collection dirigée par Céline Murcier. 
Musicalité du texte et mise en page dynamique. Une petite souris verte adorable, coquette avec son petit ruban rouge, habite une ferme. Elle se fait belle pour trouver un mari tout simplement. Et elle rencontre tous les animaux de la ferme. Puis elle rencontre un matou ! Et là je vous laisse imaginer la suite. C'est une petite histoire toute simple mais efficace. Francine Vidal s'est amusée avec la typographie. C'est magnifiquement illustré par Martine Bourre de façon originale. Comme pour le rêve d'Albert papiers déchirés, découpés du carton etc ... cela fait art plastique comme dit un petit garçon.
Lu par Eolune

mercredi 14 mai 2008

ARTHUR RIMBAUD : Charleville Mezière

Durant le week-end du 1er mai je suis allée à Charleville Mezière et j'ai rendu une visite à Rimbaud "L'homme aux semelles de vent"Le musée est très émouvant et c'est un très bel endroit un bel hommage fait à l'enfant du pays, à cet immense poète : du voyage, de la liberté.
Poète maudit, le mythe est né le 20 octobre 1854 à Charleville dans les Ardennes. Et, il est mort
le 10 novembre 1891 à Marseille.
Son père capitaine d'infanterie toujours absent. Sa mère Vitalie élève seule ses quatre enfants.
Rimbaud aura des rapports complexes, conflictuels avec sa mère, révolte. Il appelle sa mère
« maman fléau » ou « mère rimbe ». Vitalie est une femme d'une forte personnalité.
Un enfant précoce doué il passe de la 6ème à la 4ème.
Il découvre Rabelais, Victor Huo, Théodore de Banville.
Le 2 janvier 1870 la revu pour tous publia "
Les Étrennes des orphelins" . (C'est un poème qui ma beaucoup marqué quand je l'ai étudié en élémentaire).
Rimbaud débarque à Paris grâce à Verlaine il a dix-sept ans.
C'est à Théodore de Banville que l'adolescent envoie quelques poèmes le 24 mai 1970.
" Cher Maître, Nous sommes aux mois d'amour ; j'ai dix-sept ans, L'âge des espérances et des chimères, comme on dit - et voici que je me suis mis , enfant touché par les doigts de la Muse, - pardon si c'est banal, - à dire mes bonnes croyances, mes expériences, mes sensations, toutes ces choses des poètes - moi j'appelle cela du printemps"En 1870, il se lie d'amitié avec Georges Izambard, son jeune professeur de rhétorique , et surtout il lui prête ses livres.
Première fugue à Paris, il va se mêler aux parnassiens. Il prend fait et cause pour la Commune. De 1870/1871 il mène une vie de patachon . En 1871, il rencontre Paul Verlaine à Paris.
Verlaine et Rimbaud sont très proche. Verlaine va blesser Rimbaud et sera en prison pendant deux ans.
En 1876, il n'écrit plus, il se fait mercenaire, puis commerçant, s'évade toujours plus "ailleurs".
Il fut un grand voyageur, il a parcouru l'Europe et l'Afrique.L'Afrique l'attire ; il y va, s'ennuie, y revient. Atteint en 1891 d'une tumeur au genou droit, il meurt à Marseille le 10 novembre 1891.
Le Rimbaud
édition Mango Jeunesse - images (illustration de Chloé Poizat)
Un ouvrage au format d'un album, dix-huit poèmes magnifiquement illustrés par ChloéPoizat. Elle a une passion pour la gravure et une prédisposition au papier. Et aussi son autre grande passion est la littérature.
- Sensation (mars 1870)
-
Ophélie : l'héroïne d'Hamlet de Shakespeare, femme délaissée amoureuse d'un prince qui devient folle et se noie de désespoir. Le manuscrit daté du 15 mai 1870 est joint à la lettre que Rimbaud envoya quelques 10 jours plus tard au poète Parnassien Banville. Chloé Poizat dans l'illustration de ce poème s'inspire de la toile du peintre J.E Millais un "préraphaélite montrant le corps d'Ophélie.
-
Roman commence par " On n'est pas sérieux, quand on a dix-sept ans."
- Le Dormeur du Val (1870)
- Au Cabaret - Vert
-
Ma Bohème : Le poème de Rimbaud qui évoque la liberté c'est Ma Bohème. Il a écrit cette poésie à l'âge de 16 ans. Elle évoque une ou plusieurs de ses fugues, l'envie de fuir, de partir de quitter son milieu étouffant.
- Le cœur volé
-
Les Poètes de sept ans
-
Le bateau ivre (1871) : Il écrit ce poème sous l'influence de l'absinthe. Il épata le milieu littéraire parisien avec ce poème.
- Voyelle : Le poème le plus célèbre
A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes :
A, noir corset velu des mouches éclatantes
Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,
Golfes d'ombre ; E, candeur des vapeurs et des tentes,
Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d'ombelles ;
I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes ;
U, cycles, vibrements divins des mers virides,
Paix des pâtis semés d'animaux, paix des rides
Que l'alchimie imprime aux grands fronts studieux ;
O, suprême Clairon plein des strideurs étranges,
Silence traversés des Mondes et des Anges :

- O l'Oméga, rayon violet de Ses Yeux !

-Chanson de la plus haute tour
- L'éternité
- Fêtes de la faim
- Phrases:
J'ai tendu des cordes de clocher à clocher ; des guirlandes de fenêtre à fenêtre ; des chaînes d'or à étoile, et je danse.
- Veillées
- Aube : poème qui fait penser à demain dès l'aube de Victor Hugo
Je ne suis pas une spécialiste pour parler de la poésie et donc c'est juste un petit billet sur un poète qui a marqué le XIX siècle.

mardi 13 mai 2008

MERVYN PEAKE : Lettre d'un oncle perdu

Illustration de Mervyn Peake
Traduit par Patrick Reumaux

Un petit chef d'œuvre pour les enfants et pour les grands aussi il n'y a pas de raison. Je vous invite à découvrir ce roman, il est original et fantastique.
J'aime beaucoup l'humour avec les nombreux jurons de l'oncle qui se dégagent à lecture de ce livre. Belle découverte originale. Un oncle aventurier, vraiment pas comme les autres, très attachant écrit et dessine à son neveu.
" Chialerie de chialerie ! Me voilà en train d'écrire comme une femmelette alors que l'air arctique respire le danger et l'aventure. Et pas seulement ça, mais j'ai Jackson à décharger avant qu'il s'enroule pour dormir et ma jambe-épée à polir ... Avec le ragoût de léopard de mer à préparer pour dîner, je me demande pourquoi j'ai choisi de t'écrire ce soir. Enfin, je suis quand même ton oncle et je dois m'atteler à la tâche."
Cet oncle en compagnie de Jackson par à la recherche du Lion Blanc (l'empereur des neiges) vont ils le découvrir ?

Mervyn Peake 1911-1968 - Il fut admiré et soutenu par Graham Greene et par Dylan Thomas.
Il est connu pour la trilogie de Gormenghast (que je ne connais pas encore).


Il est un très grand illustrateur il a été entre autre illustrateur " Alice aux pays des merveilles" de Lewis Carroll (merci Lily). Ses dessins à l'encre, le trait son sublime.

mercredi 7 mai 2008

Petit Chaperon Rouge : adaptations et détournements





Un petit chaperon rouge

texte de Claude Clément
illustration d'Isabelle Forestier
édition Grasset Jeunesse

Une version moderne une banlieue d'aujourd'hui, la Cité des Bergeries, elle a une maman qui travaille. A la place du traditionnel chapeau classique notre petit chaperon rouge à un chapeau pointu de petit lutin. Et notre gentil petit chaperon rouge à la peau café au lait.

Les illustration d' Isabelle Forestier sont très classiques et fraîches.




Dans la gueule du loup 
de Fabian Negrin traduit de l'italien par Marc Voline
édition du Rouergue - Lu par Bellesahi

L'auteur s'inspire de la version de Charles Perrault.
Ce petit chaperon rouge mais vu du point de vu du loup. Là c'est très originale et bien vu. En plus notre loup a un prénom Alphonse.
Il a de l'humour aussi, mais c'est un loup féroce ATTENTION !!!!!
Le petit Chaperon Rouge a aussi un chapeau pointu, il est présent dans le conte mais il est un peu en retrait. J'aime bien les illustration et la couleur verte de la nature très présente. C'est frais et cela tranche bien avec le rouge du petit Chaperon Rouge.
Un album de jeunesse vraiment merveilleux , les illustrations sont une merveille pour les yeux !



L'OGRE Babborco
de Muriel Bloch et illustration d'Andrée Prigent
Collection à petits petons : éditon Didier Jeunesse

Version sarde du petit chaperon rouge
(lu par Eolune)
L'ogre s'est le loup, il s'appelle Babborco. Et notre petit chaperon rouge est un garçon nommé Pietrino. Il apporte à l'ogre un bon plat de pâte, normal nous sommes en Sardaigne. Mais c'est trop bon alors l'enfant mange ce délicieux plat. Mais ce petit garçon a plus d'un tour dans son sac.
L'ogre va le rattraper et ... heureusement que la maman de Pietrino est là.

Thématique Petit Chaperon Rouge - aussi autour de l'Ogre . Je rejoins parfaitement Eolune les illustration ne sont pas vraiment séduisante : le trait noir pas très heureux non plus. Mais par contre ce qui est très réussit dans cette version du petit Chaperon Rouge s'est le phénomène de la peur qui est bien amené.

Le Petit Chaperon rouge



Illustration magnifique de Charles Folkard

Depuis quelques années je m'intéresse à l'illustration en littérature jeunesse (peut-être depuis que j'ai fait mon stage chez Gallimard-Jeunesse ?). Et, comme je travaille pour une petite bibliothèque scolaire cela me passionne toujours autant. Dans ma BCD (bibliothèque scolaire) les livres sont rangés par auteurs mais il parait que dans les BCD parisiennes les livres sont rangés par illustrateurs.
Dans une bibliothèque scolaire ou public s'est important que les livres soient bien rangés par ordre alphabétique et par rubriques pour si retrouver surtout. Mais chez moi comme pour beaucoup ma bibliothèque a moi est un vrais chaos mais je m'y retrouve et c'est là le principal et je peste quand je cherche un livre que je possède et que je ne trouve pas !
Le petit chaperon rouge est un conte qui inspire beaucoup les illustrateurs justement. Et je me souviens au Salon du livre de la Jeunesse à Montreuil d'une très belle exposition autour de ce magnifique conte à la couleur rouge. Malheureusement et cela est mon grand regret j'ai raté l'exposition à la BNF sur les contes de fées.
Mais, heureusement il y a le site sublime pour me rattraper
Voir ici et chez Lili Oregane pour un dossier aussi sur le Petit chaperon rouge.
Ce petit chaperon rouge a connu de nombreuses versions

Gustave Doré né à Strasbourg (comme le grand Tomi Ungerer), est l'illustrateur des contes de Perrault. Contes de Perraut dans l'édition de Jules Hetzel. Et l'école des loisirs a eu l'excellente idée dans la collection classique de rééditer dans la collection Classique "Contes de ma mère l'Oye"
Le conte deviens à la mode à la fin du XVIIe siècle, à époque le conte de fées devient très à la mode.
Charles Perrault (1628/1703)
En 1697, paraissent "les Histoires ou Contes du temps passé" un recueil de cinq contes.
Les Contes de ma mère l'Oye rassembleront les huit contes. Ces contes sont issus de la tradition populaire orale. Contes sont nourris des légendes médiévales. Il instaure le genre littéraire des contes de fée.
Il s'inspire des versions qu'il a entendues de ses nourrice quand il était petit, le soir avant de s'endormir grâce à ses nourrices. De ce faite le petit chaperon rouge est devenu un conte populaire.

Le petit Chaperon Rouge de Charles Perrault
édition Gallimard Jeunesse
Georg Hallensleben né en 1958 , il est de nationalité allemande.
Il est connu pour être l'illustrateur de Pénélope le petit koala bleu la mascotte de Gallimard Jeunesse. Son style est très colorées à la gouache le crayon gras aux tons plus pastels. Sa texture donne un ton doux et les illustrations de ce livre sont chatoyante et agréable à l'œil et classique. Dans la couverture on sent un petit clin d'œil mais très sage, douce à Gustave Doré.
Dans cet album s'ajoute une documentation fort intéressante sur le petit chaperon rouge de Perrault
La version des frères Grimm recueillent une version du Petit Chaperon dans laquelle l'héroïne est sauvée du loup par un chasseur qui le tue et lui ouvre le ventre. Elle se voit ainsi offrir une seconde chance d'obéir à sa mère et de rester dans le droit chemin à condition de ne pas faire d'écart et de toujours suivre fidèlement ses recommandations.

Illustrations Joëlle Jolivet, Albin Michel
Le format de l’album, étroit, tout en hauteur, des mises en scènes variées et des perspectives parlantes. Les illustrations sont crayonnées en trois couleurs, brun, vert et rouge, simples, discrètes et explicitent sans ambiguïté le message. Illustration assez classique de ce conte.Dans cette version, la dernière double page on voit un groupe d’enfants à qui on a raconté l'histoire. Et la lectrice lève le doigt concernant la moralité du conte, et les enfants sont captivés.

Avec Rascal édition Pastel
Version très moderne du petit chaperon rouge.
Très graphique minimaliste, épurée pas de texte, les couleurs le rouge évidement mais le noir&blanc.




Le petit chaperon rouge des Frères Grimm
Un conte des Frères Grimm traduit par Michelle Nikly - illustration de Lisbeth Zwerger - édition Nord Sud

Lisbeth Zwerger née le 26 mai 1954 à Vienne est une grande illustratrice autrichienne. Elle suivi des études à l'Académie des Arts appliquées de Vienne de 1971 à 1974.
Nous connaissons le travail de cette illustratrice grâce à l'éditeur Nord-sud, l' éditeur de ses œuvres en français. L'illustration est très fine, elle s'inspire d'un illustrateur que j'aime énormément Arthur Rackham pour le trait. Et sa palette les couleurs sont tendres et pastelles. En 1990, elle reçoit le prestigieux le prix Hans Christian Andersen, une des plus hautes distinctions internationales en littérature de jeunesse.
Susanne Janssen est née en 1965 à Aix-La-Chapelle (Allemagne).Après des études d'Arts Graphiques et de Design à l'Ecole Supérieure d'Arts de Düsseldorf, elle se consacre exclusivement à l'illustration de livres pour enfants et adultes. Édition du Seuil - Les illustration de Susanne Janssen sont très étrange les visages sont comme déformé et les corps tous petits, vu à travers un miroir.
Elle est l'auteur d'un magnifique album de Peter Pan et de Hansel et Gretel.

mardi 6 mai 2008

ANNE HERBAUTS : ALBUMS DE JEUNESSE

Née en 1975, diplômée de l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles, elle développe dans ses albums un univers tendre, poétique et très personnel, qu’il s’agisse de ses propres récits ou, plus rarement, des textes qu’elle illustre, comme Alice au pays des merveilles. Primée à Bologne et à Montreuil, elle est l’une des signatures de référence du catalogue jeunesse de Casterman. Elle écrit et illustre elle même ses albums. Graphisme très particulier. Les visages les formes sont suggérées. Beaucoup de poésie à travers ses illustration.


Que fait la lune, la nuit ?

Un livre immense, j'aime la poésie, la douceur qui se dégage de cet album.

Une place est laissé à l'enfant pour imaginer, rêver. Un livre pour apaiser les enfants qui ont peur du noir.
La nuit, la lune dort dans un lit. Elle ressemble à un enfant ou à une bonne fée. Elle aime dessiner des étoiles, les colorier. Courir dans la lande sauvage, tirer les rideaux pour que les enfants des villes dorment. Elle désire apporter du rêve et non des cauchemars. Elle aime être jolie.
La lune aime dormir avec son chat. Elle est là pour RASSURER

Sur le site Livres au Trésor entretien avec Anne Herbauts et elle parle de son rapport à la typographie :

Vous variez beaucoup les typographies selon vos livres…La typographie exprime toujours quelque chose. Dans Pataf a des ennuis, j’avais choisi une typographie « machine à écrire », parce qu’il y est question d’ordinateur, de jeu graphique. Les masses étant très nettes, je voulais une typo qui casse avec ces formes rondes, ces grands aplats. Pour La Maison bleue, je la voulais très classique, pour qu’elle ne vienne pas faire du bruit dans le texte. Dans La Maison bleue et Le Petit souci, les textes stabilisent graphiquement l’image ; si l’image est pleine de matières, de bruits, il faut que le texte vienne faire le silence pour qu’on ait le temps de le lire. Si le texte fait aussi du bruit visuellement, il y a une espèce de chahut constant dans le livre, et ça me dérange.
Parfois ça se joue juste dans la mise en pages. Dans Le Petit souci, l’ours Archibald devait dire un tout petit mot, tout bas mais ce mot devait prendre une importance incroyable. Alors je l’ai bien centré, en petit et avec une typographie très classique, sur une page blanche, à droite (alors qu’en général, la page de droite n’est jamais blanche, car c’est celle sur laquelle le regard se pose le mieux, c’est la page plus éclairée) ; du coup, il prend une très grande force. Mais si j’avais répété ce procédé dans le reste du livre, ce petit mot aurait perdu toute son importance.
Ses Influences
On peut reconnaître l’influence de certains illustrateurs sur votre travail, par exemple celle de Kveta Pacovská dans Que fait la lune la nuit ? Il y en a d’autres ?
Graphiquement, j’’aime beaucoup John Howe, pour ses mises en pages, ses grands aplats, sa façon de placer le personnage important en bas de la page, coupé : on devine des choses mais tout n’est pas dit par le personnage. Lisbeth Zwerger pour ses compositions : elle épure terriblement son image et pourtant on a l’impression qu’elle est pleine de détails, seulement parce qu’il y a un foulard travaillé, par exemple. Il y aussi Fabrice Turrier pour sa symbolisation des formes, les ambiances et l’univers poétique d’Anne Brouillard, Kitty Crowther , le délire poétique de Janosch et j’en oublie beaucoup.

samedi 3 mai 2008

ALEXANDRE DUMAS : PAULINE

Organisé par Sylire et Lisa

Pauline de Meulien est enfermée par son mari dans le cachot d’une abbaye en Normandie, heureusement Alfred de Nerval est dans les barrages et la sauve. Il deviendra son frère, son amant, son complice, son confident. Ils partiront en Angleterre dans un premier temps puis en Ecosse, Italie, Suisse pour échapper de l'horrible Horacede Beuzeval, un assassin .
"Vous vous réveillerez dans un caveau où nul n'est descendu depuis vingt ans, et dans lequel, d'ici à vingt ans peut-être nul ne descendra encore."
J'ai été pris par l'histoire quand Pauline rencontre Horace de Beuzeval, personnage très étrange. Il est un passionné de chasse mais il est prit par des démons, il fait partie de la race des maudis. Ce roman un des premiers romans de Dumas est influencé par un l'esprit gothique d'Ann Radcliff " Les mystères d'Udolphe", l'ambiance mystérieuse la nuit, château isolé, une abbaye en ruine, tout l'intérêt du roman tourne autour de cette ambiance sombre et lugubre, tout pour tenir en haleine le lecteur. Pauline est une jeune femme prise de mélancolie et de son siècle.

Ce roman fut une belle surprise que je n'aurai jamais lu sans le club. Donc c'est toujours très agréable de lire un bon livre avec une belle histoire, il faut dire d'Alexandre Dumas j'avais lu il y a un moment la Reine Margot, peut-être aussi les Trois Mousquetaire mais je m'en souviens plus trop.
Un livre qui ma donné envie de lire d'autres livres qui ont influencé Alexandre Dumas comme :

- Ann Radcliffe : Les Mystère d'Udolphe
- Walter Scott : La fiancée de Lammemoor
- Matthew G Lewis : Le moine
- Alfred de Musset : la Confession d'un enfant du siècle
Et aussi ce livre me donne envie de lire de Jane Austen Northanger Abbey influence gothique. Et j'ai pensé à Jane Austen à la lecture de ce roman surtout concernant le passage quand Pauline se rend à la campagne chez Madame de Lucienne où il est question de bal et de musique et aussi important c'est là qu'elle rencontre Horace.
A consulter le très complet site sur Dumas ici
Livre lu par Lou
La prochaine lecture du club est Un été prodigue, de Barbara Kingsolver